About Pauline | World Me Now

This author has not yet filled in any details.
So far Pauline | World Me Now has created 23 blog entries.

Bordeaux au vert : les incontournables

CITYTRIP AU VERT À BORDEAUX

– CATEGORIE WEEKEND –

Ça faisait un moment que j’avais envie de découvrir Bordeaux et c’est maintenant chose faite ! À seulement 2h de Paris en TGV, le tram, les vélos V3, aucune excuse pour ne pas visiter la ville au vert ! Vraiment j’ai adoré Bordeaux et sa douceur de vivre, son architecture, ses quais, son patrimoine, le côté bobo décontracté, ses petits restau, son dynamisme, et bien d’autres choses qui vous donneraient presque envie d’y emménager !

Si vous venez découvrir Bordeaux plusieurs jours, voici quelques incontournables pour visiter la ville au vert, et quelques incontournables pour se plonger au coeur de la “belle endormie”,  en mode slow bien-sûr  !

LOUER UN V3 POUR SE DÉPLACER EN TOUTE LIBERTÉ

Pour moi c’est ce qui fait la force de cette ville : rouler à vélo est très agréable car les voies ont été aménagées, il y a beaucoup de bornes et on va beaucoup plus vite qu’à pied quand c’est un peu loin. Et bien-sûr on fait du sport et on ne pollue pas ! Que demander de plus !
Si vous voulez vous faire une petite virée à vélo, vous pouvez faire le tour des quais en passant par les deux ponts emblématiques : le Pont de Pierre et le Pont Chaban-Delmas. D’une rive comme de l’autre c’est très agréable de rouler. À l’écart des voitures, on peut admirer la ville depuis plusieurs angles.

☞ je vous recommande l’application “vélo bordeaux” qui est beaucoup mieux faite que l’officielle. On voit en temps réel où se trouvent les bornes et combien de vélos sont disponibles.

FAIRE UNE PAUSE NATURE AU JARDIN PUBLIC

Situé au nord du centre ville, à proximité du monument aux Girondins, le Jardin Public est une vraie bouffée d’air frais ! Il est vraiment très agréable et joliment aménagé. On peut se poser et profiter de la quiétude des lieux. Il y a un plan d’eau, une aire de pique-nique, on peut déjeuner ou juste prendre un verre. Il y a assez de place pour tout le monde, même pour les canards qui vaquent tranquillement à leurs occupations. J’ai adoré cette pause nature au coeur de la ville !

SE BALADER DANS LE QUARTIER DES CHARTRONS

Au nord du centre ville, il y a les Chartrons. J’ai adoré me promener dans ce quartier chargé d’histoire, où l’on déambule volontiers dans ses petites ruelles. C’est ici que se trouvaient autrefois les négociants qui dynamisèrent le quartier en s’installant en dehors de la ville pour y faire du commerce. Bordeaux devint alors le haut lieu du marché vinicole durant des siècles. Malgré une période à vide dans les années d’après-guerre, le quartier est aujourd’hui devenu le repair des antiquaires et des brocanteurs, mais également des restau branchés et de petits magasins design, notamment dans la rue principale : la rue Notre-Dame.
Vous pouvez vous y rendre après un tour par le Jardin Public puisqu’il se trouve juste à la frontière.

MONTER TOUT EN HAUT DE LA FLÈCHE SAINT-MICHEL

Avec ses 114 mètres de hauteur, il s’agit du deuxième clocher le plus haut de France. J’ai particulièrement aimé voir à l’un des paliers le carillon et son clavier, constitué de 22 cloches, ainsi que le fait qu’il y ait différentes petites ouvertures à différentes hauteurs pour pouvoir apprécier la vue.
Une fois en haut, on ne regrette pas la montée : Bordeaux à 360° c’est superbe ! Je ne m’attendais pas à une telle vue car d’en bas on n’a pas l’impression que c’est si haut que ça. On voit le Pont de Pierre, la basilique Saint-Michel, les toits de Bordeaux… vraiment beau. On aime d’autant plus la ville.
L’histoire de cette tour est assez atypique et même plutôt glauque puisqu’elle est également connue pour sa crypte. En effet, une soixantaine de momies disposées en cercle s’y trouvaient depuis la fin du 18ème siècle, et ces corps défigurées ont attiré de nombreux visiteurs, comme notamment de grands écrivains tels que Victor Hugo ou Gustave Flaubert, pour satisfaire leur curiosité morbide. Ils ont été inhumés depuis mais un film est proposé dans cette crypte pour retracer l’histoire de ces cadavres. Ça fout un peu la chair de poule !

✦ Tarif 2017/pers : 5€
☞ À noter le fait original que ce clocher soit indépendant de la basilique (qui se trouve juste à côté et se visite gratuitement)

SE PLONGER DANS L’HISTOIRE DE BORDEAUX ET SA RÉGION AU MUSÉE D’AQUITAINE

Ce musée est immense ! Sachez qu’il faut quand même y consacrer 2 ou 3 heures si on s’intéresse un minimum aux différentes salles. J’ai vraiment adoré cette plongée au coeur de l’Histoire depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours, en passant par le Moyen-Âge.
J’ai particulièrement aimé la deuxième moitié du musée, et notamment la partie consacrée au 18ème siècle et son époque coloniale où l’on apprend beaucoup sur l’expansion de Bordeaux grâce à son port, le commerce du vin et d’esclaves.
C’est un musée classique finalement, mais qui est très riche et permet de se familiariser avec l’Histoire du territoire. Je le trouve incontournable et je vous conseille d’y faire un tour !

✦ Tarif 2017/pers : 4€

REMONTER TOUTE L’ESPLANADE DES QUINCONCES

Située en bordure de la Garonne, l’esplanade fait tout de même 12 hectares. Elle est un des symboles de la Révolution Française avec son monument aux Girondins à l’extrémité ouest. Cette fontaine de style pompier est vraiment belle et j’ai adoré les chevaux qui galopent fièrement sous la colonne de 43 mètres de haut. Je dois dire que je n’ai pas pu apprécier l’esplanade à sa juste valeur car elle accueille de nombreux événements toute l’année, et il y avait lors de ma visite un cirque qui prenait une bonne grosse moitié de la place… je n’ai rien contre les artistes jongleurs et trapézistes, toutefois je suis absolument contre l’exploitation des animaux et voir cela dans la belle ville de Bordeaux m’a fait de la peine…
Pour la petite histoire, l’esplanade s’appelle “des Quinconces” en raison de ses arbres plantés en quinconce, et elle existe depuis le démantèlement d’une forteresse du 15ème siècle, le Château Trompette, qui fut rasée au 17ème siècle par les habitants en pleine rebellion.

