road trip worldwide

4 jours magiques en Islande

4 JOURS MAGIQUES EN ISLANDE

– CATEGORIE ROAD TRIP –

Tous ceux qui partent en Islande en reviennent bouleversés… je n’ai pas échappé à la règle. On peut utiliser tous les superlatifs pour ce pays. Pour tous les voyageurs en quête de dépaysement, de nature, de grands espaces, de no man’s land, l’Islande répondra à votre demande !

Je suis allée là-bas avant l’engouement créé par l’Euro 2016 et je dois dire que je me doutais que j’allais aimer, mais honnêtement pas à ce point. Je n’étais pas encore allée non plus dans un pays nordique. Le choc fut total. Les paysages sont vraiment INCROYABLES. Il y a des couleurs qui semblent n’exister que sur ces terres, l’ambiance est absolument unique (même si elle se rapproche des pays nordiques), on est réellement au bout du monde. Fan de Jules Vernes et de son célèbre “Voyage au centre de la Terre”, je repense alors avec affection au personnage de Hans Bjelke, leur guide islandais pendant l’expédition.

Je vous propose dans cet article l’itinéraire que j’ai suivi sur la côte sud de l’Islande afin de voir les sites incontournables de cette région.

CONSEILS AUX VOYAGEURS
⩥ Emportez votre GPS : il vous sera précieux si vous n’avez pas internet à l’international. Ça évite d’en louer un et c’est une garantie pour ne pas se perdre 🙂

LES ÉTAPES DE MON ITINÉRAIRE


ÉTAPE 1 : Le Cercle D’or
– Geysir
– Gullfoss
– Thingvellir

ÉTAPE 2 : La côte sud
– Seljalandsfoss
– Skogafoss
– Skogar
– Dyrholaey

ÉTAPE 3 : La péninsule de Reykjanes
– Kleifarvatn
– Krisuvik
– Grindavik
– le Blue Lagoon

ÉTAPE 4 : Reykjavik
Je ne parle pas de Reykjavik dans cet article car je n’y ai pas passé assez de temps pour écrire dessus. Toutefois avant de reprendre l’avion, c’est l’occasion pour vous de visiter la capitale !

❄ ÉTAPE 1 : LE CERCLE D’OR


Une fois arrivé à l’aéroport de Reykjavik, il faut alors récupérer sa voiture de location pour se rendre à son logement, installer ses petites affaires… et c’est parti pour l’aventure ! Le Cercle d’or est heureusement à la hauteur de son nom !  Il s’agit en fait de trois lieux formant un petit circuit dans la région de Reykjavík.

GEYSIR

C’est un geyser nommé “Stokkur” qui vous attend. On est mis dans le bain tout de suite en marchant dans une terre sombre et boueuse parsemée de petites fumerolles et de neige. On se retrouve entre touristes attroupés (pas tant que ça je vous rassure) autour d’un trou d’eau bouillonnante. Sans prévenir le geyser explose et ça monte plutôt haut ! C’est impressionnant !
Pas de panique si quand vous vous garez, vous entendez au loin des “wouahouuu” d’exclamation “Oh noooonnn, on a tout loupé !!” Don’t panic ! Le geyser vomit son eau bouillante environ toutes les 5 minutes 🙂

GULLFOSS

Cet endroit est célèbre et il y a de quoi ! J’étais vraiment en folie quand j’ai découvert ces chutes d’eau dont on peut ressentir toute la puissance avant même d’être tout près. On se gare et déjà on entend le vacarme de l’eau qui se jette dans la rivière Hvitá. On s’approche et on a une vue plongeante sur l’ensemble. Déjà le spectacle est là !! Il vous faut descendre un escalier puis suivre un chemin en bois pour atteindre les “chutes d’or” au plus près. Le vacarme de l’eau est assourdissant, on se sent tout petit. Un mot, un seul : SPEC-TA-CU-LAIRE.

THINGVELLIR

C’est un parc naturel d’un grand intérêt géologique et historique. Pour les Islandais, cette vallée est le berceau de la nation : c’est ici que se réunissaient les chefs du pays et que se trouvait le 1er parlement islandais « L’Althing » fondé en l’an 930. L’indépendance de l’Islande a été proclamée à cet endroit précis le 17 juin 1944.

On découvre une plaine sillonnée de failles à ciel ouvert, résultat du chevauchement des plaques tectoniques d’Eurasie et d’Amérique du Nord. C’est vraiment impressionnant, on se sent tout petit ! En remontant le chemin, vous arrivez à un point de vue où l’on dégaine forcément l’appareil photo.

🗺️ ITINÉRAIRE
Prendre la route 35 pour rejoindre Geysir puis Gullfoss. Prendre successivement par les routes 37, 365, et 36 pour atteindre Thingvellir.

📍GEYSIR
📍GULLFOSS
📍THINGVELLIR

❄ ÉTAPE 2 : LA CÔTE SUD


 L’Islande va vous retourner le coeur avec ses paysages grandioses. Pour vous rendre aux différents points touristiques, il va falloir conduire. Parfois longtemps. Et c’est précisément grâce à ces trajets que la magie va opérer. Vous êtes comme confortablement installés devant un documentaire Arte avec caméra à 360°. Sauf que ce n’est pas un film. Incroyable ! La route se fait en un rien de temps car on ne sait plus où regarder. Le montagnes sont majestueuses, et l’horizon infini. En hiver son manteau blanc rend cette nature inaccessible et impénétrable.

SELJALANDSFOSS

Seljalandsfoss est une chute d’eau dont la particularité est que l’on peut passer dessous à pied. M’enfin en été à mon avis! Je n’ai pas voulu m’aventurer derrière avec la neige à gogo et donc potentiellement le risque de faire un joli plongeon. Il y a un petit escalier qui permet d’avoir une vue plongeante et d’être plus près. Frisson assuré !

SKOGAFOSS

Bizarrement on ne se lasse pas des chutes d’eau car elles ont quelque chose de mystique. Toutes sont différentes et on n’a pas l’impression de faire cent fois la même chose. Celle de Skogafoss est plus impressionnante car elle est plus large que la précédente.

SKOGAR

Vous y trouverez un musée folklorique à la très riche collection d’objets historiques, ainsi qu’une reconstitution d’anciennes habitations islandaises en tourbe.

DYRHOLAEY

Dyrholaey, c’est l’Etretat islandais. On aperçoit au loin son impressionnante falaise en arche qui se dresse fièrement face à la mer. Attention, il s’agit d’une réserve ornithologique fermée de début mai jusqu’à la fin juin pour la période de nidification.

Deux itinéraires sont possibles :
– prendre la route n°215 pour accéder à une superbe plage de cendre noire et magnifiques orgues basaltiques
– prendre la route n°218 pour monter jusqu’au phare afin d’avoir une vue panoramique du site.

Pour moi le clou du spectacle c’est la plage de sable noire. Sur Internet, j’avais vu avant le départ des photos de cette plage avec un horizon qui n’en finit pas, et j’avais vraiment hâte de fouler son sol. Le hasard a fait que le temps était très couvert quand enfin je m’y suis rendue. Une pluie très fine. L’obscurité de l’hiver malgré qu’il ne soit que 15h. Du vent et des vagues qui dansent furieusement. L’air marin qui fouette le visage. L’excitation d’être là, malgré le froid, dans cette ambiance mystique. La sensation d’être seul au monde. Ce moment est gravé dans ma mémoire.

🗺️ ITINÉRAIRE
Prendre la route n°1 en direction de Selfoss pour rejoindre le sud de l’Islande et le village de Vik.

📍SELJALANDSFOSS
📍SKOGAFOSS
📍DYRHOLAEY

❄ ÉTAPE 3 : LA PÉNINSULE DE REYKJANES


La route vous emporte de nouveau, et pour de nouveaux paysages insoupçonnés. Vous pensiez en avoir pris plein les yeux ? Eh bien ce n’est pas fini. Malgré l’hiver qui peint le pays en blanc, certains endroits résistent. Des plaines de lichen, des cratères entourés d’une terre ocre, un village aux maisons rouges et bleues, des champs de lave recouverts de mousse… La luminosité est assez incroyable. Même par mauvais temps, on tombe sous le charme.

KLEIFARVATN

Kleifarvatn est un lac de cratères. La grandeur de la nature laisse sans voix. On est seuls au monde face aux éléments. La terre est noire, et la neige éclatante contraste. L’eau est gelée et dessine alors des courbes sur le lac. Que dire ? Les photos valent toutes les descriptions du monde.

