About Pauline | World Me Now

This author has not yet filled in any details.
So far Pauline | World Me Now has created 28 blog entries.

5 découvertes en Nord Aveyron

5 DÉCOUVERTES EN NORD AVEYRON


J’écris cet article suite à un blogtrip auquel j’ai participé dans le cadre du Salon des Blogueurs de Voyage qui se déroulait cette année là en Aveyron. Ce salon permet aux blogueurs de rencontrer des professionnels du tourisme, mais aussi les autres blogueurs (et ça c’est plutôt super sympa !). Cette année nous avons eu la chance de pouvoir faire chacun un blogtrip dans la région partenaire de l’évènement, et cela a été l’occasion de découvrir un coin de France que je ne connaissais pas du tout !
Ce fut court, mais j’ai apprécié ce que j’ai apercu du Nord Aveyron, c’est pourquoi je vous partage ici les découvertes que j’ai faites, et qui m’ont données envie de vite revenir.
J’espère y retourner pour faire un article bien complet et une vidéo sur le coin qui regorge de petits trésors !

Pour vous situer, les communes connues à proximité sont Rodez, Aurillac, ou bien Millau et son célèbre Viaduc.

1. VISITER LA POTERIE DU DON DU FEL

Situé au Fel, la Galerie du Don est un bâtiment moderne au milieu de cette nature brute, ce qui est surprenant lorsqu’on arrive devant. Vous pourrez découvrir ici les créations de plusieurs artistes. Il y a une partie exposition temporaire avec des superbes statues imposantes, et puis une partie où vous trouverez plein d’objets du quotidien pour la cuisine ou de décoration, tous fait par les céramistes de l’atelier. Difficile de ne pas craquer et de ramener un petit souvenir ! D’autant plus quand il est unique et utile, on se trouve moins de raison de ne pas se faire plaisir.
Si vous souhaitez en savoir plus sur les techniques de création et avoir une démonstration de leur travail, ils organisent des visites guidées au tarif de 6€ par personne.

☞ Il y a un joli point de vue à l’extérieur du bâtiment. N’oubliez pas de sortir jeter un coup d’oeil 😉

Poterie Don du Fel Aveyron world me now
Poterie Don du Fel Aveyron world me now

2. ADMIRER LES TOITS EN LAUZE DANS LE VILLAGE DU FEL

Le village est adorable ! Vous devez absolument faire un stop pour déambuler dans les petites rues toutes mignonnes qui vous plongent dans une autre temps. Vous trouverez plusieurs jolis points de vues, notamment avec un panorama sur le Lot (la rivière) qui laisse rêveur. J’ai découvert durant ce séjour les toits en lauze, et je dois dire que je suis fan ! Cela donne un vrai cachet aux habitations.

☞ La lauze est une pierre plate de schiste naturelle et robuste utilisée depuis longtemps pour les toitures des maisons et autres constructions.

Le Fel Aveyron world me now
Le Fel Aveyron world me now

3. SE PROMENER SUR LES SENTIERS DE L’IMAGINAIRE DU CARLADEZ

J’aime beaucoup les balades dans la nature, et j’ai été servie avec les Sentiers de l’Imaginaire. Il y a en tout 6 sentiers, car 6 villages participants : Brommat, Lacroix-Barrez, Mur de Barrez, Murols, Taussac, Thérondels. L’originalité de ces parcours est que tout le long, vous pourrez découvrir des sculptures en bois, en pierre ou en fer, illustrant les thèmes de la forêt, l’eau, le feu et le vent.
Pour ma part, j’ai testé celui du petit village de Murols. Pas besoin d’être un grand sportif, il suffit de se laisser porter par le sentier qui est balisé par de petits panneaux représentant un dragon rouge. En effet, le symbole de ce sentier n’est autre que Blaise le dragon !
L’initiative de créer ces sentiers et d’y incorporer des oeuvres faites par des bénévoles de l’association « De Feu et de Vent » est très sympa. Les créations sont originales et bien exécutées. À noter que tout est fait à partir de matériaux recyclés que donnent les habitants à l’association (fers à cheval, clous, clefs anciennes, éléments de vieux tracteurs, etc), et j’apprécie beaucoup cet esprit de récupération de la matière.

Si vous souhaitez en savoir plus, voici un article qui détaille bien les différents sentiers : cliquez-ici

Les bénévoles vous accueillent avec grand plaisir dans leur atelier à Murols. Je souhaite d’ailleurs les remercier pour le temps passé à nous expliquer leur démarche, et aussi de nous avoir accueillis pour nous faire une démonstration.

Sentiers de l'imaginaire Murols Aveyron world me now

4. ADMIRER ENTRAYGUES-SUR-TRUYÈRE DEPUIS LE BELVÉDÈRE

Lorsque vous vous trouvez sur la D920, vous pouvez vous arrêter au “Panorama du Calvaire” qui offre une belle vue panoramique sur le village de Entraygues-sur-Truyère. On peut voir le Lot et la Truyère se rejoindre et enlacer le village. Entraygues-sur-Truyère m’a l’air mignon tout plein, j’ai hâte de revenir découvrir ça.

Par accéder au panorama, suivez le petit sentier qui débute sur le D920 : vous y êtes en 2 minutes !

5. FAIRE DE LA TYROLIENNE

J’ai pu expérimenter la tyrolienne dans le très charmant site de Bes-Bédène (commune de Campouriez) ! Le tout est de se lancer, car ça peut être impressionnant la 1ère fois, mais une fois dans les airs, la magie opère ! On se sent (presque) voler !
À savoir tout de même : c’est un aller-retour au dessus d’une rivière, donc il faut se hisser à la force des bras pour s’élancer dans l’autre sens si vous voulez rentrer !
Sinon il y a une autre tyrolienne à Laussac : 500 mètres de descente au dessus du Lac du Barrage de Sarrans.

☞ Si l’expérience vous tente, rendez-vous sur le site de Aloa Nature
La descente est à 8€. Aloa Nature propose d’autres activités : via ferrata, canyoning, escalade, accrobranche.

🍴OÙ MANGER

LE CHOU ROUGE
3-4 Place de la République
12140 Entraygues-sur-Truyère
Tél : 05.65.48.58.03

Si vous cherchez une bonne adresse, je vous recommande de faire un tour chez Emilien dans son restaurant Le Chou Rouge. Ce n’est pas un restaurant végétalien, mais Emilien s’adapte à merveille ! Sa cuisine est raffinée et goûtue. Mention spéciale pour sa glace au lait d’amande !
J’ai beaucoup aimé l’ambiance, en partie dûe à Emilien 🙂 On passe un bon moment, et le service est rapide et soigné.

☞ N’hésitez pas à appeler 24/48h avant pour qu’il vous concocte un repas vegan élaboré 😉

***

Cette escapade dans le nord de l’Aveyron fut courte, mais m’a vraiment donné envie de revenir découvrir cette région. J’espère que cet aperçu vous a aussi inspiré !

Je souhaite remercier Laurence, de l’Office de Tourisme d’Aubrac-Viadène, Laurence, de l’Office de Tourisme du Pays d’Entraygues, et Marie, de l’Office de Tourisme du Carladez, qui nous ont très gentiment accueillis et grâce à qui la visite était sous le signe de la bonne humeur. Si vous souhaitez découvrir vous aussi la région, je ne peux que vous recommander de les contacter.

Cet article vous a plu ?

5 découvertes en Nord Aveyron 2018-05-08T17:22:07+00:00

Idées de cadeaux de noël éthiques et écolo

4 CADEAUX DE NOËL ÉCOLO & ÉTHIQUES

À l’heure de la frénésie des achats de Noël, j’avais envie de vous proposer de donner du sens aux cadeaux que vous allez acheter à vos proches. J’ai beaucoup évolué depuis que je m’intéresse à l’écologie en général, et notamment sur la question de l’achat “utile” et le gaspillage. C’est pourquoi je vous propose 4 idées de cadeaux qui font sens et qui portent un engagement écologique et éthique.

◈ ◈ ◈ ◈ ◈

Papeterie écolo
Je dois avouer que quand je suis tombée sur ce calendrier, je suis d’abord tombée en amour devant. Il est tellement joli ! Et puis comme je l’ai trouvé dans un concept store tourné écolo, j’ai cherché à savoir ce qu’il avait en plus.
La marque Growing Paper crée des calendriers, mais aussi des cartes de voeux, à partir de papier ensemencé et donc biodégradable. Les petits points que l’on voit partout, ce sont les petites graines !
Je trouve le concept très chouette et super écolo : au lieu d’acheter quelque chose que vous allez jeter (parce que entre nous personne ne garde les calendriers des années précédentes -ou alors il faut consulter les gars), vous offrez non seulement l’objet en lui même, mais aussi des graines à planter !
Le procédé est simple :
– dans un bac, vous mettez des billes d’argile puis de la terre,
– vous déposez la feuille, ou des morceaux de la feuille, et vous remettez un peu de terre,
– vous arroser un peu tous les jours, et les graines finissent par donner des fleurs !
Et ce qui est bien c’est que si vous avez peur de vous lancer dans le calendrier, vous pouvez d’abord tester avec une petite carte et voir ce que ca donne, parce qu’elles sont quand même moi chères que le calendrier.

❀ J’adore le proverbe très inspirant à chacune des pages.

Parfums français éthiques et vegans
J’ai également découvert ce parfum dans un concept store (vegan cette fois-ci) et j’ai tout de suite accroché ! D’habitude je n’aime pas particulièrement l’odeur des parfums naturels, mais là je trouve que Fiilit à réussi à faire quelque chose de frais et moderne qui devrait plaire à beaucoup.
Ce qui est plaisant aussi c’est bien sûr sa composition. Elle est très propre 87% des produits qui les composent sont d’origine naturelle : gardons à l’esprit que dans les parfums classiques, 70% des composants sont synthétiques, et donc dangereux pour notre santé (perturbateurs endocriniens, agents toxiques …)
Autre point en faveur de cette marque, c’est son engagement économique et social. Elle est labellisée ESAT (Etablissement de Service d’Aide par le Travail) et travaille donc avec des personnes en situation de handicap pour le conditionnement de ses parfums.
Ils sont également engagés auprès d’associations et d’ONG locales (dans les pays où sont cultivées les plantes) pour que la production soit respectueuse de l’environnement, mais profite aussi économiquement aux populations locales.
Bref, une jolie marque ! À vous de choisir un des 3 parfums qui sentent bon le voyage : les Cyclades, Cuba et Bali.