SE PROMENER À PIED SUR LES QUAIS

Une chose toute simple mais qui permet de découvrir Bordeaux gratuitement et en faisant son petit sport de la journée : se balader le long des quais.
Vous passerez par de multiples points touristiques, et vous verrez la ville et la Garonne sous différents angles. Faire le tour complet peut être long, donc en vélo ce sera plus aisé. Toutefois, je peux vous recommander de déposer votre V3 à la Cité du Vin (de la visiter) et de redescendre vers le centre ville le long des quais. Vous pourrez admirer le Pont Jacques-Chaban-Delmas, puis flâner aux abords des multiples boutiques du quais de Bacalan et des Chartrons, puis admirer le début de l’esplanade des Quinconces, faire une pause au miroir d’eau, face à la place de la Bourse, pour finir par l’emblématique Pont de Pierre
Bref un joli programme avec plein d’incontournables à découvrir à son rythme !

VISITER DARWIN

J’ai découvert Darwin totalement par hasard. Je cherchais où me garer gratuitement pour pouvoir découvrir Bordeaux et je suis tombée sur toutes ces places de parking gratuites. Et évidemment il y a une station de vélo V3 juste en face… autant vous dire que c’était mon point de départ tous les matins !
Darwin est une ancienne caserne militaire réhabilitée installée rive droite quai des Queyries à l’ambiance industrielle incomparable. Tournée vers l’économie verte, c’est aujourd’hui un lieu dédié au “développement économique responsable, à l’entrepreneuriat social, à la transition écologique et à l’activisme citoyen”. Donc on y trouve une épicerie bio avec des produits de saison et une offre de produits locaux, des artistes qui taguent de superbes oeuvres, des skaters, des potagers bio, un bistrot où l’on passerait bien l’après-midi à refaire le monde… C’est également là que se trouve une pépinière à entreprises où travaillent, dans un immense espace de coworking, des associations, des start-up en rapport avec le développement durable. C’est ici que travaille notamment Marie, la créatrice des chaussures véganes Minuit sur Terre, que j’ai rencontré ici-même pour l’interviewer : retrouvez l’article ici
Bref on s’y sent vraiment bien, il y a une ambiance particulière que je vous invite vivement à découvrir !

TRAVERSER LE MIROIR D’EAU

On a tous une âme d’enfant, et je n’ai pas pu résister, j’ai traversé le miroir d’eau ! Il se trouve sur les quais, face à la magnifique place de la Bourse que vous ne devez surtout pas manquer. En même temps difficile de passer à côté lorsque l’on remonte les quais. Étant piétonne on peut prendre le temps d’y flâner, d’admirer le bâtiment qui l’encadre, et prendre en photo la célèbre Fontaine des Trois Grâces.

VISITER LA CITÉ DU VIN ET TRINQUER EN HAUT DU BELVÉDÈRE

Sincèrement ce musée est super. En arrivant on est bien-sûr intrigué par son architecture contemporaine et on se demande ce qui nous attend. Il y a des espaces de dégustation, des ateliers pédagogiques pour les enfants, une boutique, des restaurants, des salles de lecture. Au début j’ai trouvé l’entrée chère, mais au final après avoir fait la visite je trouve le prix correct. Le musée est super interactif et très complet. Situé au deuxième étage, il s’agit du parcours permanent. On vous remet un audioguide qui vous accompagnera tout au long de cette visite. Le principe est de suivre les différentes thématiques comme “vignobles du monde”, “de la vigne au verre”, ou encore “le vin et vous”. Ces multiples étapes vous plongeant sur 3000m2 dans l’univers du vin. Il faut écouter, parfois sentir, toucher. C’est très interactif et on se prête volontiers au jeu.
Une fois la visite finie, n’oubliez pas de prendre l’ascenseur au rez-de-chaussée pour monter au belvédère. Il s’élève à 35 mètres de hauteur et offre une superbe vue à 360° sur Bordeaux.
Une belle visite qui permet de se familiariser avec le monde du vin, qui est indissociable de la ville.

✦ Tarif 2017/pers : 20€
☞ sur place vous trouverez des casiers gratuits pour stocker vos affaires

FAIRE DU SHOPPING RUE SAINTE CATHERINE

C’est la plus longue rue commerçante d’Europe avec 1.5 km de boutiques. De quoi en faire craquer plus d’une ! Il y beaucoup de grandes enseignes donc pas forcément ma tasse de thé mais on peut aussi prendre des rues parallèles et découvrir des petites boutiques. Au-delà des magasins, il y a l’ambiance. On se plonge dans la foule et on s’arrête écouter les artistes de rues, puis on s’achète une sucrerie. Bref on profite de l’effervescence générale ! Car une chose est sûre : il y a du peuple. J’y suis allée en semaine et c’était noir de monde !
☞ Si vous vous dirigez vers le nord, vous arriverez à la très belle place de la comédie où se trouve le Grand Théâtre.

TRAÎNER AUX COMPTOIRS DE MAGELLAN

Bon ok ce n’est pas incontournable, mais j’avais envie de vous partager cette adresse où j’ai flâné un bon moment ! Comme moi, vous aimez le voyage et j’ai eu envie de vous parler de cette boutique sur laquelle je suis tombée par hasard : les comptoirs de Magellan.
Amis voyageurs, vous risquez d’y passer un moment ! C’est un bazar organisé de milliers d’objets autour du thème du voyage. Bouquins, vêtements, théières, affiches, sac à dos, thermos, etc… on ne sait plus où donner de la tête ! Bon courage pour sortir de là les mains vides !
☞ 16 Rue Ravez / Lundi au samedi : 10h à 20h

***

Il y a d’autres activités au vert et d’autres musées intéressants à faire, comme le jardin botanique et la cathédrale Saint André, mais je vous ai listé ce que je trouve incontournable pour une première visite. Toutes ces activités ne sont pas faisables en un weekend mais plutôt lors d’un weekend prolongé. Sinon il s’agit plutôt d’une boite à idée dans laquelle vous pouvez piocher et faire ce qui vous dit le plus !

☞ Je vous recommande le City Pass, que j’ai bien-sûr découvert après mon séjour, ahah, mais qui permet de faire des économies intéressantes.
Voici le lien vers l’office du tourisme de Bordeaux où vous trouverez les tarifs et les détails selon vos besoins

🌿 🍴Question bouffe, je ne vais pas en parler dans cet article car j’ai fait un article spécial : où manger bio et vegan à Bordeaux, dans lequel je vous donne des adresses coup de coeur que j’ai testées… et approuvées !

***

Bordeaux m’a vraiment séduite et je comprends l’exode dans cette ville qui a de multiples d’atouts, et pourquoi beaucoup souhaite en faire leur cadre de vie.
Êtes-vous déjà allés à Bordeaux ? Quels sont vos endroits favoris ? Partagez-vous cela dans les commentaires 🙂

Cet article vous a plu ?