KRISUVIK

Quelques kilomètres plus loin, on arrive à Krisuvik. On peut observer l’activité géothermale du site par la vue de nombreux solfatares, marmites de boues et fumerolles. Un petit chemin piéton vous conduit au travers, vous permettant d’être au plus près. L’odeur d’oeuf pourri (eh oui le soufre c’est pas glamour) n’enlève  rien à l’extrème beauté du lieu. La terre est ocre, les solfatares donnent cette couleur jaune, la neige blanche et le ciel d’un bleu polaire. Le soleil couchant s’est invité lors de notre venue et nous a donné un spectacle extraordinaire. Des couleurs incroyables, parant le site de doré.

GRINDAVIK

The cherry on the cake comme on dit. Pour conclure ce voyage épique, nous nous sommes rendus à Grindavik, un petit village de pêcheur. La lumière des derniers rayons du soleil nous a accompagné et a rendu notre passage dans ce lieu idyllique. Des maisons colorées, des pêcheurs affairés, un coucher de soleil somptueux.

BLUE LAGOON

On ne peut pas aller en Islande sans y faire un tour.
C’est certes un peu cher, mais bon. 
Le Blue Lagoon est un lac artificiel dont les eaux sont aux alentours de 40°. Il a acquis une renommé mondiale pour ses effets curatifs sur les maladies de peaux, notamment grâce à son eau à base de silice. Elle contient également des sels minéraux et algues marines, qui lui donnent une couleur bleue turquoise à l’aspect laiteux.
Nous y sommes allés de nuit… enfin à 16h donc disons sans le soleil ! Je pense vraiment que c’est mieux que le jour car on est plongé dans une atmosphère mystique. Le soleil est absent mais ce n’est pas l’obscurité de la nuit, comme le savent ceux qui se sont rendus dans les pays nordiques en hiver. La vapeur du Blue Lagoon, la silhouette des imposantes montagnes, la couleur turquoise de l’eau, créent cette ambiance si particulière.
⩥ 
Attention aux heures de pointe : je pense que le site perdra tout son charme si vous êtes au milieu de touristes…

Pour plus de renseignements sur le site : rendez-vous sur le site du Blue Lagoon

🗺️ ITINÉRAIRE
De Hveragerdi, prenez les routes n°38 et 42 pour longer la partie sud de la péninsule de Reykjanes, où vous trouverez Krysuvik, Kleifarvatn  puis le Blue Lagoon. Après votre baignade, il faut prendre la route n°41 qui rejoint l’aéroport de Keflavik à Reykjavik.

📍ON THE ROAD
📍KLEIFARVATN
📍KRISUVIK
📍GRINDAVIK
📍BLUE LAGOON

🏠 OÙ LOGER
Nous étions à Hveragerdi à Gljúfurbústaðir Holiday Homes dans un adorable chalet en bois au milieu de nulle part. Vous êtes indépendants et c’est assez central pour rayonner dans la région. Le chalet est confortable et toutes les fenêtres encadrant la pièce à vivre vous plongent dans une atmosphère nordique et chaleureuse. J’ai adoré !

***

Mon voyage en Islande est gravé à jamais dans ma mémoire. Ces quelques jours permettent déjà largement de s’imprégner du pays et de son atmosphère unique. J’espère que cet article vous aidera à planifier votre séjour ! Ou bien à vous remémorer de bons souvenirs pour ceux déjà partis !

Et vous, avez vous eu la chance d’aller en Islande ? N’hésitez pas à nous partager votre expérience en commentaire de cet article 🙂

REVENIR À LA PAGE ISLANDE

 EXPLORER D’AUTRES PAYS

Escapade dans les Cyclades du nord

ESCAPADE DANS LES CYCLADES DU NORD

– CATEGORIE ROAD TRIP –

On connaît tous les mythes grecs, leurs dieux, leurs héros. Une fois ces îles visitées, on comprend mieux pourquoi tant de légendes existent sur la Grèce. Il y règne ici une atmosphère comme nulle part ailleurs. Ses paysages sont mythiques, sa mer chaude est turquoise, la gastronomie est divine, les locaux accueillants. Tout porte à croire qu’Apollon ou  Aphrodite ont élu domicile sur l’une de ces îles merveilleuses.

 

TOUT D’ABORD


Un de mes plaisirs à l’étranger est d’apprendre la langue du pays. Ne parlant pas le grec, j’ai toutefois appris quelques phrases basiques. Saluer ou remercier en grec fait souvent très plaisir aux locaux que vous croisez, qui ne sont pas habitués à cette attention. Voici ma petite sélection :

Bonjour et au revoir : yássas
Bonne nuit : kalinikhta
Oui : né
Non : ochi
Merci : èfkharisto
S’il-vous-plaît : parakalo


ASTUCES :

Radio : la chaîne de radio 100.3 est top, très hétéroclite et moderne, nous sommes restés branchés dessus tous les jours !

Météo : Peut être ne le savez vous pas, mais en été dans les Cyclades, souffle tout le long de l’été un vent du nord, nommé meltem ou meltemi. Ce vent a l’avantage d’agir comme une immense source d’air conditionné dans toutes les îles grecques, ce qui rend les températures bien plus supportables. Par contre, attendez-vous certains jours à subir de sacrées rafales de vent, la navigation peut se révéler un peu dangereuse pour les novices, et certains jours, si le vent est vraiment très fort, des départs de catamarans peuvent se trouver retardés ou même annulés (mais c’est heureusement assez rare, les compagnies de ferry ou catamarans grecques sont plutôt fiables !)

Voici un site ou vous pouvez voir en temps réel la météo et les prédictions de la force du vent dans les Cyclades : http://www.poseidon.hcmr.gr

Plusieurs compagnies : Aegan Airlines ou Olympic Air. Mais pour ma part j’ai utilisé EasyJet et Transavia. Ces low-cost font parfaitement l’affaire et sont directs vers Mykonos ou Santorin. Attention toutefois, les liaisons ne se font qu’en haute saison.

D’ÎLE EN ÎLE

Il existe plusieurs compagnies qui font les liaisons inter-îles (Seajet, Hellenic Seaways, Blue Star Ferries, etc). Sachez qu’il y a 2 types de ferry : les hydroglisseurs (plus rapides mais plus chers) et les ferries classiques (plus lents mais tellement moins chers!). Pour préparer mon voyage j’ai utilisé A Ferry qui vous propose les différents bateaux selon les liaisons.

UNE FOIS SUR L’ÎLE

Vous avez le choix. Du moins cher au plus cher : bus, scooter, quad ou voiture. Vous pouvez louer quelques jours avant votre arrivée en contactant une agence par mail, ou bien venir les mains dans les poches (attention aux périodes d’affluence!).

Pour faire son choix, il faut prendre en compte la singularité de l’île et la météo du moment. Dans les Cyclades, il y a parfois beaucoup de vent, les îles n’ont pas toutes la même taille, et tout le monde n’est pas un as du scooter. Celui-ci n’est pas le meilleur choix si vous n’êtes pas à l’aise avec.  J’ai personnellement opté pour le quad qui est plus sécurisant, moins fatiguant, et, entre nous, ultra ludique !! Pour bronzer, le quad c’est le pied 😉 Il ne sont pas chers (environ 20 à 30€ la journée selon l’île) et faciles à prendre en main.

C’est sans nul doute le pays où j’ai le mieux mangé. Les plats sont simples en apparence mais tellement divins ! C’est comme partout, il faut bien choisir son restau, mais si vous avez fait bonne pioche, le rapport qualité prix est juste incroyable. Les plats tournent autour de 8€ et on s’en sort bien souvent à 30 voir 20€ avec plusieurs petites portions à partager et boisson, tout çà pour deux personnes ! Manger sur le pouce n’a jamais été aussi facile !

Il vous faudra goûter une salade grecque (avec du local cheese s’il-vous-plaît et non pas la feta qui est importée du continent) et les plats à base d’aubergine qui sont délicieux (notamment l’imam).

/Pour info/ Pour les végétariens, la Grèce est un paradis. Ils font naturellement beaucoup de plats à base de légumes.

QUELQUES PETITES CHOSES À SAVOIR…

… concernant les restaurants. L’eau et le pain sont payants. On vous pose la bouteille sur la table sans rien vous demander (quand on ne vous l’ouvre pas directement), n’imaginez pas que c’est gratuit. Ici l’eau n’est pas toujours potable (elle est souvent acheminée par cargo pour approvisionner les îles) et il n’est pas d’usage de servir des carafes d’eau. Concernant le pain, même combat. Il est apporté avec les couverts et facturé soit au panier, soit par personne.