❀ Labellisé PETA : ces parfums sont donc vegans, non testés sur les animaux et ne sont pas commercialisés en Chine (qui force les tests sur les animaux,même si le produit est naturel)

Marque française de vêtements 100% recyclés
Il est important de rappeler que l’industrie du textile est une des plus polluantes. On achète à tout va, on jette, on recommence. Les soldes nous montrent bien à quel point les marques surmargent à fond leurs produits, et combien on cherche à nous appâter avec des prix cassés qui cachent une dure réalité. Comptez 2500L d’eau pour 50L pour un t-shirt recyclé (pour n’évoquer que ce problème là).
Une alternative intéressante est l’achat de vêtements 100% recyclés. Hopaal utilise des chutes de coton bio, des bouteilles en plastique recyclées, des fibres de vieux vêtements pour fabriquer t-shirt, pull, bonnets.
J’aime beaucoup le design, ils sont minimalistes et me font penser à quelques marques américaines. Ca fait plaisir d’avoir l’homologue français ! Moi qui suis plutôt frileuse, je peux aussi vous dire que les pulls tiennent bien chauds et qu’ils sont très confortables.

❀ Si aujourd’hui ils produisent en Inde, l’idée est de relocaliser en France d’ici l’automne 2018, ce qui serait chouette pour être 100% en adéquation avec leur philosophie.

source photo : ©Hopaal

Cosmétique bio et made in france
Il s’agit d’une jeune marque de cosmétiques bio consignés que j’ai découvert sur un marché éthique à La Recyclerie à Paris. Ce qui est intéressant dans leurs produits c’est qu’ils ont poussé le concept assez loin écologiquement parlant. Déjà avec le contenant : vous achetez le flacon, mais vous pouvez le consigner et il est remboursé. Soit on vous en remet un nouveau (nettoyé par un ESAT) pour que vous puissiez remplir de nouveau votre flacon. Un super concept zéro déchet qui mérite d’être plus mis en place par les marques !
De plus les ingrédients sont bio, vegans et français (pas d’ingrédients qui viennent de loin pour réduire l’empreinte carbone).
J’ai personnellement testé l’huile pour le visage qui s’adapte bien à tout type de peau : huile de chanvre, huile de tournesol, huile de souci, huile de prune, huile d’olive, extrait de carotte, parfum (huile essentielle), vitamine E.
Le produit “huile pour le visage” :
– donne de l’élasticité à la peau et à la raffermir, mais également à l’hydrater, grâce à l’huile de chanvre
– a des propriétés apaisantes et anti-inflammatoires utiles aux peaux sensibles ou irritées, grâce à l’huile de souci
– prévient du vieillissement de la peau, grâce à l’huile de prune
– a des propriétés antioxydantes et assouplissantes, grâce au macérât de carotte

❀ J’ai découvert avec bonheur l’huile de chanvre (1er ingrédient de l’huile pour le visage) qui est une huile sèche qui pénètre très bien la peau et n’est pas du tout grasse.

RETROUVE LA VIDÉO ICI

***

Avoir la possibilité de partir dans des espaces naturels aussi exceptionnels que la montagne est une grande chance. C’est un cadeau de la nature et nous devons impérativement être reconnaissant et vouloir agir à notre échelle pour préserver cet espace fragile. Chaque geste compte.

J’espère que cet article vous aura appris quelque chose ou bien qu’il vous aura donné envie de réfléchir la prochaine fois que vous irez goûter aux joies de la montagne. Peut être aurez vous envie de mettre votre pierre à l’édifice !
Dites moi tout ça dans les commentaires !

Cet article vous a plu ?

***

📌 ÉPINGLEZ-MOI !

PARCOUREZ LES AUTRES RUBRIQUES DU SITE 

Idées de cadeaux de noël éthiques et écolo 2018-03-26T23:53:22+00:00

Mes favoris naturels 2017

MES FAVORIS 100% NATURELS 2017

Dans cet article je joue le jeu du TAG youtube ! Je ne pensais pas le faire un jour mais comme celui-là me parle bien, j’ai eu envie d’y participer. C’est un TAG qui propose de répondre à 11 questions sur le thème des favoris 100% naturels de l’année 2017.
Je reprends ci-dessous les produits dont je vous parle dans la vidéo, pour que vous puissiez avoir la référence si ceux-ci vous intéressent !

1 – QUELLE CRÈME POUR LE VISAGE UTILISES-TU AU QUOTIDIEN ?

► CRÈME HYDRATANTE VISAGE – LIN & PRUNE | Ibbeo

❥ Bio (Nature & Progrès)
❥ Vegan & cruelty free
❥ 99% d’ingrédients naturels

Je n’utilise pas de crème hydratante au quotidien, mais très souvent j’utilise la crème hydratante lin et prune de la marque IBBEO.
C’est une crème pour tous les types de peau qui a la mention nature & progrès et qui est végane (attention cette marque ne propose pas que du vegan). Je l’adore pour sa texture très crémeuse et sa composition très propre, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Composition :
Eau de source des Pyrénées, gel de lin*, huile végétale de prune*, huile végétale de carthame*, huile végétale de cameline*, huile végétale de tournesol*, émulsifiant d’origine naturelle, gomme guar*, vitamine E naturelle, parfum*, conservateurs acceptés en bio, composés aromatiques naturellement présents dans les autres ingrédients.
*issu de l’agriculture biologique

↠ Graines de lin : riches en nutriments
↠ Huile végétale de prune : nourrit la peau, anti-oxydante car elle contient de la vitamine E.
↠ Huile végétale de carthame : riche en vitamines E et K (préserve l’élasticité de la peau), très riche en oméga-6 qui est un acide gras essentiel efficace contre le dessèchement et la déshydratation.

☛ Lien pour retrouver la crème sur le site d’Ibbeo juste ici

2 – LE DÉMAQUILLANT LE PLUS EFFICACE SELON TOI

► HUILE VÉGÉTALE DE NOYAU D’ABRICOT | De saint Hilaire

❥ Bio (Ecocert)
❥ Vegan & cruelty free
❥ 100% naturel

Depuis que je suis passée à la cosmétique naturelle, j’ai tout de suite adopté l’huile végétale de noyau d’abricot pour me démaquiller. C’est 100% naturel et l’huile est un corps gras, donc pour retirer le maquillage, qui est lui même gras, c’est juste ultra efficace ! Si vous avez la peau sensible ou sèche vous pouvez utiliser de l’HV d’amande douce, et si vous avez déjà de l’huile de jojoba, ça fait tout à fait l’affaire.

Composition : Prunus armeniaca oil.
↳ Ne vous faites pas avoir quand vous achetez une huile. Lisez bien la dénomination en latin. Vous verrez, certains essaient d’abuser le consommateur.

N’oubliez pas de rincer ! J’utilise personnellement de l’hydrolat de romarin, géranium ou bien de lavande.

☛ Lien pour retrouver cette huile sur le site de De Saint Hilaire juste ici

3 – 5 PRODUITS INCONTOURNABLES POUR UNE JOURNÉE COCOONING

► ARGILE BLANCHE | Bioflore
► HYDROLAT | De Saint Hilaire
► HUILE VÉGÉTALE | De Saint Hilaire

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
❥ 100% naturel

Pour une journée cocooning, je me fais un masque purifiant pour le visage. Pour cela je vais utiliser de l’argile blanche dans laquelle j’ajoute de l’hydrolat et de l’huile végétale. Quand on mélange, ça fait une pâte qu’il suffit de s’appliquer en couche épaisse sur le visage et de laisser pauser.
Et si vous vous posez la question, ce masque convient à tous les types de peaux, car c’est la plus neutre des argiles ツ

Composition de l’argile blanche : kaolin
↳ douce, apaise
Pour l’hydrolat et l’huile végétale, cela dépend de votre peau, donc à vous d’adapter.

► ARGILE VERTE | Bioflore
► HUILES ESSENTIELLES | De Saint Hilaire

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
❥ 100% naturel

Pour une journée cocooning je peux me faire un shampoing maison avec de l’argile verte que je mélange avec de l’eau chaude et des huiles essentielles. Ca fait un shampoing écolo purifiant et qui régule l’excès de sébum si on a un peu les racines grasses (donc si vous avez les cheveux secs, utilisez plutôt de l’argile blanche).

Composition de l’argile verte : Montmorillonite
↳ purifiant, très riche en minéraux et au pH neutre
Pour les huiles essentielles, ylang ylang et/ou lavande vraie

☛ Lien pour retrouver l’argile verte Bioflore sur le site Slow Cosmetique juste ici
☛ L’argile blanche Bioangelina n’est plus disponible, mais Bioflore en fait juste ici

4 – LE SHAMPOING ET APRÈS-SHAMPOING QUI ONT RÉVOLUTIONNÉ TA CHEVELURE

► LA VAHINÉ | Clémence & Vivien

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
❥ 100% d’ingrédients naturels

À la base, c’est un savon, mais il peut tout à fait servir comme shampoing. J’aime tous leurs savons, car en plus de ne pas être chers, il sont très efficaces et 100% naturels. J’ai découvert la Vahiné cet été car je cherchais un savon qui fasse aussi shampoing, et j’ai trouvé celui-ci. Il n’y a qu’à lire la compo : que des ingrédients supers pour les cheveux ! Et comme il contient de huile essentielle d’Ylang-Ylang, il a une odeur à TOMBER.
Après il ne conviendra peut être pas à tout le monde. Pour savoir lequel vous conviendra le mieux, pas le choix, il faut les tester !

Composition : huile d’olive*, huile de coco*, huile de karité*, huile de tournesol*, huile de ricin*, huiles essentielles d’Ylang Ylang, d’orange douce et de Cèdre de l’Atlas, argile rose
*issu de l’agriculture biologique
↳ sébo-régulateur, nourrissant

► APRÈS-SHAMPOING YLANG YLANG | Biocoiff

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
Je n’ai pas trouvé le %

L’après shampoing que j’utilise est celui de Biocoiff à l’Ylang Ylang. Je l’ai découvert en allant me faire coiffer chez eux, et il est absolument magique. Il démêle super bien quand on a beaucoup de cheveux comme moi et qu’on a des longueurs qui se dessèchent. En plus d’une composition propre, il est vraiment MA-GIQUE !

Composition : elle est complexe, vous vous en doutez.
Aqua, Equisetum arvense plant water (hydrolat de prêle bio), Glycerin, Coco nucifera seed oil (huile de coco bio), Cetearyl alcohol, Panthenol (pro vitamine B5), Behentrimonium Methosulfate, Coco glucoside, Glyceryl oleate, Cananga odorata flower oil (hydrolat ylang ylang), Citrus limon fruit oil (huile végétale de citron), Tocopherol (vitamine E naturelle), Hydrolyzed Almond Protein (protéine d’amande), Rosmarinus officinalis extract (romarin), Helianthus annuus seed oil (huile de tournesol), Lactic acid, Benzyl alcohol, Dehydroacetic acid. Composants naturels des huiles essentielles : limonène, farnesol, linalool.