2

Bordeaux au vert : les incontournables 2017-10-26T02:36:48+00:00

Minuit sur Terre

INTERVIEW AVEC MARIE DE MINUIT SUR TERRE
CHAUSSURES 100% VEGAN

– CATEGORIE GREEN DRESSING –

De passage à Bordeaux, j’ai rencontré Marie, la créatrice de Minuit sur Terre, une jeune marque de chaussures véganes qui allient avec succès éthique et esthétisme. Bordelaise d’adoption, elle a voulu faire de ses modèles des chaussures dans l’air du temps, car on a beau être vegan, on a le droit d’aimer la mode aussi ! Et personnellement j’ai craqué dès la campagne de crowdfunding pour les Virvolte Camel.
Voici ma petite interview de Marie dans les locaux de Darwin au coeur de Bordeaux où elle travaille, accompagnée de sa fidèle chienne Cannelle. Elle nous en dit plus sur sa marque Minuit sur Terre au nom bien énigmatique.

CRÉATION DE LA MARQUE

Peux-tu nous faire un bref historique de ce qui t’a amené à créer ta marque ?

C’est en juin 2016 que l’idée a commencé à germer dans mon esprit. Je cherchais alors une jolie paire de sandales pour l’été, sans cuir et de bonne qualité, ce qui m’a tout naturellement menée vers les site de chaussures labellisées véganes. Malheureusement, mes recherches sont restées vaines car aucun modèle ne me plaisait… L’autre option, c’était d’acheter une paire en plastique bas de gamme, non labellisée et produite on-ne-sait-où dans des conditions pas toujours idéales, mais ça ne me satisfaisait pas non plus.
Après quelques mois de réflexion et l’obtention du statut étudiant-entrepreneur, je me suis décidée à me lancer véritablement fin octobre 2016, cela fait presqu’un an maintenant ! Je terminais à l’époque mes études, et j’ai pu convertir mon stage de fin d’études en période de création de projet, ce qui m’a permis de travailler sur Minuit Sur Terre à temps plein dès le mois de janvier.

Quelles ont été les plus grosses difficultés pour mettre en place ton projet ?

Trouver des fabricants capables de réaliser les modèles que je voulais, acceptant de travailler avec des matières autres que du cuir et de faire des petites séries ! Heureusement, j’ai eu de la chance et j’ai trouvé la perle rare. J’ai été soutenue par ma famille et mes amis tout au long de l’aventure et pour le moment pas de souci majeur à déplorer 🙂

Qu’est ce qui te plait le plus dans le fait d’avoir créé ta marque ?

Le fait de pouvoir emmener Cannelle au bureau avec moi tous les jours ! 😉
Je ne plaisante qu’à moitié, mais travailler sur son projet, c’est vraiment génial. Je ne m’ennuie jamais (bon, toute la partie administrative me plait moins, évidemment) et ça me plait vraiment. J’ai l’impression que mon travail a du sens et c’est le plus important !
Il y a aussi bien évidemment des périodes de stress et de doute, mais c’est courant quand on est responsable d’une entreprise 😉

MINUIT SUR TERRE

Comment as tu choisis le nom de ta marque ?

Minuit Sur Terre, c’est une référence à Cendrillon. Cendrillon, c’est la preuve qu’une paire de chaussures peut changer une vie, et notre objectif, c’est d’en changer plein !
Je ne voulais pas d’un nom qui rappelle le véganisme, ou afficher le logo vegan à l’intérieur des chaussures par exemple. Cela enferme beaucoup trop la marque et va braquer tous les non véganes, et c’est une grosse erreur car à mon sens ce sont eux qu’il faut séduire et à qui il faut ouvrir les yeux sur le cuir. Un végane n’achètera pas de cuir de toute façon, pour changer le monde il faut voir les choses en grand !

CRÉATION DES MODÈLES

Comment conçois-tu tes modèles ? De l’inspiration au dessin, comment procèdes-tu ?

Je passe beaucoup de temps à regarder sur internet les tendances, ce que font les autres marques… Ensuite, je fixe mes idées sur le papier de manière très approximative car je ne sais pas dessiner. C’est juste pour ne pas oublier ce à quoi j’ai pensé 🙂 Ma soeur fait alors les dessins que l’on va envoyer aux usines avec le choix des matières.

MATIÈRES, COMPOSITION ET FABRICATION DES CHAUSSURES

Peux-tu nous décrire les composants des chaussures et leur origine ?

Les matières utilisées proviennent d’Italie : il s’agit de fibres synthétiques sans solvants. La doublure intérieure est constituée d’une fibre naturelle et écologique à base de céréales et de PU recyclé.

Les matières synthétiques ont une image plus polluante que le cuir, alors que l’industrie du cuir est une catastrophe écologique. Peux-tu nous en dire plus ?

Souvent les gens imaginent que le cuir est brut et exempt de produits chimiques, ce qui est bien évidemment faux ! La peau est tannée avec des produits extrêmement toxiques que ce soit pour l’environnement où les hommes qui travaillent dans les tanneries.
Il existe bien un tannage végétal, mais qui n’est quasiment jamais utilisé car il ne serait pas très efficace.
Mais le pire en termes de pollution et d’impact sur l’environnement, c’est bien sûr l’élevage !
Nous avons un article très détaillé sur notre blog pour ceux qui veulent des chiffres plus concrets : 5 raisons de ne pas porter du cuir

Bien évidemment, les produits synthétiques ne sont pas parfaits, loin de là, mais c’est pour le moment la meilleure alternative qui existe en terme de qualité/aspect. Le cuir d’Ananas a un aspect fripé vraiment pas élégant et les autres cuirs végétaux ne sont pas encore commercialisés (le cuir à base de raisin est très prometteur et j’ai hâte de pouvoir l’essayer sur quelques modèles !).

Où sont fabriquées tes chaussures ?

Nous travaillons avec deux usines situées au nord du Portugal. C’est la garantie d’un savoir faire de qualité et de droits des travailleurs respectés !

VEGAN MAIS TENDANCE

Vegan oui, mais le but est d’avoir des modèles dans l’air du temps. Que souhaites-tu véhiculer comme image et comme message avec ta marque ?

Notre objectif, c’est de rendre le véganisme sexy, et de casser cette image du végane un peu déconnecté du monde et ne se souciant pas du tout de la mode. On est végane pour les animaux, ça ne veut pas dire que l’on doit renoncer au style !

CANNELLE, LA MASCOTTE À POIL

Peux-tu nous en dire plus sur ta chienne Cannelle et son rôle pour ta marque ?