Le tout est d’être très vigilant à son addition : ils vous comptent souvent les deux, même si vous n’y avez pas touché. Ce n’est pas tellement une question de prix mais plutôt de principe. À vous de protester ou non 😉

Pour en savoir plus sur les plats typiques, vous pouvez consulter mon article « Top 7 des plats cycladiques« 

On organise son road-trip dans les Cyclades surtout en fonction des possibilités en bateau. Donc regardez ce qui est possible en premier lieu afin de choisir votre itinéraire. Je me suis concentrée sur les Cyclades du Nord pour ce voyage, et donc je suis arrivée et repartie de Mykonos.

Sommaire

Mykonos  Andros  Tinos  Syros  Sérifos  Sifnos  Paros

MYKONOS


Et bien NON, Mykonos n’est pas que pour les fêtards ! Les guide exagèrent ! C’est aussi très romantique, et déambuler dans son labyrinthe de ruelles est très agréable. Certes il y a des lieux dans le centre ville pour faire la fête toute la nuit, et des plages dédiées aux rencontres et à l’exhibition, sur fond de gros son. Mais on peut tout à fait profiter de cette île en toute quiétude (même si les rues sont bondées a certaines heures de la journée). Déjà, sachez que si les fêtards se couchent tard (à vrai dire très tôt), la ville est à vous le matin quand les fêtard dorment encore, et l’après-midi quand les plages sont prises d’assaut. Ensuite, certains hôtels permettent de profiter du centre sans être embêté par l’agitation ou les nuisances sonores. M’as-tu-vu ? Oui un peu… mais ça reste très décontracté. Personne ne vous dévisage bêtement. Il y a à découvrir à Mykonos et ce serait bien idiot de passer à côté à cause de sa réputation sulfureuse. 

Le centre ville n’est pas loin de ce petit aéroport. Trois possibilités :

↬ Vous avez demandé à votre hôtel de venir vous chercher (certains le font)
↬ Vous prenez le bus : la gare routière de Chora est au coeur du centre ville donc bien pratique !
↬ Vous prenez un taxi : j’ai toujours payé le même prix : 10€. C’est cher c’est clair, mais au final c’est le prix de la tranquillité.

LES MOULINS : L’emblème de l’île. Ils trônent face aux vents. Sympa pour la photo typique grecque 😀

LA PETITE VENISE : on appelle sûrement ce quartier comme ça pour ses habitations aux couleurs vives qui ont les pieds dans l’eau, mais la comparaison s’arrête là. En contre-bas des moulins, vous ne pouvez pas le louper.

SIROTER EN TERRASSE :

Un café grec : ne les vexez pas, commandez un café grec et non pas turc ! Attention rien à voir avec un expresso. La technique est de le boire très lentement. Il faut savoir que le café n’est pas filtré et donc que le marc est au fond de la tasse !

Un Ouzo : c’est leur pastis local, quoique différent au goût pour les connaisseurs 😉

FAIRE DU SHOPPING…

… ou même flâner dans ce labyrinthe mystique ou milles boutiques design se disputent l’attention de badauds. C’est vraiment très ludique de serpenter dans ces ruelles d’un blanc éclatant pour tomber sur une des nombreuses églises, ou sur… un chat endormi.

⛱ Vous pouvez prendre le bus depuis la gare routière du centre ville, ça évite la location de véhicule si on veut juste faire du farniente un après-midi. Là encore selon ce que vous cherchez il ne faut pas se tromper. Pour la fête on opte pour Paradise Beach ou Super Paradise. Sinon on préfère celle d’Agios Ioannis ou Ornos.

Qui dit Grèce, dit sites archéologiques. A Délos, vous allez être servis !

Il s’agit d’une petite île inhabitée de moins de 7km² qui fut une des plus importantes cités de l’antiquité. L’île est le lieu « présumé » de la naissance d’Apollon, et le caractère sacré de l’île interdisait toute naissance ou tout décès sur son sol. C’est pour cela que les mourants et les femmes enceintes étaient déportés sur l’île voisine de Rhénée ! Après avoir brillé pendant des centaines d’années, de par le commerce, l’île ne survécut pas aux différentes guerres et aux attaques de pirates répétées.

On achète son billet sur le port près des embarcadères, et on embarque sur un bateau. Environ 30 minutes plus tard, vous y voilà. On est pas déçu, il y a des ruines en bon état et la balade à travers l’île est vraiment plaisante (attention il n’y a pas d’ombre !) : on peut observer des temples, des villas, des colonnes, des mosaïques… On s’y croirait !

🍴 « POPOLO » : à l’écart de la foule, c’est un super petit café aux prix raisonnables pour boire un café frappé ou un espresso. On commande à l’intérieur et on vous amène tout à votre table.

🍴 « SOUFLAKI STORY » : en plein centre, vous ne pourrez pas le manquer. On dirait le fast-food attitré de la ville, mais la déco est design et les prix abordables pour Mykonos. Ce sont de bonnes portions donc on mange sur le pouce mais on est rassasié. Sur place ou à emporter, je prenais le « veggie lovers » (qui est végé) et la salade grecque.

🍴 “OLLA MYKONOS” : petit adresse gastronomique mais abordable. Il font vraiment de supers plats aux saveurs très travaillées. C’est créatif, surprenant gustativement, et les produits sont de qualité. À tester !

↣ retourner au sommaire

ANDROS


Andros est l’île la plus au nord des Cyclades. Pour être honnête, cette île est moins enchanteresse que les autres, mais certains endroits sont très beaux tout de même.

La capitale est mignonne et s’y promener est agréable. Une rue principale vous conduit à une place où se trouve plusieurs restaurants. Vous pouvez continuer votre exploration en passant sous une voûte, et ainsi être plus tranquille pour vous promener jusqu’au front de mer où des ruines résistent au temps. Une plage assez sympa à partir de la place principale (en descendant les escaliers) vous attendant, si le coeur vous en dit.

Petite ville balnéaire qui constitue un bon point de chute. Le port est mignon, quelques bons restau et une petite plage pour se détendre. Le mieux est de prendre la première entrée en arrivant de Gravio : la vue est superbe et vous arriverez sur un parking gratuit.

⛱ Celle de Pidima tis Grias est ma préféré. Pas évidente à trouver… mais elle vaut le détour. Un gros rocher se dresse au milieu des eaux, telle une sculpture de Poséidon.

⚠ Attention : elle est orientée est, donc il ne faut pas venir après 16h car plus de soleil sur la plage !

↣ retourner au sommaire

TINOS


Tinos se trouve au sud d’Andros à 1h30 de ferry. C’est une île très agréable à conduire et les distances ne sont pas longues ce qui permet de prendre son temps pour découvrir et même faire une halte imprévue. Ses petits villages sont vraiment très charmants et ses paysages sublimes.

On arrive à Tinos Town, la capitale de l’île. L’intérêt principale de cette ville est son imposante église orthodoxe Panagia Evanghélistria, qui se trouve en haut de la rue principale. N’hésitez pas à rentrer dans ce lieu de dévotion, où l’on ressent la grande ferveur des grecs. Tinos est la capitale de l’orthodoxie, accueillant chaque année des milliers de pèlerins grecs. Un intriguant tapis rouge longeant la route est utilisé certains d’entre eux (soyons honnêtes : vous verrez exclusivement des femmes et non les hommes !) qui remontent ainsi toute la rue à quatre pattes pour “expier leurs péchés”. J’ai pu voir un père poussant une poussette à côté de sa femme en jeans débardeur faire ce rituel.

Dans les ruelles beaucoup de petites boutiques orthodoxes (des bougies, des icônes, des chapelets, …). On prend plaisir à flâner un après midi dans cette ville mais pas plus, on a vite fait le tour. D’autant plus quand on sait ce qu’il vous attend dans l’île.

C’est animé le midi et le soir, mais comme partout, presque tout est fermé l’après midi, et il n’y a guère mieux à faire que de flâner dans les ruelles.

Nous avons loué notre voiture à Vadilis où ils ne sont pas forcément très avenants, mais vous avez votre voiture rapidement, c’est fiable et pas très cher.

PLANITIS

⛱ Si le vent est faible, vous pouvez vous rendre à Panormos et plus précisément à la plage de Kavalourko. Elle vaut vraiment le détour avec son eau cristalline et ses rochers verts et ocres, et est peu fréquentée en fin d’après midi. Pour peu que comme moi vous aimez vous caler sur un rocher isolé, vous vous sentirez seul au monde.
À noter, nous ne le savions pas : il s’agit d’une plage majoritairement nudiste

On y accède à partir de la plage de Panormos. Soit vous vous garez dans la ville et vous marchez (environ 20 minutes qui passent bien), soit vous trouvez la petite route bien cachée derrière les maisons près de la plage (n’hésitez pas à aller sur la plage en voiture !), vous pourrez vous garer près de la première plage où se trouve la majorité des gens. Il vous faudra la traverser et prendre le petit sentier qui mène de l’autre côté des rochers.