↳ malgré la longue liste, si on la détaille, on s’aperçoit que la composition est propre et que les ingrédients sont slow.
↳ à noter que cet après-shampoing convient surtout aux cheveux qui ont été colorés, et très secs et épais.

☛ Lien pour retrouver le savon la Vahiné sur le site de Clément & Vivien juste ici
☛ Lien pour retrouver l’après-shampoing sur le site de Boicoiff juste ici

5 – LES PRODUITS QUE TU UTILISES QUAND TU VEUX AVOIR LA PEAU TOUTE DOUCE

► MASQUE AU BICARBONATE ET À L’HUILE D’ARGAN

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
❥ 100% d’ingrédients naturels

Quand je veux me faire un gommage pour le visage, je fais un mélange maison. Je mélange du bicarbonate de soude alimentaire avec de l’huile d’argan pour faire une pâte, que je masse ensuite sur mon visage. Les grains très fins n’agressent pas la peau et permettent d’enlever les impuretés en toute douceur.

► BEURRE DE KARITÉ | Tradition & Co

❥ Vegan & cruelty free
❥ 100% d’ingrédients naturels

Pour le corps, sans hésiter : le beurre de karité. On ne le présente plus, il est notamment réparateur, hydratant, assouplissant, antioxydant, s’utilise dans de nombreux cas, et peut s’appliquer sur tout le corps. Cette année j’ai utilisé celui de la marque Tradition & Co qui propose des produits à base de beurre de karité brut, c’est-à-dire non raffiné, extrait à froid, ou bien avec des huiles végétales et huiles essentielles vierges dont certaines sont bio.
J’ai notamment beaucoup utilisé la mousse n°3 dont je vous avais parlé dans ma vidéo sur le Veggie World que je trouve vraiment super efficace.

Composition : butyrospermum parkii butter (pour un beurre de karité 100% naturel, non raffiné (non traité, non décoloré, non désodorisé)

☛ Lien pour retrouver mon huile d’argan sur le site de De Saint Hilaire juste ici
☛ Lien pour retrouver la mousse sur le site de Tradition & Co juste ici

6 – QUAND TU N’AS PAS ENVIE DE SENTIR LA TRANSPIRATION, QUEL DÉODORANT UTILISES-TU ?

► BAUME DÉODORANT NEUTRE | Gaiia

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
presque  100% d’ingrédients naturels

Avant j’utilisais le déodorant solide de la marque Lamazuna, mais j’ai malheureusement dû l’arrêter malgré son efficacité, parce que j’ai fait une allergie à cause du bicarbonate de soude qu’il contient (souvent présent dans de nombreux déo slow). En cherchant une alternative, j’ai tenté ce déodorant de la marque Gaiia qui ne contient pas de bicarbonate, et j’en suis pleinement satisfaite ! De plus, sans mentir ce petit déo a tenu 5 mois ! Incroyable … rapport qualité-prix imbattable ! Je l’aime d’amour.

Composition :
Beurre de karité biologique*, Amidon de maïs biologique*, Oxyde de zinc (non Nano), Cire végétale de jojoba vierge biologique*, Huile végétale de babassu biologique*, Vitamine E, Huile végétale de soja
* Ingrédient issu de l’agriculture biologique
↳ L’oxyde de zinc est l’ingrédient magique qui permet de réguler les odeurs. Il est notamment antibactérien, antiseptique et assainissant.

☛ Lien pour retrouver le déodorant sur le site de Gaiia juste ici

7 – LE MAQUILLAGE QUE TU PORTES POUR ÊTRE AU MAX

Le maquillage que j’utilise depuis quelques mois maintenant dès que je veux m’apprêter ⇩

► PALETTE LAID BARE | Lily Lolo

► FARD À JOUES 01 Bois de rose | Boho

► POUDRE LIBRE 01 Beige clair | Boho

❥ Vegan & cruelty free
presque  100% d’ingrédients naturels

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
❥ 99% d’ingrédients naturels

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
❥ 99% d’ingrédients naturels

Composition :
Mica, huile de jojoba, huile d’argan, huile de grenade, vitamine E, huile de tournesol, huile de manuka, extrait de panicaut maritime, pigments minéraux (dont silice, dont dioxyde de titane en non nano, donc oxydes de fer, dont ultramarines).

Composition :
Mica, amidon de maïs bio, minéraux (fer ou titane non nano), pigments minéraux (dont oxyde de fer), huile végétale de noyau d’abricot bio, acid déhydroacétique.

Composition :
Mica, amidon de maïs bio, minéraux (fer ou titane non nano), pigments minéraux (dont oxyde de fer), huiles végétales bio (noyau d’abricot et d’avocat), acid déhydroacétique.

☛ Lien pour retrouver la palette sur le site de Lily Lolo juste ici
☛ Lien pour retrouver le fard à joues sur le site de Boho juste ici
☛ Lien pour retrouver les poudres libres sur le site de Boho juste ici

8 – TON PRODUIT FAVORI POUR NETTOYER TA MAISON NATURELLEMENT

► VINAIGRE BLANC / SAVON NOIR / BICARBONATE DE SOUDE

Je ne vais pas révolutionner le monde en disant que j’utilise le combo vinaigre blanc/savon noir/bicarbonate de soude. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont les 3 indispensables pour nettoyer sa maison de manière écolo et économe aussi (rappelons le !). Vous pouvez tout laver dans votre maison avec : la salle de bain, le sol, la vaisselle, les wc, les vêtements…

Vous trouverez plusieurs marques, personnellement j’ai adopté La Droguerie Ecologique qui est une entreprise française. Elle propose plein de produits labellisés bio (Ecocert Greenlife, FSC, AB), mais aussi des accessoires pour nettoyer votre petit chez vous. L’esprit est d’avoir des produits multi-fonction avec un faible impact écologique. I like it !

9 – LE THÉ OU LA TISANE QUI T’ACCOMPAGNE TOUS LES JOURS

► Les tisanes de HAPPY PLANTES

❥ Bio
❥ Vegan & cruelty free
❥ 100% naturel

Quand j’ai envie de me faire une petite tisane, je bois la tisane de Happy Plantes qui est une petite entreprise française en Auvergne. Le concept est vraiment top parce qu’ils proposent plusieurs tisanes 100% bio 100% naturelles qu’ils font avec des plantes locales. Donc niveau écologie, on est pas mal du tout !

J’ai découvert cette marque au Veggie World et je dois dire que je ne bois que ça depuis plusieurs mois. Je les trouve très goûtues et j’aime l’idée que ce soit des vraies plantes entières, qui ne sont pas comprimées dans un sachet (ce qui maximise leurs bienfaits)

☛ Lien pour retrouver toutes les tisanes de Happy Plantes juste ici

10 – LE BOUQUIN DE L’ANNÉE QUE TU POURRAIS OFFRIR À UN.E AMI.E

► ENTRETIEN AVEC UN PIRATE | de Lamya Essemlali

En ce moment je suis en train de lire un livre sur Paul Watson, le fondateur de Sea Shepherd qui s’appelle “Entretien avec un pirate”. C’est un livre écrit par Lamya Essemlali qui est la présidente et fondatrice de l’antenne française de Sea Shepherd.
Je ne l’ai pas terminé, mais pour le moment je suis conquise. C’est une interview de Paul Watson donc elle nous amène à comprendre sa pensée, sa philosophie, sa vision du monde. Pour ma part, je me retrouve beaucoup dans ce qu’il dit et je trouve que ce livre sert beaucoup la cause car on voit très clairement que Paul Waston est quelqu’un de posé, qu’il sait précisément ce qui l’anime, et on ne peut qu’aprouver ses valeurs. J’adore me plonger dans son monde, cela m’aide aussi à réfléchir à mon propre engagement.

☛ Lien pour acheter ce livre sur le site de Sea Shepherd juste ici

11 – LE PRODUIT NON NATUREL QUE TU NE QUITTERAS JAMAIS

Quand j’ai eu mon déclic écolo, j’ai tout de suite banni les parfums qui contiennent beaucoup de substances chimiques, synthétiques, nocives pour la santé, et qui n’ont pas grand chose à voir avec ce qu’est le parfum à la base. Je n’ai pas jeté les parfums que j’avais, car ce n’est pas dans ma philosophie, et ils ont donc dormi dans mon placard durant des mois.
Et puis finalement, de temps en temps, pour des occasions particulières, je vais les réutiliser, en prenant soin de n’en mettre que sur mon vêtement et non pas sur ma peau (et surtout plus l’intérieur des poignets comme on l’a toutes fait).
Ils me quitteront donc quand les flocons seront finis, ce qui va prendre beaucoup de temps puisque je ne les utilise que rarement.

***

RETROUVE LA VIDÉO ICI

***

N’hésite pas à nous partager tes produits favoris en commentaire ツ

Cet article t’a plu ?

***

📌 ÉPINGLEZ-MOI !

PARCOUREZ LES AUTRES RUBRIQUES DU SITE 

Mes favoris naturels 2017 2018-04-29T14:45:03+00:00

Comment skier écolo

6 PISTES POUR SKIER ÉCOLO

Chaque année c’est pareil, dès que janvier est là, je n’ai qu’une idée en tête : organiser mes vacances au ski ! J’y vais depuis que je suis petite, et chaque année j’ai tellement hâte de retrouver cette ambiance, l’air frais de la montagne, et de dévaler les pistes de ski à n’en plus pouvoir !
Ce n’est pas forcément évident au premier abord, mais les séjours au ski ne sont pas les vacances idéales quand on se préoccupe de son impact sur la planète. J’ai donc eu envie d’étudier le sujet d’un peu plus près et de comprendre en quoi les activités liées aux vacances d’hiver ont un impact sur l’environnement, mais aussi quelles étaients les choses que je pouvais faire, moi, en tant qu’individu, pour minimiser cet impact et agir en faveur de la planète.

LES IMPACTS NÉGATIFS


Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive, mais cela permet de se rendre compte de la réalité et de voir une partie de la face cachée du business des sports d’hiver.

❄ LA POLLUTION

Tout d’abord, il y a le problème des émissions de gaz à effet de serre liées au transport des milliers de personnes qui viennent dans les stations chaque semaine. Imaginez-vous les pics que cela peut atteindre dans certaines régions, notamment durant les vacances scolaires. Le transport est une des plus grosses sources de pollution et encore beaucoup trop de monde utilise son véhicule personnel pour se rendre en station. Gardons en tête que les gaz des voitures qui s’échappent dans l’atmosphère, pénètrent dans les sols dès qu’il pleut, et contaminent alors la végétation, les nappes phréatiques et les fleuves.
Il ne faut pas oublier qu’une partie de la couche d’ozone est déjà bien entamée par les camions qui acheminent de la nourriture dans les supermarchés, mais également par les déneigeuses pour rendre les routes praticables, les camions poubelles, etc… donc évitons d’en rajouter une couche.