Cannelle est rentrée dans ma vie en Juin 2016 quand je suis allée la chercher dans un refuge en bourgogne et c’est vraiment mon gros bébé. Comme je partageais mon avancée sur les réseaux sociaux, c’est tout naturellement qu’elle y a fait son apparition et est devenue petit à petit notre mascotte poilue ! D’ailleurs, elle a bien plus de succès sur les réseaux sociaux que n’importe quelle paire de chaussures, alors parfois je me demande si je ne vais pas créer une marque de produits dérivés « Touffe le chien » à la place 😉

LE RÔLE ESSENTIEL DES RÉSEAUX SOCIAUX

Tu es très présente sur Instagram et Facebook, et tu as une partie blog sur ton site Internet. Comment utilises-tu les réseaux sociaux pour faire connaître Minuit sur Terre ? Quels sujets abordes-tu sur le blog ?

Internet, c’est le meilleur moyen pour se faire connaitre de manière gratuite. Il y a encore quelques années, acquérir de la notoriété prenait un temps fou, il fallait payer pour des publications dans des magazines etc.. Maintenant, avec un peu de goût et de bon sens, on peut vraiment utiliser les outils du net pour se faire connaitre et c’est un vrai tremplin pour les nouvelles marques. Nous utilisons les réseaux sociaux pour partager avec ceux qui nous suivent toutes les avancées de la marque, les infos essentielles, et bien sûr, des photos de Cannelle !

Le blog a plus une visée pédagogique : on y explique par exemple pourquoi ne pas porter de cuir, avec des arguments mais surtout un discours bienveillant, nous ne sommes pas là pour lancer des cailloux à ceux qui ne sont pas véganes. Le but est de sensibiliser, d’ouvrir les yeux et de planter la graine du changement. Nous sélectionnons aussi sur le blog des alternatives aux produits traditionnels, comme par exemple des sacs ou du maquillage !

ET SINON…

Quels sont tes projets pour la marque ?

Pour le moment, nous nous concentrons sur les chaussures pour femme mais j’aimerai dans quelques années proposer aussi des modèles pour hommes, et pourquoi pas, une ligne de sacs à main !

Tu vis à Bordeaux, pourquoi as-tu choisis cette ville ?

J’ai atterri à Bordeaux pour mes études, en Septembre 2011, et la ville m’a vraiment plu. On peut tout faire à pied, il fait beau (la plupart du temps) il y a l’océan et la campagne juste à côté… J’ai intégré en juillet dernier la pépinière pour entreprise de Darwin, et il faut dire que le cadre pour y travailler est vraiment parfait !

Quelles sont tes marques vegan préférées ?

J’adore les chocolats de la marque Ichoc et les produits d’entretien ménager Attitude. Et je bave depuis plusieurs années devant les sacs Alexandra K, une créatrice polonaise, et il se peut que je craque bientôt pour l’un de ses modèles ! Pour l’alimentation, je ne mange pas beaucoup de substituts, car je n’ai pas envie de retrouver le goût de la viande ou du fromage.

***

J’espère que cette interview vous a plu et vous a peut être permis de découvrir une nouvelle marque éthique pour votre penderie green !
Allez donc faire un tour sur le site Internet pour voir tous les modèles 👠 Mais gare aux craquages 😝

Cet article vous a plu ?

2

VOUS AIMEREZ AUSSI

→ À LIRE : Où manger bio et vegan à Bordeaux

→ À LIRE : Escapade dans les Cyclades du Nord

Minuit sur Terre 2017-10-25T12:37:10+00:00

MANGER VEGAN BORDEAUX

OÙ MANGER BIO ET VEGAN À BORDEAUX

– CATEGORIE FRANCE –

J’ai adoré Bordeaux et j’ai adoré y manger. Lors de mon séjour, j’en ai profité pour tester plein de petites adresses sympa. Que ce soit 100% vegan ou vegan-friendly, il y a pas mal de restaurants super où s’arrêter et prendre le temps de déguster un bon repas. Je n’ai pas pu résister à l’envie de vous lister mes découvertes dans cet article. J’espère qu’il vous aidera si vous cherchez une idée pour une pause déj, ou bien qu’il vous donnera envie de tester l’un d’entre eux, que vous soyez végétalien ou non !
⩥ Notez qu’ils sont presque tous fermés le soir, ce qui nous laisse un peu orphelins pour dîner !

❀ ❀ ❀ ❀ ❀

***

J’espère que cet article vous aura donné faim 😋 J’ai beaucoup aimé l’ambiance conviviale de tous ces restau et je m’y suis vraiment bien sentie. Ca se voit d’ailleurs rien qu’en photo : ils mettent beaucoup d’énergie à proposer une cuisine de qualité et colorée, et c’est très plaisant !
N’hésitez pas à nous partager vos adresses en commentaire de cet article ! Ça me donnera de nouvelles idées quand je reviendrai 🙃

Cet article vous a plu ?

4

MANGER VEGAN BORDEAUX 2017-10-04T15:47:42+00:00

5 CONSEILS RADONNEE

5 CONSEILS POUR RANDONNER EN TOUTE SECURITÉ

– CATEGORIE RANDONNEE –

Je ne suis encore jamais partie en trek ni plus d’une journée. J’ai toutefois chopé le virus de la randonnée en Corse, et j’aime maintenant découvrir les pays en marchant, en grimpant, en suant. C’est une petite aventure à chaque fois, on se sent proche de la terre, en connivence avec les lieux qu’on explore, on ne pollue pas avec sa voiture, on prend son temps pour admirer les paysages quand cela nous chante, sans avoir à se garer à côté de 15 autres voitures ayant eu la même idée que nous. C’est plus personnel et plus gratifiant.
Cependant, partir randonner ne s’improvise pas, même s’il s’agit d’une marche de quelques heures. On peut vite regretter de ne pas avoir été prévoyant sur des petits détails qui peuvent nous pourrir notre sortir en pleine nature.

Je vous propose dans cet article 5 conseils simples à suivre pour partir randonner en toute sécurité. Ces conseils sont tirés de mon expérience personnelle et s’appliquent aux randonnées n’excédant pas une journée.

1. Avoir un équipement adapté

Avoir de bonnes chaussures de randonnée. Cela peut paraître évident, mais je croise parfois des randonneurs qui se lancent à l’assaut de montagnes en converses. J’ai fait l’erreur une fois de partir randonner en Corse avec des chaussures de rando bas de gamme, achetée 14€ à Intersport car j’avais oublié les miennes sur le Continent… le résultat ne s’est pas fait attendre : douleurs à la voûte plantaire au bout d’une heure et frottements au tendon d’achille rendant la marche douloureuse.
Soyez sûrs de vos chaussures. Randonner c’est marcher donc il est impératif de prendre du bon matériel. De bonnes baskets de running peuvent faire l’affaire, mais en montagne, préférez des chaussures de rando montantes.