PYRGOS

Village absolument charmant où on se perd dans ses ruelles typiques. La spécificité de ce village est l’omniprésence du marbre : l’île a longtemps été spécialisée dans l’exploitation et la sculpture de ce minéral. A ce propos, il y a un musée des métiers du Marbre (Museum of Marble Crafts) si vous voulez en savoir plus. On croise des locaux, des chats, puis on arrive sur une place fleurie toute mignonne où se trouvent plusieurs cafés.
qui avait l’air très bien, mais il était malheureusement fermé à mon passage.

ISTERNA

COUP DE COEUR : Si vous voulez vous offrir une pause gourmande avec un panorama à couper le souffle, direction 🍴“EXO MERIA”, un restaurant à la vue incroyable sur la baie d’Ormos. Vous pouvez manger ou juste siroter une boisson, mais un conseil, venez en fin de journée et laissez vous hypnotiser par le coucher du soleil derrière les montagnes.

MONASTÈRE DE KECHROVOUNIO

Tenue correcte exigée… pour les femmes mais surtout pour les hommes ! N’espérez pas entrer avec un bermuda et des tongs : c’est pantalon long et chaussures fermées, point barre. Pas de prêt de vêtements.

Je pense que le monastère est une visite très intéressante, mais ne tentez pas de rentrer si vous n’êtes pas “en règle” ! Très mauvais accueil assuré 😉

KTIKADOS

COUP DE COEUR : La halte gastronomique incontournable de cette île est sans conteste le petit restaurant familiale 🍴“AGNADI” dans le charmant village de Ktikados. J’appelle ça “restaurant” car il faut bien le nommer, mais c’est bien plus que ça. Vous êtes installés sur la petite terrasse qui compte 4 tables. Les plats faits par la dame sont des plats simples et traditionnels absolument divins. Zucchini balls, eggplants, imam… Pour ne rien gâcher, la vue est belle, on est abrité du vent et les hôtes sont d’une grande gentillesse. Moi qui n’aime pas le café grec, j’en ai pris les 3 fois où nous avons mangé là-bas. Ils vous offrent même un petit dessert si vous êtes gentils 🙂 (des fruits confits à tomber par terre !)

Cette petite table est un coup de coeur absolu, tant pour la nourriture que pour ses hôtes. On retournerait à Tinos presque juste pour leur faire un coucou.

LOGEMENT

Nous avons décidé de nous faire un petit plaisir pour le logement, étant donné que le reste du temps nous prenons des chambres aux alentours des 40€. Nous avons logé à « Crossroads Inn » dans la commune de Tripotamos. D’une part la situation est idéale pour explorer toute l’île, d’autre part c’est un petit cocon où l’on se sent comme chez soi. Le tarif est certes plus élevé que la moyenne dans les Cyclades mais l’hôtel le vaut largement. Le logement est absolument parfait. Tout y est : c’est authentique, calme, paisible, grand, décoré avec goût. Sofia est vraiment très sympathique et en plus elle vous offre avec la plus grande sincérité les clefs d’un séjour réussi. En plus d’être bien installé, elle vous explique à votre arrivée les différents endroits gastronomiques incontournables. Et ça, ça vaut tous les guides du monde. Elle aime son île et vous sert sur un plateau les petites adresses que vous n’auriez pas forcément dénichées.

↣ retourner au sommaire

SYROS


Le ferry vous débarque à Ermoupolis. Cette ville est très étendue et s’en est même surprenant car Syros n’est pas une île très grande. Il s’agit de la capitale administrative des Cyclades, et d’un port très actif de transit, ce qui explique sa densité.

En bas, le long du port, vous avez la ville moderne où vous trouverez les commerces et les musées. Et sur les hauteurs vous pourrez apercevoir deux collines où trônent au sommet une église catholique sur l’une, et une église orthodoxe sur l’autre.

Si vous y restez peu de temps tout comme moi, je vous conseille de filer à Ano Syros. Il s’agit de la vieille ville qui entoure l’église catholique. Les plus téméraires iront à pied (je dirais une bonne grosse heure minimum pour atteindre le sommet), sinon vous pouvez prendre un taxi du port (nous avons demandé à une des agences de location de nous en commander un) pour qu’il vous emmène en haut (5€). C’est un vrai plaisir de serpenter dans ces petites ruelles colorées, c’est plein de charme.

Une fois en bas, vous pouvez finir la journée dans la ville moderne à déambuler dans les rues, loucher sur les souvenirs, caresser un chat en manque d’affection, à vous de choisir. A moins de rechercher le calme absolu, Ermoupolis, n’échappe pas à la règle, l’animation ne pointe pas le bout de son nez avant 18h.

Le nord de l’île est la partie sauvage. Quelques petits villages ponctuent votre route. Pour les aventuriers, une rando s’impose : celle qui mène aux différentes plages. Il faut garer sa voiture à la fin de la route de Kambos, puis se lancer sur la petite route escarpée à flanc de montagne pour environ 1h de marche. Ce n’est pas très pentu, c’est même presque tout droit pendant un bon tiers. La vue est splendide. D’un côté Tinos et Andros au loin, de l’autre les dernières montagnes de Syros qui se chevauchent élégamment. Nous n’avons croisé que deux personnes et la plage où nous sommes allés était déserte : le pied. J’ai testé celle de Marmari, qui est belle malgré quelques détritus… L’eau est propre et fraîche, et c’est un vrai plaisir de se baigner après avoir marché sous un soleil de plomb. Des petites biquettes sont même là pour vous tenir compagnie.
⚠  Attention tout de même, c’est très mal balisé.

🍴 Après cet après-midi sauvage loin du monde, nous avons dîner à San Michalis. Il y a deux restaurants. Nous avons choisis le deuxième « PLAKOSTROTO », le plus loin (enfin il est à 500m du premier !) qui est plus mignon et plus abrité du vent. Vous pouvez assister à un coucher de soleil tout en dégustant de bons petits plats (en vous faisant harceler par des chats 🙂 ).

N’ayant qu’un jour devant nous, nous avons fait le tour de l’île en voiture et nous nous sommes arrêtés à quelques endroits qui nous semblaient sympas.

La route du sud qui remonte à Ermoupolis et qui passe par Megas Gialos est très agréable. Nous ne nous sommes pas arrêtés faute de temps, mais de superbes falaises vers Achladi (Vari Bay) méritent sûrement une pause.

KINI

⛱ Petite station balnéaire à l’ouest de Syros qui a une plage sympa et quelques restau.

FINIKAS

⛱ A sud-ouest, Finikas a de très belles plages, notamment Posidonia. L’eau est cristalline et on peut se poser sous des parasols en feuilles de palmier. Très sympa !

↣ retourner au sommaire

SERIFOS


Sur cette île au passé minier, vous pourrez voir les vestiges de l’exploitation dans le sud, comme des maisons fantômes et des machines en tout genre. C’est assez impressionnant car cela date quand même de la Première Guerre Mondiale ! On apprend dans les guides qu’en 1916, les miniers se révoltèrent contre le propriétaire afin d’obtenir plus de sécurité et un meilleur salaire. L’incident provoqua la mort de plusieurs mineurs et deux policiers furent lapidés. C’est pourquoi on trouve l’année 1916 taguée sur des murs.

CHORA

Petit labyrinthe aux maisons typiquement cycladiques. Petites églises au sommet, rues étroites, la place de la mairie, ce village est charmant. On fait tout de même vite le tour. N’oubliez pas de vous retourner si vous prenez ensuite la route vers Panagia : le village perché sur la montagne est très photogénique !
🍴 Sur le port plein de restau qui se valent tous plus ou moins. Sinon rendez-vous à “METALLEIO”. On ne tombe pas forcément dessus car il se trouve dans une rue parallèle à l’avenue principale. On mange sur une petite terrasse en hauteur. Le restaurateur est adorable et les plats sont très fins !

À L’EST

La route qui va de Livada à Panagia par la côte est vraiment belle. La mer, les montagnes et leurs terrasses offrent un superbe spectacle, notamment en fin de journée.

SIKAMIA

⛱ La route en lacet qui y descend est très belle et offre un avant goût de la plage. Elle est très agréable : grande, sable fin, soleil tout l’après midi. Il y avait très peu de monde quand nous y sommes allés.

↣ retourner au sommaire

SIFNOS


S’il y a une île où il ne faut pas louper l’occasion de faire du quad c’est bien Sifnos. Tout comme Milos, Sérifos ou Ios, cette île s’y prête très bien. On serpente entre les montagnes qui offrent un beau spectacle et on ressent mieux l’île.