❄ LES DÉCHETS

Chaque année, des tonnes de déchets sont retrouvées dans la nature une fois que la neige a fondu. Ces détritus qui mettent parfois des centaines d’années à se dégrader, polluent les sols, l’eau, à cause de leur composition (métal, plastique, verre, ou carton). Sous l’effet de l’humidité, des matières toxiques se dégagent et s’infiltrent dans le sol.
On a tendance à perdre nos bonnes habitudes, notamment pour des questions de praticité : c’est les vacances, on achète des choses faciles à cuisiner, industrielles et suremballées… et on peut se laisser aller à l’oubli du tri des déchets, parce que, merde, il fait froid dehors, c’est plus simple de tout mettre dans la même poubelle dans l’appart… #nocomment

❄ IMPACT DES ACTIVITÉS SUR L’ENVIRONNEMENT

Toutes ces constructions en haute montagne, entre les hébergements et les remontées mécaniques, ça a forcément des conséquences sur la faune et la flore, c’est inévitable. On a bétonné et installé des machines gourmandes en énergie dans ces espaces naturels, à l’origine, hostiles à l’Homme, sans se préoccuper des conséquences de toutes ces activités sur l’environnement.
Pour attirer toujours plus de touristes, certaines stations ouvrent de nouvelles pistes et donc mangent un peu plus d’espace naturel. L’enneigement artificiel pour entretenir toutes ces pistes est aussi un fléau. Le prélèvement de l’eau dans les rivières et les lacs affecte la vie aquatique, et donc l’écosystème. Le besoin en eau des stations est tellement important qu’elles doivent parfois construire des lacs artificiels.

6 PISTES POUR PARTIR SKIER ÉCOLO


Si ça t’intéresse de te préoccuper de l’environnement pendant tes vacances d’hiver, voici quelques pistes pour partir skier plus écolo. En tant qu’individu, il est important de faire les bons choix. La majorité de la pollution provient des moyens de transports, de ce que nous mangeons, de la manière dont nous consommons. Notre mode de vie a donc un impact sur l’environnement, c’est pour ça qu’il est important que chacun mette sa pierre à l’édifice et participe à cet effort collectif.

Voici quelques propositions pour agir, toi, concrètement, pour réduire ton impact quand tu iras à la montagne.

1. SE RENDRE A LA STATION DE SKI EN TRANSPORT EN COMMUN ET PAS EN VOITURE

C’est tout con et tout le monde le sait, mais c’est important de le rappeler : un bon moyen de s’assurer de réduire son impact est de prendre le train et le bus, et non pas sa voiture. Le transport représente une grosse partie des émissions de CO2 dans l’atmosphère, il est donc primordial d’utiliser les transports en commun pour aller dans ta station de ski.
Surtout que honnêtement, aujourd’hui c’est bien foutu, dans la grosse majorité des stations tu trouveras des bus et des navettes pour te rendre directement sur ton lieu de séjour.

2. CONSOMMER LOCAL

Il faut partir à la recherche des produits locaux et ne pas s’arrêter au premier supermarché qui vous tend les bras. Ce n’est pas forcément évident, je vous l’accorde, mais c’est important si l’on veut créer un cercle vertueux.

En achetant aux producteurs locaux :
– on crée une économie sociale et solidaire, car on fait vivre directement les gens de la région en injectant notre argent auprès d’eux plutôt que dans les grosses multinationales qui se moquent bien de notre santé et de l’environnement.
– on réduit nos déchets car la nourriture provenant des supermarchés est tout le temps suremballée dans du plastique, du métal et autre. N’oublions pas que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas.
– on contribue à la réduction de la pollution liée au transport de toutes ces marchandises, qui alourdit encore la facture en CO2 dans l’atmosphère et de la pollution des sols.

Au besoin, renseignez-vous à l’office du tourisme de la station pour connaître les producteurs et les jours de marchés.

3. BIEN RESPECTER LES ZONES SKIABLES

Je veux dire par là ne pas faire du hors piste. On a l’impression de ne rien faire de mal, sauf que l’on oublie que la montagne est un refuge pour de nombreuses espèces animales, notamment certaines qui hibernent.
Il faut bien comprendre que les animaux qui se trouvent dans les montagnes sont en mode survie, et que s’ils rencontrent un groupe d’humains en raquette, ou bien un skieur qui dévale la montagne, il va être obligé de fuir, et donc d’utiliser l’énergie qu’il avait emmagasiné pour survivre à l’hiver. Ce qui met clairement sa vie en danger.
Nous nous sommes appropriés la montagne, mais n’oublions pas que nous ne sommes pas propriétaires des lieux et qu’ils représentent l’habitat naturel de certains animaux. Il est impératif d’en avoir conscience, et surtout de les respecter si nous voulons préserver l’équilibre naturel et la biodiversité qui est source de la vie.

4. LES DÉCHETS

C’est une évidence pour beaucoup mais c’est super important de ne pas laisser ses déchets dans la nature. Ca pollue les sols, l’eau, et ça met en danger les animaux susceptibles de les ingérer, car cela peut les rendre malades ou carrément les tuer (certains s’essaient à l’ingestion de plastique…).
Il est important de garder à l’esprit que le cycle naturel de l’eau est circulaire : c’est à dire que l’eau des montagnes s’écoule dans les fleuves, se retrouve dans la mer, s’évapore pour former des nuages, et se retrouver de nouveau dans la montagne lorsqu’il pleut ou qu’il neige. En gros si l’eau est polluée en montagne, c’est tout le système à toutes les échelles qui l’est, et l’eau polluée reviendra dans tous les cas à son point de départ : c’est donc un cercle vicieux. On a vraiment intérêt à ne pas bousiller l’équilibre naturel si on veut continuer à vivre sur cette bonne terre.
C’est pourquoi il est primordial de ramasser ses déchets et de ne pas les laisser dans la neige.

Il faut toujours :
– se munir d’un sac réutilisable ou de boites pour stocker ses déchets avant de les jeter dans la bonne poubelle
– utiliser une gourde que je remplis d’eau du robinet, plutôt que d’acheter des bouteilles en plastique

Petit défi à tous ceux qui veulent s’impliquer et être acteur pour la planète :
N’hésite pas à improviser un ramassage de déchets si tu tombes dessus, puis à prendre une photo et à la partager sur instagram ou twitter avec le hastag #montagnepropre

5. PARTICIPER AUX MOUNTAIN DAYS

Si certains se demandent comment s’impliquer davantage, vous pouvez chaque année participer aux Mountain days qu’organisent l’association Mountain Riders. Il s’agit de participer bénévolement au ramassage d’ordures dans la montagne avec plein d’autres bénévoles en toute convivialité. On en n’a pas forcément conscience mais chaque année, après le passage des skieurs ce sont des tonnes de déchets type mégots, papier, bouteilles, qui sont retrouvées dans la nature une fois que la neige a fondu…

Chaque année, plus de 150 tonnes de déchets sont jetées en montagne. Sur l’ensemble de ces déchets (emballages plastiques, mégots, ferrailles), 40% des déchets sont recyclables : 64% sont d’origine professionnelle (jalons de piste, câbles) et 36% d’origine touristique (mégots, cannettes, emballages plastiques).
source : www.mountain-riders.org

Vous trouverez les infos sur les différents événements organisés au printemps et l’été sur la plateforme de bénévolat nature J’agis pour la Nature.

6. CHOISIR UNE STATION LABELLISÉE FLOCON VERT

Si tu es un amoureux de la montagne et de la planète, sache qu’il est possible de trouver une station de ski conforme à tes valeurs. Le label Flocon Vert permet aux touristes comme toi et moi d’identifier des stations qui s’engagent pour un tourisme durable. C’est d’ailleurs grâce à l’association Mountain Rider que ce label existe.
L’idée est de mettre en avant les stations de ski engagées dans le développement durable et qui respectent les 21 critères du label.

Par exemple la station s’engage à :
-réduire ses émissions de gaz à effets de serre
-soutenir, développer et valoriser les productions locales pour une économie sociale et solidaire
-protéger et mettre en valeur ses espaces naturels
-sensibiliser le grand public en lui indiquant quel comportement adopter pour limiter son impact négatif et inciter aux comportements positifs
– réduire au maximum les risques de son activité sur les ressources naturelles

Voilà quelques petits exemples qui vous donnent une idée de l’intérêt d’aller dans une station Flocon Vert.
Les critères du label sont exigeants sur les questions environnementales et sociales, mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce label. Il nous assure de choisir une station qui a un réel engagement envers le développement durable.

💻 Toutes les infos sur le site de Flocon vert

***

Avoir la possibilité de partir dans des espaces naturels aussi exceptionnels que la montagne est une grande chance. C’est un cadeau de la nature et nous devons impérativement être reconnaissant et vouloir agir à notre échelle pour préserver cet espace fragile. Chaque geste compte.

J’espère que cet article vous aura appris quelque chose ou bien qu’il vous aura donné envie de réfléchir la prochaine fois que vous irez goûter aux joies de la montagne. Peut être aurez vous envie de mettre votre pierre à l’édifice !
Dites moi tout ça dans les commentaires !

Cet article vous a plu ?

***

📌 ÉPINGLEZ-MOI !

PINTEREST skier écolo

PARCOUREZ LES AUTRES RUBRIQUES DU SITE 

Comment skier écolo 2018-01-21T20:01:14+00:00

Weekend Calvados

WEEKEND SLOW DANS LE CALVADOS

– CATEGORIE WEEKEND –

Si vous avez envie d’un weekend iodé, rendez-vous dans le Calvados ! Pour se ressourcer, respirer l’air marin, en prendre plein les mirettes, … bref les atouts ne manquent pas. Les couleurs sont sublimes et le calme qui y règne vous apaise.
Je suis partie sur la Côte de Nacre pour un petit weekend slow, et je vous partage dans cet article quelques idées d’activités, si vous aussi vous souhaitez vous reconnecter à la mer et la nature.

Pensez à lire la vidéo en HD 🙂 

Si vous passez par Caen, en train ou bien en voiture, n’hésitez pas à y faire une halte car la ville vaut le détour. On pense bien sûr à son passé historique, mais c’est aussi une bonne entrée en matière pour un weekend en bord de mer. En effet, Caen est traversée par l’Orne, et son Canal et son port de plaisance sont déjà un écho à ce lien étroit avec la mer. La ville ne fut pas choisie pour rien par Guillaume le Conquérant : elle constituait un entrée privilégiée sur la mer. Marcher autour du port de plaisance est un vrai plaisir et je vous invite à vous y rendre pour découvrir notamment la Médiathèque et ses grandes baies vitrées qui offrent une belle vue. On resterait bien un moment pour bouquiner dans un coin !