Ne partez pas sans eau. Je pars généralement avec 1,5L pour 4h mais n’hésitez pas à prendre plus. Il faut donc avoir un sac à dos par personne pour porter son eau.

prendre des lunettes de soleil évidemment pour ne pas être ébloui et protéger ses yeux.

prendre une casquette : vaut mieux l’avoir et ne pas l’utiliser. Elle peut s’avérer utile par forte chaleur (une insolation est vite arrivée) ou bien pour retenir vos cheveux si le vent se lève. J’ai toujours une casquette vissée sur la tête que je mets dans mon sac à dos si jamais je ne veux plus la porter parce qu’elle me gêne.

avoir un pull technique : surtout pour la montagne. Plus on monte plus il fait froid, donc je mets toujours dans mon sac à dos un pull technique en polartech qui tient bien chaud au cas où. Lors de ma randonnée au Col de Bavella en Corse, je peux vous assurer que j’étais bien contente d’avoir un pull sur moi à l’approche du sommet !

emporter des barres énergétiques : je prends toujours avec moi des barres aux céréales à base de dates et de fruits secs. Ca permet de se requinquer si on a une baisse de régime et il ne faut pas sous-estimer le pouvoir positif du sucre sur le mental !

avoir une trousse de premiers secours : en pleine nature, mieux vaut être prévoyant. Je ne l’ai encore jamais utilisée, mais je me balade avec une petite trousse avec du paracétamol, un antiseptique, du sérum physiologique, différents types de pansements, des compresses, une pince à épiler.

prendre du matériel au cas où l’on se perd ou si l’on rencontre des difficultés : un téléphone portable, un couteau suisse, une boussole, une recharge solaire pour le téléphone. Une lampe frontale est également bien utile si vous avez mal évalué le temps de retour et que la nuit tombe. J’avoue ne pas tout prendre systématiquement, cela dépend de la randonnée.

2 – Vérifiez la météo avant de partir

Surtout en haute montagne. Le mieux est de s’adresser directement aux offices de tourisme, ils sauront vous renseigner. Le temps peut vite changer donc vaut mieux être informé des conditions météo avant de partir plusieurs heures dans la nature.

3 – Choisissez une randonnée selon vos aptitudes physiques

Randonner c’est avant tout du plaisir, donc inutile de faire une randonnée trop longue ou trop raide. Il peut parfois y avoir des passages accidentés, ou bien il faut utiliser une chaîne en rappel par exemple.

4 – Renseignez-vous sur le parcours avant le départ

Il est nécessaire d’être renseigné et d’étudier son itinéraire en amont pour éviter toute mauvaise surprise. Si vous trouvez la randonnée dans un guide, tout y sera décrit, sinon n’hésitez pas à vous renseigner sur internet ou bien auprès d’un guide local ou des offices de tourisme.

5 – Bien suivre le balisage

Erreur facile à commettre : suivre le chemin et oublier un instant le balisage. J’ai déjà pris un mauvais tournant et bifurquée sur un autre sentier de randonnée en ne prêtant pas attention au balisage. Et au bout de plusieurs minutes je me suis dis que la couleur du marquage n’était étrangement plus la même… dans ce cas là, pas le choix, vous êtes bons pour faire demi-tour ! Bien suivre les marques est l’assurance de ne pas se perdre. C’est évident, mais on est parfois concentrés sur l’effort physique ou happés par la beauté des paysages ☺

***

J’espère que ces conseils vous auront donné envie d’enfiler une paire de chaussures et de partir explorer le monde à pied ! Que ceux qui hésitent encore auront envie de tenter l’aventure !

Cet article vous a plu ?

1

VOUS AIMEREZ AUSSI

→ À LIRE : Randonner en Corse : variante alpine du GR20

→ À LIRE : Un weekend à Pise

→ À LIRE : Escapade dans les Cyclades du Nord

5 CONSEILS RADONNEE 2017-09-02T18:15:24+00:00

Variante alpine GR20

RANDONNER EN CORSE : VARIANTE ALPINE DU GR20

– CATEGORIE RANDONNEE –

▲ Col de Bavella

✓ difficile

◈ 4h aller retour à la Punta di u Pargulu

✗ Balisage : 2 traits jaunes

Le départ se trouve au parking du Col de Bavella sur la D268, vous ne pourrez pas le manquer. Il faut partir à gauche du côté de la statue de la Vierge.

Cette randonnée est une variante au GR20 qui passe par différents cols absolument sublimes. La difficulté est là : 700 mètres de dénivelées, un passage avec une chaîne, des rochers abruptes, pas de plat. Mais la récompense est là aussi. Les paysages sont vraiment majestueux et la nature est d’une incroyable beauté. Lors de l’ascension de la Punta d’Arghjettu, vous croiserez des rochers aux formes dentelées, d’autres avec des petits trous, ou bien des sculptures naturelles. Ce ne sont que des panoramas grandioses tout le long, et la récompense finale à la Punta di u Pargulu vous offre une vue à presque 360 jusqu’à la mer. Qu’on est heureux, une fois tout en haut à admirer les montagnes qui se dressent fièrement et les vallées qui courent jusqu’à la mer.

Pour ceux qui souhaitent prolonger cette randonnée, il est possible de faire une boucle. Le balisage se poursuit aux 2 autres cols suivants, la Punta Longa et la Punta Alta, puis rejoint le GR20 (balisage rouge et blanc). Il faut alors compter 3 heures supplémentaires, soit 7 heures au total, pour retourner au parking du Col de Bavella. Cette partie du GR20 est réputée relativement plate donc vous aurez fait la plus dure partie au début.

 Variante alpine du GR20

Raccord pour rejoindre le GR20

GR20

Source : carte créée à partir d’une carte IGN www.ign.fr

***

Cet article vous a plu ?

1

Variante alpine GR20 2017-08-30T12:30:09+00:00

BOUCLE DE CANUSEDDU

RANDONNER EN CORSE : BOUCLE DE CANUSEDDU DE CAMPOMORO

– CATEGORIE RANDONNEE –

Campomoro, Propriano

facile

boucle : 2h30

Balisage : panneaux + cairns

Il faudra vous garer derrière la plage de Campomoro, puis traverser le lotissement à Calanova pour accéder au départ. Plusieurs boucles sont possibles :

– boucle des Pozzi : 1h30
– boucle de Canuseddu : 2h30
– boucle de Manna Mulina : 6h

Ces randonnées ont toutes pour point de départ la Tour de Campomoro que l’on peut apercevoir régulièrement en panorama. J’ai choisi la boucle de Canuseddu et j’en ai pris plein les yeux. Si vous cherchez une randonnée accessible, entre terre et mer, aux paysages sublimes sur fond de rochers sculptées, je vous recommande vivement cette boucle. La difficulté réside uniquement dans la gestion du temps : il est difficile de ne pas s’arrêter à chaque virage pour ne pas prendre une photo ! Il y a de nombreuses zones avec des rochers majestueux à escalader, car promettant un point de vue fort sympathique, donc gare à la montre ! C’est plat tout le temps, sauf vers la fin quand on revient vers la Tour. Ca monte quand même, mais rien d’insurmontable si vous avez un peu l’habitude.