Kamarès est un port très agréable où il fait bon séjourner. Il y a plus de monde que sur les autres îles, mais pas tant que ça, donc on ne se sent pas à l’étroit. Les petits restau qui longent la mer sont plein de charme et on a l’embarras du choix. Des petites boutiques de souvenirs vous narguent, et comme il n’y en a pas beaucoup, on se laisse tenter.

La ville est très mignonne et très cycladique. On trouve des petites échoppes de poteries, spécialité de l’île. C’est un bon endroit pour se poser afin d’explorer l’île.

Pas mal de français toutefois, si certains crispent les orteils en entendant leur langue maternelle au détour d’une ruelle 😉

🍴 Beaucoup de restaurants, station balnéaire oblige. J’ai deux adresses à vous conseiller. « SIRMA » à la fin de la route, donne sur la plage. Vous mangez donc les doigts de pieds dans le sable. L’accueil est prévenant et souriant, et l’on y mange bien. Plus gastronomique mais vraiment incontournable, « L’ABSINTHE » et sa terrasse panoramique. Ce n’est pas tant la vue mais la qualité des plats qui nous a fait revenir plusieurs fois. Plus cher mais c’est très maîtrisé et surprenant dans les goûts. Au top ! (attention ouvert uniquement le soir, pensez à réserver!)

Ce monastère est perché à 400m au flanc d’une des superbes montagnes encadrant Kamarès. Vous pouvez vous y rendre par la route et c’est très facile à trouver. Les derniers mètres de la route vous y conduisant sont toutefois vraiment pentus, et nous avons préféré garer le quad devant l’entrée de la station d’émetteur radio (vous ne pouvez pas la louper) qui se trouve juste au commencement de celle-ci. La vue panoramique sur Kamarès et un bout de la côte nord est vraiment sublime : 360° dans la vue assuré.

Rien que pour la vue sur la baie Agios Georgios, ça vaut le coup de s’y rendre. On ressent à fond ce côté terre-mer tout en traversant des villages authentiques, en croisant des biquettes… au top !

Une fois monté tout en haut puis redescendu tout en bas, on arrive dans le petit port d’Heronissos où se trouve une petite plage. C’est vraiment petit mignon, et si comme moi vous avez oublié votre maillot, il y a des petits bancs pour se poser et juste profiter de la sérénité qui règne. Ce n’est pas incontournable mais si vous avez le temps, il ne faut pas s’en priver !

⛱ Je me suis rendue dans cette baie un peu par hasard. Aucun guide n’en parle (du moins pas ceux que j’ai consultés) et sa route chaotique n’est pas engageante.

En effet, il faut s’armer de patience pour descendre toute la côte au vu des nombreux cailloux et bosses qui vous incitent à faire demi-tour. Quelle jolie surprise que cette belle baie aux eaux turquoise ! On croirait une piscine géante. Forcément il n’y a pas beaucoup de monde vu la route qui y mène. Vous avez le choix avec 2 petites tavernes et donc 2 endroits où profiter d’un petit transat sous un parasol de roseau. Personnellement je ne suis pas fan des parasols et le sable me va très bien, mais ici on se laisse tenter et on apprécie ! L’endroit n’est pas non plus paradisiaque mais je m’y suis sentie très bien. N’est ce pas l’essentiel ? 🙂

Hasard de calendrier, je suis allée à Sifnos durant le festival annuel de la gastronomie des Cyclades. Toute l’île accueille des représentants des autres îles autour des spécialités locales. Il y a une trentaine de stands et chacun propose une dégustation gratuite. C’est l’événement le plus important de l’année. L’ambiance est festive et il y a tous les âges. Bref une petite surprise agréable de mon séjour.

Artémanos ce n’est pas très grand mais c’est tout mignon. Il y a quelques cafés et petits restau qui donnent envie de se caler 1h ou 2. Des chats aussi… mais ça c’est comme partout dans les Cyclades 😀 A vrai dire, ça a été surtout pour moi l’occasion de goûter à des pâtisseries, spécialités de Sifnos : amigdalota et finikia

❥ COUP DE COEUR : Je suis passée devant une boulangerie et l’odeur incroyable m’a donné envie d’acheter quelque chose. Grand bien m’a pris. C’est un régal (bon c’est bourratif et calorique mais qu’est ce que c’est bon!). Entre nous il y avait les mêmes produits sur la place principale pour les touristes, mais c’est tellement plus plaisant d’acheter ça comme si l’espace d’un instant vous étiez grecs et que vous vous rendiez à votre boulangerie du village. J’adore !

> comment vous y rendre : quand vous arrivez dans le village, vous arrivez sur la place principale. Au bout, vous avez une rue à droite qui monte et une rue à gauche qui descend. Prenez la rue à gauche. Vous descendez 20 mètres et vous y êtes. Vous ne pouvez pas la louper ! Si vous ne la voyez pas, votre nez trouvera pour vous : vous serez happé par l’odeur affriolante ! La madame n’est pas très sympathique mais à sa décharge elle doit en avoir marre des touristes. Nous lui avons parlé un peu et elle est devenue plus abordable.

↣ retourner au sommaire

PAROS


Paros est la troisième plus grosse île des Cyclades et est incontournable pour graviter sur une autre île. Ce n’est pas ma préférée mais sa capitale Parikia est vraiment sympa. N’oubliez pas de jeter un coup d’oeil à Antiparos qui se trouve à côté. On y reste généralement qu’une journée mais ça vaut le coup.

Petite ville où il fait bon flâner. Des boutiques bien sûr qui vous tenteront sûrement autant que moi. L’ambiance est agréable dans ces ruelles fleuries aux murs blancs malgré le monde qui déambule.
🍴 Si vous voulez vous faire un petit plaisir gastronomique, vous pouvez tenter le restaurant “LEVANTIS” qui est vraiment succulent (mais cher!). On mange sous un toit de feuilles très cosy et élégant. Peu de tables donc arriver tôt ou réserver. L’accueil n’est pas forcément toujours au rendez-vous mais l’assiette vous le fait vite oublier.

Pour le coup c’est pas ma “tasse de thé”. Très m’as-tu-vu mais pas comme à Mykonos. Ici c’est plutôt désagréable. Après c’est un sentiment personnel.

Le port quant à lui est très mignon, il est agréable de se promener et de flâner dans les rues blanches. Vous verrez certainement des poulpes en train de sécher au soleil…

Clairement, je vous conseille de vous y rendre durant l’après-midi, où vous éviterez l’affluence pour profiter du charme des ruelles. Une fois le soir venu, à vous de voir si le charme continue d’opérer, et si vous voulez y rester dîner.

Je n’ai pas pû m’en empêcher, en tant qu’amoureuse des animaux et de la nature (oui c’est cliché mais tandis !). Ce n’est pas vraiment une vallée mais plutôt un petit parc très arboré où vous pourrez observer des papillons, nommés Écailles Chinées, qui se trouvent en grande concentration à cet endroit précis.
L’écaille chinée est un papillon nocturne, aux ailes inférieures rose vif. Ici, vous en trouverez donc plein, ouvrez l’oeil, ils sont en train de dormir sur les feuilles des arbres. C’est certes frustrant de ne pas les voir en vol, mais il ne faut pas secouer les branches pour les faire s’envoler… C’est leur petit oasis, et les déranger pourrait les inciter à migrer.

Comment s’y rendre ?

Si vous voulez y aller sans véhicule (et louer quelque chose sur place), vous avez des bateaux qui partent du port de Parikia (25 minutes de trajet).

Si vous disposez déjà de votre propre véhicule : depuis Parikia vous avez des panneaux qui vous conduisent à l’embarcadère de Pounda (7km de trajet). Il y a des bateaux-navettes toutes les 30 minutes et on achète son billet à bord. La traversée est super rapide : seulement 10 minutes !

Le centre ville est vraiment adorable avec ses rues typiques. Pleins de petites échoppes, cafés.

🍴 On ne sait quel restaurant choisir. Attention aux déceptions… Nous avons fait de bien mauvaises expériences dans un restaurant et une pâtisserie. Je peux vous conseiller “KALOKERI” où nous avons fait un brunch, qui se trouve dans la rue principale et ressemble à un petit jardin avec musique classique en fond. C’est très mignon et les serveurs étaient très agréables. Un peu cher mais ses boissons au watermelon et ses omelettes végé nous ont ravies.

Dans le centre de l’île, vous pouvez visiter une grotte qui vous emmène dans les entrailles de la terre. Environ 400 marches et de belles stalagmites et stalactites à observer, ainsi que des inscriptions pluri-centenaires aux murs (qui m’ont laissé septique).