C’est également ici que vous pourrez faire une pause pour déjeuner. Même s’il n’est pas évident de trouver autre chose que des produits de la mer et de la viande, Caen a quelques adresses que j’aimerai d’ailleurs tester dans le futur !
En attendant en voici une vegan-friendly qui se trouve justement dans la Médiathèque.

La Table des Matières
15 Quai François Mitterrand – 02 31 99 76 25
La déco est élégante et l’ambiance est agréable. On est bien accueilli dans ce petit restaurant qui fait également salon de thé et café.
Attention le menu est végétarien, mais ils s’adaptent pour proposer un repas végétalien : il vous suffit de leur préciser.

Pour une balade digestive, vous pourrez passer par l’emblématique château de Guillaume le Conquérant. On peut se promener à l’intérieur et sur les remparts, et c’est très agréable ! On a une superbe vue sur la ville et notamment sur l’Église Saint Pierre. Ensuite, vous pouvez vous rendre dans l’Abbaye aux Dames où est enterrée Mathilde de Flandres, épouse de Guillaume le Conquérant. Et je vous conseille vivement d’aller jusqu’à la magnifique Abbaye aux Hommes qui est vraiment un coup de coeur pour moi. Elle est superbe tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Dans la cloître, j’ai été touchée de voir qu’il reste encore des impacts de balles de la Seconde Guerre Mondiale. L’esplanade devant l’Abbaye permet d’admirer pleinement l’édifice, et si vous vous retournez, vous pourrez également admirer l’Église Saint-Etienne-Le-Vieux, un vieil édifice datant à priori du Xe siècle, qui même en partie ruiné est très beau à contempler.

PORT-EN-BESSIN

À 30 minutes de voiture de Caen, se trouve Port-en-Bessin, une petite ville plein de charme sur la côte du Bessin où il est très agréable de déambuler. Les petites rues étroites, les adorables maisons typiques, les boutiques, les bateaux amarrés… c’est très mignon !
Port-en-Bessin a marqué l’Histoire car, si aujourd’hui c’est un petit port de pêche tranquille, ce fut autrefois un bastion militaire, un port pétrolier ainsi qu’un port de commerce. On ne ressent toutefois pas cela quand on se promène tranquillement le long du port. On est plutôt happé par la beauté du paysage et par un sentiment de plénitude.

✶ À faire absolument : marcher le long de la jetée pour prendre un grand bol d’air iodé et admirer le panorama à 360° ! Les camaïeux de bleu et vert sont à couper le souffle.

☞ Si vous en avez l’occasion, prenez le large ! La côte est tellement belle depuis la mer ! Vous pourrez notamment passer dans le port artificiel d’Arromanches, vestige de la Seconde Guerre Mondiale.
Depuis Port-en-Bessin, j’ai eu la chance d’embarquer à bord d’un bateau pour naviguer jusqu’à Courseulles-sur-mer. La navigatrice Claire Pruvot m’a emmené pour un beau voyage sur la mer où j’ai eu l’immense privilège de découvrir la côte du Bessin depuis la grande bleue… Un moment superbe, où vous ressentez la force de la nature, avec cet air iodé, le vent qui fouette le visage et le paysage qui évolue sans cesse. On prend le temps d’observer, on se laisse porter par les vagues… si ça c’est pas slow !

L’ESTUAIRE DE L’ORNE

✯ PHARE DE OUISTREHAM

À Ouistreham, j’ai pris de la hauteur. Je suis montée tout en haut du phare qui se trouve au milieu de la baie de l’Orne. De l’extérieur cela ne paraît pas si haut, et pourtant on se sent comme un oiseau tout là-haut. J’ai grimpé les 171 marches du phare centenaire et je ne pensais pas être aussi charmée. Que la vue est sublime !! On a une vue à 360° sur le Canal de Caen à la mer, Ouitreham, la baie de l’Orne la réserve ornithologique du Gros Banc, la mer à perte de vue… bref j’ai vraiment adoré voir tout cela comme si j’étais un oiseau !

J’ai beaucoup aimé les photographies à l’intérieur du phare qui vous aident à monter les marches. Ce sont celles d’un photographe originaire de Ouistreham bien sûr

☞ Tarif 2017 : 3€ et plus d’infos ici

✯ RÉSERVE ORNITHOLOGIQUE DU GROS BANC

OBSERVER LA FAUNE ET LA FLORE
Je me suis rendue dans la Réserve Ornithologique du Gros Banc, munie de jumelles, afin de tenter d’observer quelques oiseaux. Le site est bien fait car vous pouvez monter dans de grandes cabanes en bois appelées “observatoires”. Il y en a deux : l’observatoire de la Pointe du Siège sur la rive ouest, de l’autre côté de la Réserve, et l’observatoire du Gros Banc, qui se trouve en bordure de la Réserve Ornithologique. À l’intérieur, des panneaux explicatifs avec des photos vous permettent de tenter de reconnaître les oiseaux que vous réussissez à voir sur le site. J’ai adoré me prendre pour une ornithologiste, et observer tout ce petit monde vaquer à ses occupations en toute quiétude. Une activité qui fait sens !

☞ Vous pouvez louer des jumelles à la Maison de la Nature et de l’Estuaire pour 1€. Pratique !

RANDONNER AU COEUR D’UNE NATURE PRÉSERVÉE

Pour une petite rando au coeur de la nature, vous pouvez vous garer sur le parking de la Maison de la Nature et de l’Estuaire de Sallenelles, et de là  partir à pied directement dans la Réserve, en passant par l’itinéraire piéton, qui passe notamment par le pré-salé et les prairies humides. Super sympa !

Si vous voulez faire plus long, une randonnée de 15km est possible également au départ de la Maison de la Nature et de l’Estuaire. Elle fait le tour de l’Estuaire (balisage jaune) avec en prime un point de vue panoramique sur la Baie de l’Orne.

LA MAISON DE LA NATURE ET DE L’ESTUAIRE DE L’ORNE

La Maison de la Nature et de l’Estuaire est située à Sallenelles. Elle se trouve dans une belle demeure typique, un ancien relais de chasse qui, ironie du sort, ne sert plus à organiser la tuerie d’animaux, mais à protéger et valoriser l’environnement. Une bonne chose ! Car il y a ici une nature superbe qu’il faut vraiment préserver. Leur but est de sensibiliser et éduquer le grand public, et pour cela la Maison de la Nature et de l’Estuaire organise :
– des expos temporaires et permanentes
– des sentiers de découverte
– des animations notamment pour les familles
– des sorties découverte

Pour ma part, je me suis rendue dans les prés salés en passant par l’ancien village de pêcheurs et producteur de sel : Sallenelles. De là j’ai emprunté une partie du sentier de « Merville ».
Et la chance était avec moi car j’ai pu observer des phoques veaux marins ♡ !! Ils étaient là, à se prélasser sur un rocher sortant des eaux. Trop loin pour l’objectif de mon appareil photo, mais assez près pour mes jumelles. Quoi de plus satisfaisant que d’observer les animaux dans leur milieu naturel !
Elodie, de la Maison de l’Estuaire, m’a fait goûter à l’obione, une plante salée spécifique aux prés salés, qui peut s’utiliser pour la cuisine. Il existe d’ailleurs une visite pour apprendre à connaître les plantes du site, et ça doit être sacrément intéressant !

☞ Pour avoir tous les renseignements sur les sentiers ou les visites, rendez-vous sur le site du CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) Vallée de l’Orne, auquel est rattachée la Maison de la Nature et de l’Estuaire.

L’OPÉRATION RIVAGE PROPRE

L’Estuaire de la Baie de l’Orne est un milieu d’une très grande richesse biologique. C’est une zone de contact entre l’eau douce du fleuve et l’eau salée de la mer. Ainsi, elle abrite une faune et une flore très riche, mais dépendante de cet espace naturel sensible.
J’ai beaucoup été touchée pour l’opération “Rivage propre” qu’organise le CPIE Vallée de l’Orne. L’objectif est de préserver ce patrimoine naturel et notamment les animaux et les plantes y vivant.
L’association mène des actions de sensibilisation comme des opérations de nettoyage des plages en faisant appel à des bénévoles. Cette opération est nécessaire car elle permet de ramasser de manière sélective les déchets déposés sur la plage, comme les mégots, le verre, les canettes métalliques, les bouteilles ou sacs plastiques, etc.

Pourquoi est-ce nécessaire ?

Ces déchets s’agglutinent dans la laisse de mer. La laisse de mer, si vous ne connaissez pas le nom, vous savez forcément ce que c’est : il s’agit d’une bande marquant le niveau de la haute mer dans laquelle sont entremêlés algues, coquillages, mue de crabe, os de seiche, bois flotté, etc. Elle abrite aussi toute une ribambelle de petites bêtes comme des insectes et des crustacés qui y vivent. La laisse de mer est donc un formidable garde-manger pour certains oiseaux.

Quelles sont les conséquences de la pollution de la laisse ?

Les conséquences des déchets sur la plage sont nombreuses : intoxication et mort des animaux qui s’étouffent avec du plastique, qui mangent ces déchets ou sont pris au piège dans des filets, problème d’insalubrité et d’hygiène, pollution des sols et de l’eau.
Si toute la chaîne alimentaire est corrompue par les déchets humains, l’intoxication et la destruction de la nature est inévitable. C’est pourquoi il est nécessaire aujourd’hui d’agir.

Voilà j’avais envie de vous parler de cette belle initiative écologique qui donne du baume au coeur !

***

J’ai adoré ce petit weekend slow dans le Calvados, il y a tant de choses à voir ! L’ambiance là-bas m’apaise, la mer à perte de vue me donne envie de flâner des heures sur la plage, et cet air frais et sain fait un bien fou. J’ai bien envie d’y retourner très vite, pour découvrir, toujours en mode slow et green, d’autres jolis endroits de la côte de Nacre.

Avez-vous déjà été dans le Calvados ? Quels ont été vos endroits coup de coeur ? N’hésitez pas à nous partager tout cela en commentaire de cet article 🙂

Cet article vous a plu ?

Si vous souhaitez des informations complémentaires sur le Calvados en général, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de Calvados Tourisme avec qui j’ai réalisé ce voyage en collaboration.