Vous pouvez accéder directement à la Tour de Campomoro si vous le souhaitez, mais sachez que pour la visiter, il faudra payer ! Je n’y suis pas allée personnellement car j’ai préféré profiter de la nature qui elle est gratuite, mais le point de vue en haut de la tour doit être bien sympathique ! Enfin si vous arrivez faire abstraction de tous les touristes (en été)
Tarif 2017 : 3,50€ /pers.

Source : carte créée à partir d’une carte IGN www.ign.fr

🗺 Si vous le souhaitez, voici la carte IGN Propriano/Golfe de Valinco

***

Cet article vous a plu ?

0

BOUCLE DE CANUSEDDU 2017-08-30T12:28:37+00:00

Weekend dans le Morvan

PAUSE NATURE AU COEUR DU MORVAN

– CATEGORIE WEEKEND –

En tant que parisienne d’adoption, et normande de naissance, je suis longtemps partie en weekend dans ma bonne vieille Normandie. J’avais envie de changement et j’ai réalisé qu’on ne pense pas forcément à partir au sud de Paris. Quelle erreur ! Je suis partie quelques jours dans la Nièvre, qui se trouve à seulement 2h30 de Paris en voiture, et j’ai retrouvé des yeux d’enfant. On ne s’imagine pas qu’il y a tant à voir si proche de la capitale. Pour échapper à la vie citadine, rien de tel que de se ressourcer dans la forêt, au bord d’un lac, au milieu de la nature. Je suis donc allée à la découverte du Parc Naturel Régional du Morvan, royaume de la forêt et des lacs, pour m’enfuir dans cette nature préservée, et trouver un peu de sérénité.

Pensez à mettre la vidéo en HD   ⤵

C’est ce qui m’a séduite tout de suite : la nature est omniprésente. La forêt règne en maître et on est plongé de suite dans cette ambiance mystérieuse, on se sent comme une fourmi. Ici on ne croise presque personne, les routes sont sinueuses et on serpente lentement à travers le Parc Naturel. Tout ce que j’aime ! Pour passer au vert, lâcher le téléphone, Internet, prendre le temps d’écouter la nature, passez quelques jours ici, vous ne serez pas déçus. Pour être honnête, je ne m’attendais pas à autant apprécier les lieux, l’ambiance, et à ressentir une telle plénitude, et ce dès le 1er jour de mon séjour.

LES LACS

Dans le Morvan, se trouvent plusieurs lacs pour le plus grand plaisir des amateurs de tourisme vert. Il y en a 6 en tout : Lac du Crescent, Lac de Saint-Agnan, Lac de Chaumeçon, Lac de Pannecière, Lac des Settons, Lac de Chamboux.
Ils apportent leur touche de fraîcheur à cette vaste forêt, pour le plus grand bonheur des amoureux des espaces préservés. Chacun a sa personnalité, dégage une atmosphère différente, donc à chacun son préféré ! J’ai personnellement préféré le lac de Saint-Agnan, que j’ai trouvé plus sauvage et poétique, et où je me suis posée une petite heure, juste pour profiter de sa quiétude. Mais ils ont tous leur charme et sont tous connectés à la nature qui les entoure. Aucun ne ressemble à une base de loisirs ultra touristique, sauf peut être certains endroits du lac des Settons que je vous déconseille comme point de chute, si vous êtes à la recherche de calme et de solitude. Le lac des Settons est beaucoup plus destiné aux activités nautiques, donc on y trouve plus d’infrastructures pour accueillir les touristes.
Le Parc Naturel s’attache à préserver et à valoriser tous ses lacs en proposant des activités nature dans ces petits oasis au coeur de la forêt. Vous pourrez donc tester ici de multiples activités de plein-nature comme le paddle, la planche à voile, le canoë. Et pour les moins sportifs, c’est l’occasion d’une petite baignade, d’un petit pique-nique ou d’une balade.

☞ Plutôt détente ? Je vous recommande le lac de Saint Agnan et de Pannecière pour leur atmosphère paisible
☞ Plutôt sport en eaux-vives ? Rendez vous au lac de Chaumeçon où vous pourrez faire notamment du rafting sur la rivière le Chalaux.
☞ Plutôt famille et activités nautiques ? Le lac des Settons a été aménagé pour proposer plein d’activités comme la voile, le catamaran ou le kayak. Vous pourrez aussi louer des pédalos.

☛ Je vous recommande le site Morvan, sommets et grands lacs qui est très bien fait pour se renseigner sur les activités avant de partir.

LA FORÊT

La forêt est indissociable du Morvan. L’exploitation du bois est la richesse du territoire depuis le 17ème, et quand on découvre les lieux, on comprend vite pourquoi ! Des arbres de partout, et notamment des parcelles dédiées à la pousse de sapins. On voit de temps à autre, bien alignés, un bébé sapin, un petit sapin, un moyen sapin, ainsi de suite… votre sapin de Noël vient probablement du Morvan. Je ne m’étendrai pas sur le sujet car, vous vous en doutez, je ne suis pas pour cette industrie, notamment en raison de la pollution des sols par les engrais utilisés pour faire pousser tous ces arbres.
Mais il n’y a pas que des sapins, il y a aussi des chênes, des hêtres, et une faune et une flore très riche. En 1970, le Parc Naturel Régional fut créé pour protéger et préserver tout ce patrimoine naturel d’environ 3000 km² dans lequel se trouvent de nombreux mammifères, oiseaux et amphibiens. Si vous avez envie d’en savoir plus, je vous invite à vous rendre à la Maison du Tourisme du Parc du Morvan.
C’est clairement ce qui m’a séduite et qui m’a permis de me ressourcer. Pour se sentir déconnectés du Monde, pas besoin d’aller de l’autre côté de la Planète. Ici, à 2h de Paris, on est complètement plongé dans un autre univers. Les vastes forêts et les lacs vont vous faire sentir tout petit, comme un invité dans cet univers organique. Le mieux est de prendre le temps de serpenter sur ces petites routes, et de découvrir le Morvan à travers des activités de plein-nature.

LES ACTIVITÉS NATURE

Préserver la nature, c’est aussi favoriser l’éco-tourisme et les activités liées.

⤖ Plus haut, je vous ai parlé des activités nautiques liées aux lacs : paddle, planche à voile, canoë, kayak, catamaran, pédalo, rafting.

Pour ceux qui préfèrent rester sur terre, le Morvan est idéal pour la randonnée ou le VTT. Pour ma part, je n’ai pas eu la chance de tester ces activités car le temps était très capricieux lors de mon séjour et alterné averses et soleil… donc impossible de tenter quelque chose sans certitude de se faire saucer à un moment ! Je vous mets ci-dessous ce que je m’étais noté, cela pourra peut être vous donner des idées.