Sur la côte jusqu’au sudplein de petites plages aux eaux bien turquoise. À vous de choisir la vôtre !

↣ retourner au sommaire

***

Les îles grecques c’est vraiment le rêve ! Je ne me lasse pas d’y retourner, tout y est : soleil, eau turquoise et chaude, gastronomie savoureuse, les locaux accueillants… c’est la vraie dolce vita, et tout cela à prix tout doux.

Et vous, quelles sont vos îles grecques préférées ?

Cet article vous a plu ?

1

CONTINUEZ VOTRE LECTURE

→ À LIRE : Mon top 7 des plats cycladiques

→ À LIRE : Road-trip sur l’Île de Beauté

→ À LIRE : Un weekend à Pise

REVENIR À LA PAGE GRÈCE

 EXPLORER D’AUTRES PAYS

Road trip sur l’Île de Beauté

ROAD TRIP SUR L’ILE DE BEAUTÉ

– CATEGORIE ROAD TRIP –

La Corse… qui ne rêve pas d’aller un jour sur la bien nommée île de Beauté. Impossible de ne pas tomber sous son charme et d’en revenir indemne. La Corse est une vraie perle en méditerranée et sa nature grandiose vous retourne le coeur. Entre une mer turquoise aux eaux cristallines cachant une flore de toute beauté, et les montagnes majestueuses habillées de maquis, nul besoin d’aller à l’autre bout du monde pour trouver un ailleurs magique.

Je vous propose mon tour de la Corse, loin d’être exhaustif mais qui vous donnera un aperçu des lieux à visiter, et surtout envie de vous rendre dans ce paradis terrestre. Là-bas beaucoup de choses sont protégées et classées, et vous allez vite comprendre pourquoi…

TOUT D’ABORD


La Corse est la quatrième plus grande île de la méditerranée après la Sicile, la Sardaigne et Chypre. C’est une terre préservée avant tout avec un maquis représentant 40% du territoire et une forêt couvrant près du tiers. Le Mont Cinto, le plus haut de Corse,  culmine à 2 706 mètres, et il n’est pas le seul à dépasser les 2 000 mètres d’altitude, ce qui fait de la Corse un pays escarpé où la nature vous emporte. Le Parc Naturel Régional de Corse s’efforce de protéger ce patrimoine naturel cher à son coeur. Il représente environ un tiers de l’île en superficie, protégeant aussi bien le littoral comme le Golfe de Porto, ou bien l’intérieur des terres comme les Aiguilles de Bavella.


La gastronomie corse est à l’image de l’île : unique et incroyable ! Elle participe largement au mythe corse et à l’authenticité de sa culture. Tout est en lien étroit avec la nature et les richesses propres à l’île.

⇢ LES PLATS

Soupe Corse : j’adore ! A base de gros haricots blancs et d’herbes, elle tient bien au corps, donc attention si pensiez en faire votre entrée !

Viande : La charcuterie est une institution en Corse : coppa, lonzu, figatelli

Poissons : les moules sont une spécialité, tout comme les huîtres. Testez une truite sauvage si vous en avez l’occasion !

LES DESSERTS

Fromages : vous verrez toujours à la carte le célèbre brocciu. Ils le cuisinent dans tous les sens : beignets, omelettes, tartes, etc. N’oubliez pas de tester le fiadone ! Côté salé, je vous recommande l’A Filetta.

Gâteaux à la châtaigne : emblématique de l’île, la farine de châtaigne est beaucoup utilisée pour la pâtisserie.

LES GOURMANDISES

Canistrelli : petits gâteaux secs existant en plusieurs parfum.

Miel : qui dit Corse dit aussi miel. Pourquoi ? Parce que l’île regorge d’une flore très variée, notamment le fameux maquis. Vous trouverez souvent le long de la route des petites pancartes vous indiquant un point de vente local. Laissez vous tenter !


Les chants corses sont une tradition orale très spécifique à l’île. Généralement le groupe est composé de quelques hommes composant les voix basses et secondes, formant le coeur, et d’un homme seul à la voix plus haute, agrémentant la mélodie principale. Reconnaissable dès les premières notes, ces chants vous embarquent immédiatement dans un monde parallèle tant ces polyphonies sont mystiques à écouter. Ils jouent avec vos tripes et l’émotion est instantanée. Il est impératif que vous en fassiez l’expérience !! Voici quelques noms de groupes connus :

I Muvrini : le plus connu

Jean-Paul Poletti et les Choeurs de Sartène

A Filetta : le chanteur principal a contribué à la musique de film comme “Himalaya” de Jacques Weber

 Pour vous mettre dans le bain, voici une petite vidéo du groupe « L’Alba » et leur titre « Sta mane » : voir la vidéo


Une des manières de protéger son patrimoine est de sensibiliser le public à cette cause, et pour ce faire, la Corse est devenu le pays des activités de plein air par excellence. Parapente, équitation, jet ski, canyoning, etc… il y en a pour tous les goûts. Mais la randonnée et la plongée sont les deux plus emblématiques de l’île.

⇢ Plongée : Si vous n’avez jamais plongé, c’est l’occasion de faire un baptême mémorable. Pour les confirmés,  vous n’avez que l’embarras du choix. La faune et la flore sont un enchantement, et quelques spots offrent même des épaves à découvrir. C’est ici que j’ai appris à plonger et honnêtement les conditions sont idéales pour appréhender ce sport qui peut être dangereux si mal encadré.

⇢ Randonnée : Pour ceux qui n’ont pas le pied marin, la Corse est également un terrain de jeu formidable pour la randonnée. Des dizaines de randonnées sont proposées sur tout le territoire et pour tous les niveaux. On ne présente plus le GR20, véritable institution qui attire des milliers de personnes chaque année. Débutant à Calenzana, il serpente vers le sud jusqu’à Conca, soit environ 200 km. Une sacrée aventure qui demande en moyenne 15 jours de marche mais vous marquera à jamais. Pour ma part, c’est en Corse que je me suis initiée à ce sport qui ne m’attirait pas au départ !

➸ Consultez mon article sur mes 3 randonnées coup de coeur en cliquant ici


Certains s’y rendent par les airs (la compagnie EasyJet vous emmène à Ajaccio, Bastia et Figari), mais pour ma part, c’est une expédition en voiture puis en bateau qui me conduit sur l’île. Tout dépend de ce que vous voulez faire sur place, mais à moins de vouloir rester dans votre ville d’arrivée, il vaut mieux être motorisé. On croise beaucoup de motards, et pour cause, c’est un vrai bonheur de partir à l’assaut de ces routes sinueuses. Qu’on se le dise, la Corse est escarpée et ses routes sont étroites. Un labyrinthe d’aventures!

Pour traverser la Méditerranée par la mer, deux compagnies maritimes vous y conduisent : Corsica ferries et la toute nouvelle Corsica Linea.

Pour organiser mon voyage, j’ai retenu plusieurs lieux en Corse me permettant de graviter dans la région. Nous avons choisi de débarquer à Bastia car nous étions en Italie juste avant.

Sommaire

CAP CORSE


Après avoir débarqué à Bastia, direction le Cap Corse. Tout au nord de la Corse, on dit que c’est “l’île de l’île”. Moins de monde qu’ailleurs, et c’est pour le moins étonnant car c’est de toute beauté. La montagne imposante se jette dans le grand bleu, et on se sent tout petit tant les falaises sont abruptes et la nature sauvage.

Au nord, la réserve naturelle de l’îlot Capense vous offre une petite plage rocheuse et, si l’on s’y attarde, un beau  coucher de soleil.

⛱ La route qui longe la côte ouest est incroyable. Quelques petites plages aux eaux bien turquoise vous attendent. Si vous avez amené votre casse croûte, les spots ne manquent pas pour pique-niquer face à la mer !

↣ retourner au sommaire

DÉSERT DES AGRIATES


Situé entre Ile Rousse et Saint Florent, le Désert des Agriates s’étend sur 40 km de côtes préservées aux terres inhabitées. Un célèbre sentier, le sentier des Douaniers, longe cette côte, si le coeur vous en dit. Sinon, vous pouvez vous y rendre depuis Saint Florent en bateau navette. 2 plages au choix : Malfalco Ghignu et Saleccia. Il vous dépose sur un embarcadère pour une journée mémorable.

⛱ Superbe escapade que de se rendre sur une de ces plages. Cette petite balade est franchement sympathique. Voir la Corse de la mer est une expérience en soi et que ce soit pour une sortie en mer où une activité nautique, je vous recommande vivement de ne pas louper ça !