Weekend Calvados 2017-12-05T18:20:02+00:00

Bordeaux au vert : les incontournables

CITYTRIP AU VERT À BORDEAUX

– CATEGORIE WEEKEND –

Ça faisait un moment que j’avais envie de découvrir Bordeaux et c’est maintenant chose faite ! À seulement 2h de Paris en TGV, le tram, les vélos V3, aucune excuse pour ne pas visiter la ville au vert ! Vraiment j’ai adoré Bordeaux et sa douceur de vivre, son architecture, ses quais, son patrimoine, le côté bobo décontracté, ses petits restau, son dynamisme, et bien d’autres choses qui vous donneraient presque envie d’y emménager !

Si vous venez découvrir Bordeaux plusieurs jours, voici quelques incontournables pour visiter la ville au vert, et quelques incontournables pour se plonger au coeur de la “belle endormie”,  en mode slow bien-sûr  !

LOUER UN V3 POUR SE DÉPLACER EN TOUTE LIBERTÉ

Pour moi c’est ce qui fait la force de cette ville : rouler à vélo est très agréable car les voies ont été aménagées, il y a beaucoup de bornes et on va beaucoup plus vite qu’à pied quand c’est un peu loin. Et bien-sûr on fait du sport et on ne pollue pas ! Que demander de plus !
Si vous voulez vous faire une petite virée à vélo, vous pouvez faire le tour des quais en passant par les deux ponts emblématiques : le Pont de Pierre et le Pont Chaban-Delmas. D’une rive comme de l’autre c’est très agréable de rouler. À l’écart des voitures, on peut admirer la ville depuis plusieurs angles.

☞ je vous recommande l’application “vélo bordeaux” qui est beaucoup mieux faite que l’officielle. On voit en temps réel où se trouvent les bornes et combien de vélos sont disponibles.

FAIRE UNE PAUSE NATURE AU JARDIN PUBLIC

Situé au nord du centre ville, à proximité du monument aux Girondins, le Jardin Public est une vraie bouffée d’air frais ! Il est vraiment très agréable et joliment aménagé. On peut se poser et profiter de la quiétude des lieux. Il y a un plan d’eau, une aire de pique-nique, on peut déjeuner ou juste prendre un verre. Il y a assez de place pour tout le monde, même pour les canards qui vaquent tranquillement à leurs occupations. J’ai adoré cette pause nature au coeur de la ville !

SE BALADER DANS LE QUARTIER DES CHARTRONS

Au nord du centre ville, il y a les Chartrons. J’ai adoré me promener dans ce quartier chargé d’histoire, où l’on déambule volontiers dans ses petites ruelles. C’est ici que se trouvaient autrefois les négociants qui dynamisèrent le quartier en s’installant en dehors de la ville pour y faire du commerce. Bordeaux devint alors le haut lieu du marché vinicole durant des siècles. Malgré une période à vide dans les années d’après-guerre, le quartier est aujourd’hui devenu le repair des antiquaires et des brocanteurs, mais également des restau branchés et de petits magasins design, notamment dans la rue principale : la rue Notre-Dame.
Vous pouvez vous y rendre après un tour par le Jardin Public puisqu’il se trouve juste à la frontière.

MONTER TOUT EN HAUT DE LA FLÈCHE SAINT-MICHEL

Avec ses 114 mètres de hauteur, il s’agit du deuxième clocher le plus haut de France. J’ai particulièrement aimé voir à l’un des paliers le carillon et son clavier, constitué de 22 cloches, ainsi que le fait qu’il y ait différentes petites ouvertures à différentes hauteurs pour pouvoir apprécier la vue.
Une fois en haut, on ne regrette pas la montée : Bordeaux à 360° c’est superbe ! Je ne m’attendais pas à une telle vue car d’en bas on n’a pas l’impression que c’est si haut que ça. On voit le Pont de Pierre, la basilique Saint-Michel, les toits de Bordeaux… vraiment beau. On aime d’autant plus la ville.
L’histoire de cette tour est assez atypique et même plutôt glauque puisqu’elle est également connue pour sa crypte. En effet, une soixantaine de momies disposées en cercle s’y trouvaient depuis la fin du 18ème siècle, et ces corps défigurées ont attiré de nombreux visiteurs, comme notamment de grands écrivains tels que Victor Hugo ou Gustave Flaubert, pour satisfaire leur curiosité morbide. Ils ont été inhumés depuis mais un film est proposé dans cette crypte pour retracer l’histoire de ces cadavres. Ça fout un peu la chair de poule !

✦ Tarif 2017/pers : 5€
☞ À noter le fait original que ce clocher soit indépendant de la basilique (qui se trouve juste à côté et se visite gratuitement)

SE PLONGER DANS L’HISTOIRE DE BORDEAUX ET SA RÉGION AU MUSÉE D’AQUITAINE

Ce musée est immense ! Sachez qu’il faut quand même y consacrer 2 ou 3 heures si on s’intéresse un minimum aux différentes salles. J’ai vraiment adoré cette plongée au coeur de l’Histoire depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours, en passant par le Moyen-Âge.
J’ai particulièrement aimé la deuxième moitié du musée, et notamment la partie consacrée au 18ème siècle et son époque coloniale où l’on apprend beaucoup sur l’expansion de Bordeaux grâce à son port, le commerce du vin et d’esclaves.
C’est un musée classique finalement, mais qui est très riche et permet de se familiariser avec l’Histoire du territoire. Je le trouve incontournable et je vous conseille d’y faire un tour !

✦ Tarif 2017/pers : 4€

REMONTER TOUTE L’ESPLANADE DES QUINCONCES

Située en bordure de la Garonne, l’esplanade fait tout de même 12 hectares. Elle est un des symboles de la Révolution Française avec son monument aux Girondins à l’extrémité ouest. Cette fontaine de style pompier est vraiment belle et j’ai adoré les chevaux qui galopent fièrement sous la colonne de 43 mètres de haut. Je dois dire que je n’ai pas pu apprécier l’esplanade à sa juste valeur car elle accueille de nombreux événements toute l’année, et il y avait lors de ma visite un cirque qui prenait une bonne grosse moitié de la place… je n’ai rien contre les artistes jongleurs et trapézistes, toutefois je suis absolument contre l’exploitation des animaux et voir cela dans la belle ville de Bordeaux m’a fait de la peine…
Pour la petite histoire, l’esplanade s’appelle “des Quinconces” en raison de ses arbres plantés en quinconce, et elle existe depuis le démantèlement d’une forteresse du 15ème siècle, le Château Trompette, qui fut rasée au 17ème siècle par les habitants en pleine rebellion.

SE PROMENER À PIED SUR LES QUAIS

Une chose toute simple mais qui permet de découvrir Bordeaux gratuitement et en faisant son petit sport de la journée : se balader le long des quais.
Vous passerez par de multiples points touristiques, et vous verrez la ville et la Garonne sous différents angles. Faire le tour complet peut être long, donc en vélo ce sera plus aisé. Toutefois, je peux vous recommander de déposer votre V3 à la Cité du Vin (de la visiter) et de redescendre vers le centre ville le long des quais. Vous pourrez admirer le Pont Jacques-Chaban-Delmas, puis flâner aux abords des multiples boutiques du quais de Bacalan et des Chartrons, puis admirer le début de l’esplanade des Quinconces, faire une pause au miroir d’eau, face à la place de la Bourse, pour finir par l’emblématique Pont de Pierre
Bref un joli programme avec plein d’incontournables à découvrir à son rythme !

VISITER DARWIN

J’ai découvert Darwin totalement par hasard. Je cherchais où me garer gratuitement pour pouvoir découvrir Bordeaux et je suis tombée sur toutes ces places de parking gratuites. Et évidemment il y a une station de vélo V3 juste en face… autant vous dire que c’était mon point de départ tous les matins !
Darwin est une ancienne caserne militaire réhabilitée installée rive droite quai des Queyries à l’ambiance industrielle incomparable. Tournée vers l’économie verte, c’est aujourd’hui un lieu dédié au “développement économique responsable, à l’entrepreneuriat social, à la transition écologique et à l’activisme citoyen”. Donc on y trouve une épicerie bio avec des produits de saison et une offre de produits locaux, des artistes qui taguent de superbes oeuvres, des skaters, des potagers bio, un bistrot où l’on passerait bien l’après-midi à refaire le monde… C’est également là que se trouve une pépinière à entreprises où travaillent, dans un immense espace de coworking, des associations, des start-up en rapport avec le développement durable. C’est ici que travaille notamment Marie, la créatrice des chaussures véganes Minuit sur Terre, que j’ai rencontré ici-même pour l’interviewer : retrouvez l’article ici
Bref on s’y sent vraiment bien, il y a une ambiance particulière que je vous invite vivement à découvrir !

TRAVERSER LE MIROIR D’EAU

On a tous une âme d’enfant, et je n’ai pas pu résister, j’ai traversé le miroir d’eau ! Il se trouve sur les quais, face à la magnifique place de la Bourse que vous ne devez surtout pas manquer. En même temps difficile de passer à côté lorsque l’on remonte les quais. Étant piétonne on peut prendre le temps d’y flâner, d’admirer le bâtiment qui l’encadre, et prendre en photo la célèbre Fontaine des Trois Grâces.

VISITER LA CITÉ DU VIN ET TRINQUER EN HAUT DU BELVÉDÈRE

Sincèrement ce musée est super. En arrivant on est bien-sûr intrigué par son architecture contemporaine et on se demande ce qui nous attend. Il y a des espaces de dégustation, des ateliers pédagogiques pour les enfants, une boutique, des restaurants, des salles de lecture. Au début j’ai trouvé l’entrée chère, mais au final après avoir fait la visite je trouve le prix correct. Le musée est super interactif et très complet. Situé au deuxième étage, il s’agit du parcours permanent. On vous remet un audioguide qui vous accompagnera tout au long de cette visite. Le principe est de suivre les différentes thématiques comme “vignobles du monde”, “de la vigne au verre”, ou encore “le vin et vous”. Ces multiples étapes vous plongeant sur 3000m2 dans l’univers du vin. Il faut écouter, parfois sentir, toucher. C’est très interactif et on se prête volontiers au jeu.
Une fois la visite finie, n’oubliez pas de prendre l’ascenseur au rez-de-chaussée pour monter au belvédère. Il s’élève à 35 mètres de hauteur et offre une superbe vue à 360° sur Bordeaux.
Une belle visite qui permet de se familiariser avec le monde du vin, qui est indissociable de la ville.

✦ Tarif 2017/pers : 20€
☞ sur place vous trouverez des casiers gratuits pour stocker vos affaires

FAIRE DU SHOPPING RUE SAINTE CATHERINE

C’est la plus longue rue commerçante d’Europe avec 1.5 km de boutiques. De quoi en faire craquer plus d’une ! Il y beaucoup de grandes enseignes donc pas forcément ma tasse de thé mais on peut aussi prendre des rues parallèles et découvrir des petites boutiques. Au-delà des magasins, il y a l’ambiance. On se plonge dans la foule et on s’arrête écouter les artistes de rues, puis on s’achète une sucrerie. Bref on profite de l’effervescence générale ! Car une chose est sûre : il y a du peuple. J’y suis allée en semaine et c’était noir de monde !
☞ Si vous vous dirigez vers le nord, vous arriverez à la très belle place de la comédie où se trouve le Grand Théâtre.