⤖ Pour la randonné
– La Boucle du Dolmen Chevresse : 11km, départ à La Maison du Parc. C’est une randonnée au coeur de la forêt où l’on peut admirer le Dolmen Chevresse
– Les rives du petit lac : 14km, une randonnée près du lac de Pannecière
– La Boucle de Bazoches : 10km, un circuit permettant de passer à la fois près du Château et du village de Bazoches

⤖ Pour le VTT
A priori il faut tout de même être plutôt aguerris pour se lancer à l’assaut des pistes. Vous trouverez sur le site de la Maison du Tourisme du Parc du Morvan la liste des organismes proposant des circuits.

SebOppin à Saint-Brisson, spécialisé dans les balades en VTT dans le Morvan, propose également des VTT à assistance électrique, une alternative super sympa pour profiter du Morvan sans trop peiner

✔ Pour choisir votre randonnée à pied ou à vélo, vous pouvez consulter le site Randonievre qui est très bien fait. Il vous aide à choisir votre parcours, grâce à une carte interactive et à un menu déroulant vous permettant d’affiner votre recherche. Il vous donne même le circuit sur carte IGN, ce qui est le top. Le parcours est détaillé avec des points sur le circuit, une explication sur ce que vous allez voir, où se trouve le départ, etc.

MONT BEUVRAY

Un des sites incontournables du Morvan est le Mont Beuvray. Il se trouve au sud du Parc Naturel et est le témoin de notre passé de gaulois. La capitale du peuple des Eduens était l’oppidum –ville gauloise fortifiée de Bibracte et se trouvait donc sur ce mont culminant à 821 mètres de hauteur. Vous vous en doutez alors : belle promesse de panorama sur la forêt et le bocage alentours. Avant d’atteindre la vue promise, on serpente dans la forêt, et c’est déjà une belle surprise. Entre les sites archéologiques et les arbres aux formes fantastiques, l’imagination a de quoi travailler. On sent dans ces sous-bois une force mystique, comme si les fantômes de nos ancêtres veillaient toujours sur les lieux. Je vous recommande vraiment de d’abord faire le musée archéologique pour bien comprendre l’histoire du site, cela vous permettra de mieux vous immerger.

❥ Pas de magouille, la vue est vraiment top. Les couleurs sont magnifiques. Il faisait orageux à mon passage, donc l’atmosphère était vraiment particulière. J’ai adoré !

☞ Pensez à prendre le plan à l’entrée du musée (gratuit) qui vous permettra de connaître les différents lieux remarquables où vous arrêter sur le parcours.
☞ Pour vous y rendre, vous pouvez laisser votre voiture au parking du musée et y aller à pied. Sinon en voiture, attention, la route est à sens unique !

Le Morvan a une histoire particulière et j’ai adoré me plonger dedans grâce aux musées et aux bâtiments qui ont traversé le temps. Deux choses essentielles m’ont marqué : le passé lié à la Seconde Guerre Mondiale, puisque le Morvan a été terre de résistance avec la création de nombreux maquis pour lutter contre les envahisseurs allemands, mais aussi l’histoire des nourrices, métier qui va exploser et devenir le gagne pain de beaucoup de morvandelles au 19ème siècle.

Voici mes 7 coups de coeurs à ne pas manquer !

1. BIBRACTE

Je vous parlais juste avant du Mont Beuvray qui est un site à voir absolument. Je vous conseille vivement de d’abord faire le musée avant d’aller parcourir le Mont Beuvray.  Il permet de comprendre l’historique du site, et donc de comprendre ce que vous allez voir dans la nature, mais aussi de mieux ressentir les lieux.

Avant toutes choses, on remarque l’architecture particulière du bâtiment. Elle a été voulue très contemporaine et selon des formes carrées et rectangulaires afin de rappeler les fouilles archéologiques. De même, les présentoires où sont placés les objets sont pensés telles les boites de conservation archéologiques. Personnellement j’ai vraiment adoré l’ambiance de ce musée, je l’ai trouvé très bien pensé et très pédagogique. Le point fort est clairement la scénographie et la variété des supports : tablettes numériques interactives, film projeté sur une maquette du Mont Beuvray en 3 dimensions, interviews d’archéologues, maquettes, etc. J’ai envie de saluer l’effort pour ces supports nouvelles technologies qui sont vraiment bien faits et ont bien trouvé leur place dans ce musée. Elles sont une vraie valeur ajoutée et rendent la visite plus ludique. Les panneaux explicatifs ne sont pas interminables, ils sont clairs et vont à l’essentiel. C’est réellement un des musées que j’ai le plus apprécié de tous ceux que j’ai fait jusqu’à présent dans ma vie.

Le musée est divisé en 3 parties. La visite commence à l’étage où vous avez accès en premier lieu à une exposition temporaire. Celle-ci change tous les ans et est toujours sur le thème de l’archéologie. Vous passez ensuite à la première partie du musée (1er étage) qui traite de la civilisation des oppoda, les villes gauloises. Puis au rez-de-chaussée, la deuxième partie du musée est consacrée à Bibracte à travers de nombreux thèmes permettant de se familiariser avec le site, et de comprendre la mutation gallo-romaine et le déplacement de la capitale à Autun aux environs de l’an 15-30.

☞ Tarif 2017 : 7,5€/pers

☛ Si vous avez le temps, vous pouvez faire un petit détour par Autun, notamment pour son musée Rolin où des fascinants objets de l’époque sont exposés.

2. CHÂTEAU DE BAZOCHES

Toute autre époque, mais fascinante également. Qui n’a pas remarqué que le nom de Vauban revenait quand même beaucoup de fois dès lors que l’on visite un site historique militaire. Le Château de Bazoches n’est autre que la demeure du célèbre maréchal. La visite est très émouvante, notamment du fait que l’homme était quelqu’un de reconnu pour son humilité.

On vous remet un dépliant à l’entrée qui permet de bien comprendre ce que l’on voit et l’histoire du lieu. J’ai été enchantée une fois de plus par la qualité de la visite. On découvre avec émotion la Galerie où Vauban a conçu les plans des différents forts qu’il a imaginés, les bibliothèques (pour les dingues de bouquins comme moi on passe des heures à lire les titres sur les reliures en tentant d’imaginer le contenu!), la chambre et le bureau du maréchal, différents salons, …

Bref, à ne surtout pas louper !