⚠ attention il n’y a rien d’autre que la nature là-bas ! Une fois sur place pas question de pouvoir s’acheter son coca ou un sandwich. Pensez à bien ramener de l’eau et de quoi picorer. Et oui il n’y a que vous, le soleil et la mer… et 100 autres personnes. C’est magnifique, l’eau est chaud et belle, mais forcément comme on dépose tout le monde au même endroit… il y a du peuple !

Pour encadrer cette sortie, c’est l’occasion de découvrir deux villes portuaires bien mignonnes : Ile Rousse et Saint Florent.
Ile Rousse est très charmante et dispose d’une large place très vivante, prisée des touristes comme des locaux. S’y juxtaposent, 2 rues principales pleines de bonnes tables.
Saint Florent est certes moins charmant que Ile Rousse, mais conserve une ambiance détendue et familiale, qui à elle seule justifie une halte.

… plusieurs petits villages très mignons valent le détour. Je vous conseille de prendre la D71 pour serpenter dans les montagnes et faire une halte. Tout le monde vous parlera de Sant’Antonino, un peu pris d’assaut par les touristes, qui a le label “Plus beaux villages de France”.

↣ retourner au sommaire

CALVI


Ah Calvi… Je suis fan de cette ville. Oui Calvi est magique et je crois qu’elle fait partie de mes villes préférées. Son imposante citadelle est majestueuse et se promener dans ses ruelles vous donne la sensation d’être dans un film médiéval. Au top ! 

La ville basse est  très sympa aussi, même s’il est dur de déceler les restau “attrape-touristes” parmi toutes ces tables qui se juxtaposent sur la marina. Quand on a trouvé le bon, comme il est agréable de siroter une boisson face à la baie ! La ruelle parallèle au port est parsemée de petites boutiques où on ne se lasse pas d’aller et venir… impossible de repartir les mains vides !

BON PLAN : Dans les terres, Calenzana est le point de départ du GR20. C’est aussi ici que se trouve une incroyable table corse : « A Stazzona ». Le cadre est idyllique et la cuisine fabuleuse. Vous prenez place sur une terrasse arborée à l’arrière du restaurant. Vous avez les montagnes comme cadre pour un repas très authentique.

COUP DE COEUR : pour la boutique Corsica Beauty, 100% made in Corse qui propose des produits bio naturels, non testés sur les animaux, de plusieurs marques corses. La boutique est très agréable avec son décor zen.

↣ retourner au sommaire

GOLFE DE PORTO


Une bien jolie route vous attend pour rejoindre Porto. C’est aussi une ville que j’affectionne car elle est bien différente de Calvi. Il s’agit d’un golfe tout en longueur au fond duquel se dresse magnifiquement sa Tour génoise carrée. On aime tout de suite l’ambiance et ce n’est pas pour rien que le golfe est classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

La ville est séparée en deux par un cours d’eau. D’un côté la Tour, les restaurants, les hôtels, et de l’autre la plage de galet accessible par un pont piéton.

C’est ici que j’ai vu un des plus beaux coucher de soleil. Quand le ciel se pare de rouge et d’orange, enveloppant la Tour dans une couverture mystique, on croirait assister à une scène de science fiction. Vraiment très romantique !

★ ASTUCE : Pour les restaurants, venez tôt et n’hésitez pas à réserver !

Elle se visite contre quelques deniers et ça vaut le coup. La vue d’en haut sur le Golfe et la mer m’ont enchanté.

Au nord de Porto se trouve une vallée protégée où se trouvent de nombreuses piscines naturelles. En Corse vous avez la mer, mais dans les terres on se rafraîchit dans les cours d’eau qui parfois forment de vraies petites piscines. C’est juste génial de se baigner au coeur de la nature avec comme décor les arbres, les rochers, une montagne grandiose, et parfois même… des biquettes !

A la sortie de Porto, vous emprunterez une route mythique de la Corse, celle qui vous mène au coeur des magnifiques Calanques. On entend d’ici les chants polyphoniques, et ses rochers granitiques abruptes vous plongent tournant après tournant dans un labyrinthe sublime. Les sculptures rouges sur fond bleu façonnées par les éléments vous laissent rêveur…

Le point rouge est évident à deviner : elles sont victimes de leur succès est beaucoup de monde s’arrête de manière anarchique sur cette petite route escarpée que l’on voudrait garder pour soi. Le mieux est de venir à des heures stratégiques, ou bien de ne pas s’attarder. Par chance cette beauté là se retrouve ailleurs sur l’île au hasard d’une route où l’on est en tête à tête avec la montagne.

⛱ Je vous conseille la plage d’Arone, ne serait ce que pour la route qui y mène (D824) avec ses somptueux points de vue.

↣ retourner au sommaire

CORTE


Inévitable… le centre de la Corse. Les corses ont longtemps été des montagnards, fuyant la côte synonyme de maladie et d’envahisseurs, ils restèrent cachés dans leurs maquis bien longtemps, avant de finalement s’approprier le littoral. Aujourd’hui la tendance s’est inversée et les nombreux villages corses de montagne témoignent de ce passé.

Village où Pascal Paoli élit demeure 14 ans, la citadelle est la capitale historique et culturelle de la Corse. La ville haute est mignonne et fait un joli point de chute pour rayonner dans la région. Vous pourrez siroter un cap corse sur la place Paoli avant de vous attaquer à la citadelle. Ne manquez pas le belvédère qui offre un superbe point de vue sur la ville et les montagnes. Pour vous instruire un peu sur l’histoire de l’île, vous pouvez passer au musée d’Anthropologie de la Corse.

Si vous vous arrêtez à Corte, vous ne devez pas passer à côté des Gorges de la Restonica. De multiples piscines naturelles se sont créées sur plusieurs kilomètres à partir du lac Melo, pour notre plus grand plaisir ! Cette halte fraîcheur offre une escapade nature au top : la nature est magnifique, on est happé par le cliqueti de l’eau, les rochers nous appellent à nous allonger et à profiter de l’instant présent.

↣ retourner au sommaire

AJACCIO


Ajaccio n’est la plupart du temps qu’une étape avant de prendre le bateau pour le Continent. Toutefois je vous conseille de prendre 1 jour voire 2 pour visiter la vieille ville qui a une atmosphère particulière. Je m’y suis personnellement attachée à force de m’y rendre. Notamment pour ses boutiques dans la rue piétonne principale, où vous pourrez acheter des bijoux, des produits locaux, des souvenirs en tout genre ; pour son marché sur la place Foch où on peut déguster des produits typiques ; pour son port où l’on peut se promener tout en regarder les bateaux, rien de tel pour une balade digestive. A chaque fois que je vais en Corse, je réserve toujours une journée de flânerie dans ses ruelles avant de quitter cette île merveilleuse.

C’est un peu bruyant et pas mal le bazar, surtout quand vous circulez en voiture, je vous l’accorde, mais c’est ce qui fait son charme méditerranéen ! Pour circuler ce n’est pas toujours évident et je vous conseille de vous garer sur le parking du port qui se trouve juste à proximité de la rue piétonne principale. Il y a toujours de la place (le soir, venez assez tôt) et vous achetez votre tranquillité. En vacances, on a pas forcément envie de se stresser en voiture !

J’adore emprunter cette rue. Parallèle au cours Napoléon, difficile de passer à côté. Pas d’embrouille, c’est tout droit, des boutiques de partout, il y en a pour tous les goûts. Si vous êtes à la recherche d’une flânerie tranquille, venez l’après-midi. Pour ceux qui préfèrent l’animation, venez plutôt le soir à partir de 18h. Toutefois,  je vous conseille de faire les 2, pour vous plonger dans les deux ambiances, qui ont chacune leur intérêt. Un soir j’ai eu la chance d’assister à des chants polyphoniques corses donnés par 3 jeunes sur le parvis d’une petite église… je vous laisse imaginer les frissons.

Cette grande place piétonne est très agréable, et lorsque je m’y suis rendue la dernière fois il y a avait une dégustation de vins locaux organisée autour de petits stands avec une ambiance bon enfant. Je vous invite à vous perdre dans les ruelles de l’autre côté.

★ ASTUCE : C’est d’ici que part le petit train d’Ajaccio vers les Îles Sanguinaires

Situé au coeur de la vieille ville, que l’on soit passionné d’Histoire ou non, on est curieux de visiter cette maison où est né Napoléon Bonaparte.

⛱ Le long de la D111 à l’ouest de la ville se trouve une multitude de petites plages rocheuses ou sableuses, et donc de restaurants et de logements. Certains y passent leur séjour ajaccien. Attention aux restaurants qui sont souvent bien trop chers pour la qualité qu’ils proposent, et dont l’accueil est parfois plus que limite. Difficile de trouver un petit bout de rocher tranquille ! Mais ma foi si ce n’est que pour une journée, on peut y trouver son bonheur en cherchant bien. Les familles venant plutôt à partir de 16h, vous serez plus à même de trouver où poser votre serviette sur l’heure du déjeuner.