TRAÎNER AUX COMPTOIRS DE MAGELLAN

Bon ok ce n’est pas incontournable, mais j’avais envie de vous partager cette adresse où j’ai flâné un bon moment ! Comme moi, vous aimez le voyage et j’ai eu envie de vous parler de cette boutique sur laquelle je suis tombée par hasard : les comptoirs de Magellan.
Amis voyageurs, vous risquez d’y passer un moment ! C’est un bazar organisé de milliers d’objets autour du thème du voyage. Bouquins, vêtements, théières, affiches, sac à dos, thermos, etc… on ne sait plus où donner de la tête ! Bon courage pour sortir de là les mains vides !
☞ 16 Rue Ravez / Lundi au samedi : 10h à 20h

***

Il y a d’autres activités au vert et d’autres musées intéressants à faire, comme le jardin botanique et la cathédrale Saint André, mais je vous ai listé ce que je trouve incontournable pour une première visite. Toutes ces activités ne sont pas faisables en un weekend mais plutôt lors d’un weekend prolongé. Sinon il s’agit plutôt d’une boite à idée dans laquelle vous pouvez piocher et faire ce qui vous dit le plus !

☞ Je vous recommande le City Pass, que j’ai bien-sûr découvert après mon séjour, ahah, mais qui permet de faire des économies intéressantes.
Voici le lien vers l’office du tourisme de Bordeaux où vous trouverez les tarifs et les détails selon vos besoins

🌿 🍴Question bouffe, je ne vais pas en parler dans cet article car j’ai fait un article spécial : où manger bio et vegan à Bordeaux, dans lequel je vous donne des adresses coup de coeur que j’ai testées… et approuvées !

***

Bordeaux m’a vraiment séduite et je comprends l’exode dans cette ville qui a de multiples d’atouts, et pourquoi beaucoup souhaite en faire leur cadre de vie.
Êtes-vous déjà allés à Bordeaux ? Quels sont vos endroits favoris ? Partagez-vous cela dans les commentaires 🙂

Cet article vous a plu ?

Bordeaux au vert : les incontournables 2017-10-26T02:36:48+00:00

Minuit sur Terre

INTERVIEW AVEC MARIE DE MINUIT SUR TERRE
CHAUSSURES 100% VEGAN

– CATEGORIE GREEN DRESSING –

De passage à Bordeaux, j’ai rencontré Marie, la créatrice de Minuit sur Terre, une jeune marque de chaussures véganes qui allient avec succès éthique et esthétisme. Bordelaise d’adoption, elle a voulu faire de ses modèles des chaussures dans l’air du temps, car on a beau être vegan, on a le droit d’aimer la mode aussi ! Et personnellement j’ai craqué dès la campagne de crowdfunding pour les Virvolte Camel.
Voici ma petite interview de Marie dans les locaux de Darwin au coeur de Bordeaux où elle travaille, accompagnée de sa fidèle chienne Cannelle. Elle nous en dit plus sur sa marque Minuit sur Terre au nom bien énigmatique.

CRÉATION DE LA MARQUE

Peux-tu nous faire un bref historique de ce qui t’a amené à créer ta marque ?

C’est en juin 2016 que l’idée a commencé à germer dans mon esprit. Je cherchais alors une jolie paire de sandales pour l’été, sans cuir et de bonne qualité, ce qui m’a tout naturellement menée vers les site de chaussures labellisées véganes. Malheureusement, mes recherches sont restées vaines car aucun modèle ne me plaisait… L’autre option, c’était d’acheter une paire en plastique bas de gamme, non labellisée et produite on-ne-sait-où dans des conditions pas toujours idéales, mais ça ne me satisfaisait pas non plus.
Après quelques mois de réflexion et l’obtention du statut étudiant-entrepreneur, je me suis décidée à me lancer véritablement fin octobre 2016, cela fait presqu’un an maintenant ! Je terminais à l’époque mes études, et j’ai pu convertir mon stage de fin d’études en période de création de projet, ce qui m’a permis de travailler sur Minuit Sur Terre à temps plein dès le mois de janvier.

Quelles ont été les plus grosses difficultés pour mettre en place ton projet ?

Trouver des fabricants capables de réaliser les modèles que je voulais, acceptant de travailler avec des matières autres que du cuir et de faire des petites séries ! Heureusement, j’ai eu de la chance et j’ai trouvé la perle rare. J’ai été soutenue par ma famille et mes amis tout au long de l’aventure et pour le moment pas de souci majeur à déplorer 🙂

Qu’est ce qui te plait le plus dans le fait d’avoir créé ta marque ?

Le fait de pouvoir emmener Cannelle au bureau avec moi tous les jours ! 😉
Je ne plaisante qu’à moitié, mais travailler sur son projet, c’est vraiment génial. Je ne m’ennuie jamais (bon, toute la partie administrative me plait moins, évidemment) et ça me plait vraiment. J’ai l’impression que mon travail a du sens et c’est le plus important !
Il y a aussi bien évidemment des périodes de stress et de doute, mais c’est courant quand on est responsable d’une entreprise 😉

MINUIT SUR TERRE

Comment as tu choisis le nom de ta marque ?

Minuit Sur Terre, c’est une référence à Cendrillon. Cendrillon, c’est la preuve qu’une paire de chaussures peut changer une vie, et notre objectif, c’est d’en changer plein !
Je ne voulais pas d’un nom qui rappelle le véganisme, ou afficher le logo vegan à l’intérieur des chaussures par exemple. Cela enferme beaucoup trop la marque et va braquer tous les non véganes, et c’est une grosse erreur car à mon sens ce sont eux qu’il faut séduire et à qui il faut ouvrir les yeux sur le cuir. Un végane n’achètera pas de cuir de toute façon, pour changer le monde il faut voir les choses en grand !

CRÉATION DES MODÈLES

Comment conçois-tu tes modèles ? De l’inspiration au dessin, comment procèdes-tu ?

Je passe beaucoup de temps à regarder sur internet les tendances, ce que font les autres marques… Ensuite, je fixe mes idées sur le papier de manière très approximative car je ne sais pas dessiner. C’est juste pour ne pas oublier ce à quoi j’ai pensé 🙂 Ma soeur fait alors les dessins que l’on va envoyer aux usines avec le choix des matières.

MATIÈRES, COMPOSITION ET FABRICATION DES CHAUSSURES

Peux-tu nous décrire les composants des chaussures et leur origine ?

Les matières utilisées proviennent d’Italie : il s’agit de fibres synthétiques sans solvants. La doublure intérieure est constituée d’une fibre naturelle et écologique à base de céréales et de PU recyclé.

Les matières synthétiques ont une image plus polluante que le cuir, alors que l’industrie du cuir est une catastrophe écologique. Peux-tu nous en dire plus ?

Souvent les gens imaginent que le cuir est brut et exempt de produits chimiques, ce qui est bien évidemment faux ! La peau est tannée avec des produits extrêmement toxiques que ce soit pour l’environnement où les hommes qui travaillent dans les tanneries.
Il existe bien un tannage végétal, mais qui n’est quasiment jamais utilisé car il ne serait pas très efficace.
Mais le pire en termes de pollution et d’impact sur l’environnement, c’est bien sûr l’élevage !
Nous avons un article très détaillé sur notre blog pour ceux qui veulent des chiffres plus concrets : 5 raisons de ne pas porter du cuir

Bien évidemment, les produits synthétiques ne sont pas parfaits, loin de là, mais c’est pour le moment la meilleure alternative qui existe en terme de qualité/aspect. Le cuir d’Ananas a un aspect fripé vraiment pas élégant et les autres cuirs végétaux ne sont pas encore commercialisés (le cuir à base de raisin est très prometteur et j’ai hâte de pouvoir l’essayer sur quelques modèles !).

Où sont fabriquées tes chaussures ?

Nous travaillons avec deux usines situées au nord du Portugal. C’est la garantie d’un savoir faire de qualité et de droits des travailleurs respectés !

VEGAN MAIS TENDANCE

Vegan oui, mais le but est d’avoir des modèles dans l’air du temps. Que souhaites-tu véhiculer comme image et comme message avec ta marque ?

Notre objectif, c’est de rendre le véganisme sexy, et de casser cette image du végane un peu déconnecté du monde et ne se souciant pas du tout de la mode. On est végane pour les animaux, ça ne veut pas dire que l’on doit renoncer au style !

CANNELLE, LA MASCOTTE À POIL

Peux-tu nous en dire plus sur ta chienne Cannelle et son rôle pour ta marque ?

Cannelle est rentrée dans ma vie en Juin 2016 quand je suis allée la chercher dans un refuge en bourgogne et c’est vraiment mon gros bébé. Comme je partageais mon avancée sur les réseaux sociaux, c’est tout naturellement qu’elle y a fait son apparition et est devenue petit à petit notre mascotte poilue ! D’ailleurs, elle a bien plus de succès sur les réseaux sociaux que n’importe quelle paire de chaussures, alors parfois je me demande si je ne vais pas créer une marque de produits dérivés « Touffe le chien » à la place 😉

LE RÔLE ESSENTIEL DES RÉSEAUX SOCIAUX

Tu es très présente sur Instagram et Facebook, et tu as une partie blog sur ton site Internet. Comment utilises-tu les réseaux sociaux pour faire connaître Minuit sur Terre ? Quels sujets abordes-tu sur le blog ?

Internet, c’est le meilleur moyen pour se faire connaitre de manière gratuite. Il y a encore quelques années, acquérir de la notoriété prenait un temps fou, il fallait payer pour des publications dans des magazines etc.. Maintenant, avec un peu de goût et de bon sens, on peut vraiment utiliser les outils du net pour se faire connaitre et c’est un vrai tremplin pour les nouvelles marques. Nous utilisons les réseaux sociaux pour partager avec ceux qui nous suivent toutes les avancées de la marque, les infos essentielles, et bien sûr, des photos de Cannelle !

Le blog a plus une visée pédagogique : on y explique par exemple pourquoi ne pas porter de cuir, avec des arguments mais surtout un discours bienveillant, nous ne sommes pas là pour lancer des cailloux à ceux qui ne sont pas véganes. Le but est de sensibiliser, d’ouvrir les yeux et de planter la graine du changement. Nous sélectionnons aussi sur le blog des alternatives aux produits traditionnels, comme par exemple des sacs ou du maquillage !

ET SINON…

Quels sont tes projets pour la marque ?

Pour le moment, nous nous concentrons sur les chaussures pour femme mais j’aimerai dans quelques années proposer aussi des modèles pour hommes, et pourquoi pas, une ligne de sacs à main !

Tu vis à Bordeaux, pourquoi as-tu choisis cette ville ?

J’ai atterri à Bordeaux pour mes études, en Septembre 2011, et la ville m’a vraiment plu. On peut tout faire à pied, il fait beau (la plupart du temps) il y a l’océan et la campagne juste à côté… J’ai intégré en juillet dernier la pépinière pour entreprise de Darwin, et il faut dire que le cadre pour y travailler est vraiment parfait !

Quelles sont tes marques vegan préférées ?

J’adore les chocolats de la marque Ichoc et les produits d’entretien ménager Attitude. Et je bave depuis plusieurs années devant les sacs Alexandra K, une créatrice polonaise, et il se peut que je craque bientôt pour l’un de ses modèles ! Pour l’alimentation, je ne mange pas beaucoup de substituts, car je n’ai pas envie de retrouver le goût de la viande ou du fromage.

***

J’espère que cette interview vous a plu et vous a peut être permis de découvrir une nouvelle marque éthique pour votre penderie green !
Allez donc faire un tour sur le site Internet pour voir tous les modèles 👠 Mais gare aux craquages 😝

Cet article vous a plu ?

VOUS AIMEREZ AUSSI

→ À LIRE : Où manger bio et vegan à Bordeaux

→ À LIRE : Escapade dans les Cyclades du Nord

Minuit sur Terre 2017-10-25T12:37:10+00:00

Manger vegan Bordeaux

OÙ MANGER BIO ET VEGAN À BORDEAUX

– CATEGORIE FRANCE –

J’ai adoré Bordeaux et j’ai adoré y manger. Lors de mon séjour, j’en ai profité pour tester plein de petites adresses sympa. Que ce soit 100% vegan ou vegan-friendly, il y a pas mal de restaurants super où s’arrêter et prendre le temps de déguster un bon repas. Je n’ai pas pu résister à l’envie de vous lister mes découvertes dans cet article. J’espère qu’il vous aidera si vous cherchez une idée pour une pause déj, ou bien qu’il vous donnera envie de tester l’un d’entre eux, que vous soyez végétalien ou non !
⩥ Notez qu’ils sont presque tous fermés le soir, ce qui nous laisse un peu orphelins pour dîner !

❀ ❀ ❀ ❀ ❀

***

J’espère que cet article vous aura donné faim 😋 J’ai beaucoup aimé l’ambiance conviviale de tous ces restau et je m’y suis vraiment bien sentie. Ca se voit d’ailleurs rien qu’en photo : ils mettent beaucoup d’énergie à proposer une cuisine de qualité et colorée, et c’est très plaisant !
N’hésitez pas à nous partager vos adresses en commentaire de cet article ! Ça me donnera de nouvelles idées quand je reviendrai 🙃

Cet article vous a plu ?

Manger vegan Bordeaux 2018-05-17T20:04:29+00:00

5 conseils pour randonner

5 CONSEILS POUR RANDONNER EN TOUTE SECURITÉ

J’ai chopé le virus de la randonnée en Corse, et j’aime maintenant découvrir les pays en marchant, en grimpant, en suant. C’est une petite aventure à chaque fois, on se sent proche de la terre, en connivence avec les lieux qu’on explore, on ne pollue pas avec sa voiture, on prend son temps pour admirer les paysages quand cela nous chante, sans avoir à se garer à côté de 15 autres voitures ayant eu la même idée que nous. C’est plus personnel et plus gratifiant.
Cependant, partir randonner ne s’improvise pas, même s’il s’agit d’une marche de quelques heures. On peut vite regretter de ne pas avoir été prévoyant sur des petits détails qui peuvent nous pourrir notre sortir en pleine nature.

Je vous propose dans cet article 5 conseils simples à suivre pour partir randonner en toute sécurité. Ces conseils sont tirés de mon expérience personnelle et s’appliquent aux randonnées n’excédant pas une journée.

1. Avoir un équipement adapté

Avoir de bonnes chaussures de randonnée. Cela peut paraître évident, mais je croise parfois des randonneurs qui se lancent à l’assaut de montagnes en converses. J’ai fait l’erreur une fois de partir randonner en Corse avec des chaussures de rando bas de gamme, achetée 14€ à Intersport car j’avais oublié les miennes sur le Continent… le résultat ne s’est pas fait attendre : douleurs à la voûte plantaire au bout d’une heure et frottements au tendon d’achille rendant la marche douloureuse.
Soyez sûrs de vos chaussures. Randonner c’est marcher donc il est impératif de prendre du bon matériel. De bonnes baskets de running peuvent faire l’affaire, mais en montagne, préférez des chaussures de rando montantes.

Ne partez pas sans eau. Je pars généralement avec 1,5L pour 4h mais n’hésitez pas à prendre plus. Il faut donc avoir un sac à dos par personne pour porter son eau.

prendre des lunettes de soleil évidemment pour ne pas être ébloui et protéger ses yeux.

prendre une casquette : vaut mieux l’avoir et ne pas l’utiliser. Elle peut s’avérer utile par forte chaleur (une insolation est vite arrivée) ou bien pour retenir vos cheveux si le vent se lève. J’ai toujours une casquette vissée sur la tête que je mets dans mon sac à dos si jamais je ne veux plus la porter parce qu’elle me gêne.

avoir un pull technique : surtout pour la montagne. Plus on monte plus il fait froid, donc je mets toujours dans mon sac à dos un pull technique en polartech qui tient bien chaud au cas où. Lors de ma randonnée au Col de Bavella en Corse, je peux vous assurer que j’étais bien contente d’avoir un pull sur moi à l’approche du sommet !

emporter des barres énergétiques : je prends toujours avec moi des barres aux céréales à base de dates et de fruits secs. Ca permet de se requinquer si on a une baisse de régime et il ne faut pas sous-estimer le pouvoir positif du sucre sur le mental !

avoir une trousse de premiers secours : en pleine nature, mieux vaut être prévoyant. Je ne l’ai encore jamais utilisée, mais je me balade avec une petite trousse avec du paracétamol, un antiseptique, du sérum physiologique, différents types de pansements, des compresses, une pince à épiler.

prendre du matériel au cas où l’on se perd ou si l’on rencontre des difficultés : un téléphone portable, un couteau suisse, une boussole, une recharge solaire pour le téléphone. Une lampe frontale est également bien utile si vous avez mal évalué le temps de retour et que la nuit tombe. J’avoue ne pas tout prendre systématiquement, cela dépend de la randonnée.

2 – Vérifiez la météo avant de partir

Surtout en haute montagne. Le mieux est de s’adresser directement aux offices de tourisme, ils sauront vous renseigner. Le temps peut vite changer donc vaut mieux être informé des conditions météo avant de partir plusieurs heures dans la nature.

3 – Choisissez une randonnée selon vos aptitudes physiques

Randonner c’est avant tout du plaisir, donc inutile de faire une randonnée trop longue ou trop raide. Il peut parfois y avoir des passages accidentés, ou bien il faut utiliser une chaîne en rappel par exemple.

4 – Renseignez-vous sur le parcours avant le départ

Il est nécessaire d’être renseigné et d’étudier son itinéraire en amont pour éviter toute mauvaise surprise. Si vous trouvez la randonnée dans un guide, tout y sera décrit, sinon n’hésitez pas à vous renseigner sur internet ou bien auprès d’un guide local ou des offices de tourisme.

5 – Bien suivre le balisage

Erreur facile à commettre : suivre le chemin et oublier un instant le balisage. J’ai déjà pris un mauvais tournant et bifurquée sur un autre sentier de randonnée en ne prêtant pas attention au balisage. Et au bout de plusieurs minutes je me suis dis que la couleur du marquage n’était étrangement plus la même… dans ce cas là, pas le choix, vous êtes bons pour faire demi-tour ! Bien suivre les marques est l’assurance de ne pas se perdre. C’est évident, mais on est parfois concentrés sur l’effort physique ou happés par la beauté des paysages ☺

***

J’espère que ces conseils vous auront donné envie d’enfiler une paire de chaussures et de partir explorer le monde à pied ! Que ceux qui hésitent encore auront envie de tenter l’aventure !

Cet article vous a plu ?

***

📌 ÉPINGLEZ-MOI !

VOUS AIMEREZ AUSSI

→ À LIRE : Randonner en Corse : variante alpine du GR20

→ À LIRE : Un weekend à Pise

→ À LIRE : Escapade dans les Cyclades du Nord

5 conseils pour randonner 2018-02-24T18:45:41+00:00

Variante alpine GR20

RANDONNER EN CORSE : VARIANTE ALPINE DU GR20

– CATEGORIE RANDONNEE –

▲ Col de Bavella

✓ difficile

◈ 4h aller retour à la Punta di u Pargulu

✗ Balisage : 2 traits jaunes

Le départ se trouve au parking du Col de Bavella sur la D268, vous ne pourrez pas le manquer. Il faut partir à gauche du côté de la statue de la Vierge.

Cette randonnée est une variante au GR20 qui passe par différents cols absolument sublimes. La difficulté est là : 700 mètres de dénivelées, un passage avec une chaîne, des rochers abruptes, pas de plat. Mais la récompense est là aussi. Les paysages sont vraiment majestueux et la nature est d’une incroyable beauté. Lors de l’ascension de la Punta d’Arghjettu, vous croiserez des rochers aux formes dentelées, d’autres avec des petits trous, ou bien des sculptures naturelles. Ce ne sont que des panoramas grandioses tout le long, et la récompense finale à la Punta di u Pargulu vous offre une vue à presque 360 jusqu’à la mer. Qu’on est heureux, une fois tout en haut à admirer les montagnes qui se dressent fièrement et les vallées qui courent jusqu’à la mer.

Pour ceux qui souhaitent prolonger cette randonnée, il est possible de faire une boucle. Le balisage se poursuit aux 2 autres cols suivants, la Punta Longa et la Punta Alta, puis rejoint le GR20 (balisage rouge et blanc). Il faut alors compter 3 heures supplémentaires, soit 7 heures au total, pour retourner au parking du Col de Bavella. Cette partie du GR20 est réputée relativement plate donc vous aurez fait la plus dure partie au début.

 Variante alpine du GR20

Raccord pour rejoindre le GR20

GR20

Source : carte créée à partir d’une carte IGN www.ign.fr

***

Cet article vous a plu ?

Variante alpine GR20 2018-02-22T19:50:36+00:00
error: Ces photos sont protégées par le copyright !