➸ Pour s’y rendre : en voiture par la D111 ou bien avec le petit train.
Connu pour son coucher de soleil, vous pouvez monter en haut du chemin qui mène sur les hauteurs de la Parata. La vue est belle évidemment, toutefois le coucher de soleil n’est pas forcément plus spectaculaire qu’ailleurs, et le monde gâche un peu le plaisir. Pour ma part, je préfère trouver un endroit tranquille loin de la foule. Mais si vous êtes en weekend à Ajaccio ou bien que vous n’êtes pas motorisés, c’est un bel endroit pour observer la mer engloutir le soleil.

Si aimez les animaux et les protéger, vous serez ravis de vous promener dans la réserve A Cupulatta à l’est d’Ajaccio (environ 30 minutes de route). Vous pourrez observer pas mal d’espèces que le parc s’efforce de préserver.

↣ retourner au sommaire

L’ALTA ROCCA


Impossible de ne pas passer dans ces montagnes emblématiques de la Corse. Lorsque l’on vient de Sartène, la D69 qui vous conduit au Col de la Vaccia est de toute beauté. 

C’est l’occasion de faire halte dans les petits villages, et de voir des panoramas magiques. Je me suis notamment arrêtée à Sainte Lucie de Tallano qui est très mignon, et où l’on peut acheter de l’huile d’olive locale.

Chouette promenade à travers les arbres sans difficulté. J’ai pris un audioguide pour pouvoir bien comprendre ce que je voyais, et j’ai trouvé cette visite vraiment sympa. À la clef, les ruines d’une forteresse énigmatique sur fond de musique corse.

Au sud de l’Alta Rocca, la belle ville de Sartène. Prospère Mérimé qualifia la ville de “la plus corse des villes corses” car très typique de l’île, perchée sur ses collines. Vous pourrez écoutez les polyphonies corses de Jean Paul Poletti et le choeur de Sartène.

Pour y parvenir, vous devrez vous enfoncer dans les montagnes sur une route sinueuse peuplée de pins, de cèdres, de sapins… un régal pour les yeux… et le nez ! C’est comme un appel à ce qui arrive. On est hypnotisé, on trépigne d’arriver. Quand enfin au loin, on aperçoit des pics rouges déchirants le ciel. Les Aiguilles de Bavella offre un spectacle mémorable. On serpente jusqu’à elles et on ne peut résister à un arrêt sauvage pour les prendre en photo ! Quand vous arrivez au col, vous trouverez un grand parking d’où partent des randonnées. Il y a de quoi se restaurer également.

A voir : le belvédère derrière la Statue de la Vierge

En Corse vous trouverez de très bons vins un peu partout sur le territoire.

MES COUPS DE COEUR :

Fiumiccicole : situé sur la route de Levie entre Sartène et Propriano. Si je devais personnellement vous conseiller de ramener du vin sur le continent, ce serait bien celui-ci. En 20 ans, ce domaine a su créer et consolider sa renommée, de par la qualité de ses vins, en récoltant plusieurs médailles au concours agricole. Si leur rosé est très primé, je vous conseille surtout le vin rouge, en particulier celui de la cuvée Vassilia. Il s’agit d’un vin rouge doté d’une forte personnalité, et très constant en terme de qualité au fil des années. C’est un vin de garde, donc, à consommer en général 5 à 8 ans après la date de mise en bouteille.
Accueil moyen.

Clos d’Alzeto : situé non loin d’Ajaccio en allant vers Sartène. Voici mon 2ème coup de coeur. Pour ce domaine, je n’ai pas de vin en particulier à vous conseiller, tant ils diffèrent entre le vin rouge, le vin blanc, le rosé, et les années… Mais l’accueil est très cordial, et on vous fera déguster des vins avec plaisir, tout en vous donnant de bons conseils. De plus, vous pourrez acheter de l’huile d’olive du domaine (qui dispose d’une oliveraie), et aussi un whisky corse, qui est assez jeune mais franchement intéressant.

↣ retourner au sommaire

BONIFACIO


Sa riche Histoire, voyant défiler Grecs, Romains, Génois, Français, a fait de Bonifacio une forteresse imposante avec ses 2,5 km de remparts de 8 mètres de haut. La N196 qui va de Sartène à Bonifacio est superbe. On sent que l’on change de décor. La mer se devine petit à petit au loin, les falaises se dessinent : magnifique ! 

Bonifacio est composée d’une ville basse (la marina) et d’une ville haute (la vieille ville). Bonifacio est prise d’assaut l’été. Très dur de se garer ! vous trouverez 3 parkings payants en bas de la vieille ville, je vous conseille de vous y arrêter, si vous ne voulez pas perdre de temps et profiter de votre journée. Autre conseil : venez le plus tôt possible !

La ville basse est une marina où s’entassent les bars et restaurants. À mon sens la ville haute dispose de plus de charme et de meilleures table ! Vous y accédez par un escalier relativement raide, où vous pourrez, à la fin de celui-ci, admirer la magnifique baie de Bonifacio sur un belvédère.

Serpenter dans les ruelles est un vrai plaisir, on sent l’authenticité même si elle est un peu écornée par le tourisme de masse. Tout plein de charme, et flâner est très agréable. Des petites boutiques, plein de restau (pensez à réserver en haute saison !)

Pas moins de… 187 marches ! Mais l’expérience vaut le détour. Magnifique vue sur les falaises et la mer depuis cet escalier creusé à même la roche et un petit sentier plein de charme.

Selon la légende cet escalier aurait été construit en une nuit par les soldats du Roi d’Aragon d’Espagne qui souhaitait assiéger la ville. D’autres hypothèses plus sérieuses tendent à dire qu’il s’agirait d’une brèche naturelle dans la roche, datant du néolithique, aménagée en escalier par des moines habitant la presqu’île de Bonifacio, afin d’accéder à une nappe d’eau douce en contrebas, dans une grotte appelée aujourd’hui la grotte de Saint Barthélémy.

Sur le port, vous trouverez les cabanons des multiples compagnies qui proposent des excursions maritimes autour des falaises, calanques et grottes. J’ai opté pour une excursion aux Îles Lavezzi même si le tarif est élevé. Cette réserve naturelle est un archipel d’îles granitiques modelées par les vents marins, leur donnant un aspect sauvage et… paradisiaque. Plein de petites criques au sable blanc ou presque où l’on peut poser sa serviette.

Attention, l’espace est très protégé et très réglementé. Il vous est interdit de sortir des sentiers, car la flore de cet ilot est unique et très fragile. De plus, monter sur les rochers est formellement interdit, sous peine de perturber la nidification des oiseaux de l’île (et de vous prendre une amende salée !)…

Des bateaux vous déposent sur l’île, et viennent vous y rechercher à heures fixes. Donc forcément il va falloir se battre un peu pour son petit bout de paradis. Mon impression est plutôt mitigée au final car c’est blindé, ce qui gâche le plaisir. Bizarrement il y avait moins de monde en fin d’après midi… alors que nous nous sommes bêtement pointés à 14h, pensant que le soleil dissuaderait les touristes. Belle erreur. C’est tout de même à voir, notamment parce que le bateau qui vous ramène vous fait une petite visite des calanques avec explications du capitaine. Et ça vaut le détour… même si vous êtes entassés.

A une trentaine de minutes en voiture de Bonifacio, se trouve une grande plage de toute beauté. Évidemment pas mal de monde, mais on arrive tout de même à trouver son carré de plage sans trop coller les voisins. C’est en fait une baie magnifique, où il n’est pas rare de croiser… des vaches ! Et oui tout le monde apprécie les beaux paysages littoraux.

Attention, comme la plupart du temps en Corse, le parking est payant.

↣ retourner au sommaire

***

La Corse est une île aux mille surprises où l’on peut se reconnecter à la nature, et je suis certaine que tous ceux qui y vont n’en reviennent pas indemnes ! J’espère vous avoir donné envie de découvrir cette petite perle, ou bien d’y retourner 😉

Et vous, quels sont vos endroits préférés en Corse ? Partagez nous vos coups de coeur !

Cet article vous a plu ?

0

CONTINUEZ VOTRE LECTURE

→ À LIRE : Mes 3 randonnées coup de coeur en Corse

→ À LIRE : Un weekend à Prague

→ À LIRE : Escapade dans Les Cyclades du Nord

REVENIR À LA PAGE FRANCE

 EXPLORER D’AUTRES PAYS