Tarif 2017 : 9,5€/pers

3. MUSÉE DES NOURRICES ET DES ENFANTS DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE de Alligny en Morvan

Ne vous laissez pas abuser par la taille du musée vu de l’extérieur, la visite est très riche et vous pouvez y passer facilement 2h ! Encore un musée très bien fait et passionnant dans son contenu. Il me paraît indispensable pour se familiariser avec la région de comprendre son histoire. Le passé des nourrices du Morvan et des enfants de l’Assistance Publique représentent une page qui marqua grandement ce territoire. C’est une histoire à la fois fascinante et terrifiante qui mérite que l’on s’y intéresse.
On y découvre le travail des nourrices qui devint le lot de beaucoup de morvandelles, permettant à de nombreux foyers d’avoir des revenus complémentaires. Des panneaux explicatifs au début de la visite nous plongent dans la chronologie de cette histoire et permet de bien comprendre l’évolution de ce métier qui n’était presque pas réglementé à ses débuts.
Se dessine alors l’histoire de ces femmes qui étaient soit “nourrices sur lieu”, c’est à dire partant travailler dans des familles à Paris, soit “nourrices sur place” accueillant parfois jusqu’à 10 enfants. On prend également la mesure du nombre de drames humains, dûs au phénomène massif d’abandon d’enfants à l’époque. Les enfants étaient placés par l’Assistance Publique dans des familles de paysans contre rémunération. Leurs histoires sont parfois bien dramatiques, car privés d’amour, parfois maltraités, abusés, ils étaient plutôt considérés comme des outils de travail.
Un musée émouvant et riche qui m’a touché.

Tarif 2017 : 6€/pers

4. MÉMORIAL DE DUN-LES-PLACES

Dun-les-Places est une petite commune du Morvan qui fut le théâtre d’exactions allemandes lors de la 2nd Guerre Mondiale. Surnommée “l’Ouradour nivernais”, on découvre dans ce petit mémorial l’histoire de ces jours d’horreur du 26 au 28 juin 44 pour les habitants. Des photos tout d’abord pour poser le contexte, puis le témoignage poignant de survivants. Dun-les-Places faisait partie d’une série d’attaques programmées par les allemands contre les civils dans le but de réprimer les rébellions dans tout le pays. En effet ces rebelles étaient bien souvent aidés de la population et le but était surement de mettre fin à ce soutien en effrayant les habitants par le meurtre et la violence.

Le tourisme de mémoire n’est bien sûr pas réjouissant, mais il est indispensable. J’ai été bouleversée par les témoignages et terrifiée d’imaginer ce que ces gens ont vécus, d’intégrer qu’une telle violence a existé. Ces musées sont essentiels et il ne faut pas les fuir car ils sont notre passé, et il est important que l’humanité n’oublie pas. De plus, je trouve qu’ils nous sensibilisent au présent. Car malheureusement c’est le présent pour certains, ailleurs dans le Monde.

Tarif 2017 : 5€/pers

5. MUSÉE DE LA RÉSISTANCE de Saint-Brisson

Le musée de la Résistance se trouve à l’étage de la Maison du Tourisme du Parc du Morvan. Rien que pour le cadre, vous êtes obligés d’y faire un tour ! Un sentier,  un étang, un jardin botanique, une mare pédagogique. Le lieu est très agréable, ne manquez pas le restaurant (je vous en parle plus bas dans l’article) !

Ce musée est vraiment complet. Il est très riche et vous emmène dans le maquis, là où des hommes et des femmes ont organisé la résistance pendant la 2nd Guerre Mondiale. Plein d’objets, comme des armes, des uniformes de maquisards, allemands ou de déportation, des coupons de rationnement, du matériel médical, une machine à écrire. On est replongé dans cette période sombre grâce à différentes thématiques : le contexte historique, les massacres, les déportations, les portraits des maquisards, leurs conditions de vie difficiles, leur organisation, la libération.
On ne ressort pas indemne du musée !

☞ Tarif 2017 : 3,5€/pers (audioguide inclus)

6. CHÂTEAU CHINON

Château-Chinon est connue pour avoir été la ville de François Mitterrand, puisqu’il y fut maire pendant 22 ans. Si la ville n’est pas forcément intéressante à visiter, les musées nous plongent dans une page de l’Histoire et sont encore une fois bien agencés.

⤖ Le musée du Septennat regroupe les cadeaux officiels reçus par le Président, et il y en a beaucoup et de toutes sortes ! L’idée de voir différents objets alignés les uns après les autres n’est pas forcément séduisante, mais j’ai cependant apprécié la variété des oeuvres venant de tant de pays différents. Je l’ai plus perçu comme une exposition d’artisanats du Monde. Même si j’ai grincé des dents devant les défenses d’éléphants ou bien les animaux empaillés, il y a des pièces magnifiques.

⤖ Le musée du Costume qui se trouve juste à côté m’a beaucoup plu. Ce qui peut ne pas être le cas de tout le monde, mais moi j’ai aimé voir les différents habits représentant différentes époques. La mise en scène est bien faite ce qui permet de mieux imaginer dans quel contexte ces vêtements étaient portés. Un petit voyage dans le temps et notamment au temps des nourrices car on peut y voir une petite partie toute mignonne sur des objets et habits de cette période (chaussons, vêtements de nourrisson, biberon, …). Tous ces vêtements ont tellement une âme ! J’adore, ça fait travailler mon imagination et j’ai l’impression de vivre quelques instants à une autre époque.

⤖ Vous trouverez à côté de la mairie et de la poste, une fontaine de Niki de Saint Phalle qui a été commandée par François Mitterrand à l’artiste.

☞ Tarif 2017 : 6,5€/pers billet groupé pour les 2 musées

7. VEZELAY

Juste après Bazoches, à environ 20 minutes de voiture se trouve Vézelay. Cette ville vaut le détour car elle est vraiment belle. Elle est classée parmi les “Plus Beaux Villages de France” et on comprend tout de suite pourquoi.

⤖Son allée principale vous emmène tout droit vers la basilique Sainte-Madeleine qui elle est classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Un côté médiéval donne tout son charme aux rues, et effectivement, que l’on soit croyant ou non, la basilique est très belle. Je l’ai visité au moment d’une messe où des religieux et des religieuses chantaient. D’habitude ce n’est pas ma tasse de thé, mais là les chants étaient très beaux et donnaient vie aux murs de la basilique. Avant de redescendre, faites un petit tour derrière le bâtiment où il y a un joli panorama !

 ⤖ La rue principale est très commerçante : beaucoup de restaurants, de boutiques. Pour les férus d’art, direction le musée Zervos ! Vous pourrez admirer des Picasso, Kandinsky, Miró, Giacometti. Et oui rien que ça ! Pourquoi donc ? Tout simplement parce que le critique d’art Christian Zervos était ami de nombreux de ces célèbres artistes. Il avait une ferme dans les environs de Vézelay et certains venaient lui rendre visite comme Picasso ou Paul Eluard. A sa mort, Christian Zervos légua ses oeuvres à la ville, qui décida de faire un musée dans la maison où l’écrivain Romain Rolland a vécu.
☞ Tarif 2017 : 5€/pers

Découvrez ci-dessous mon interview de Charly, le gérant des cabanes !   ⤵

***

Le Morvan a été une belle découverte pour moi. Je ne m’attendais pas à trouver une nature aussi préservée si près de Paris. Ses forêts et ses lacs m’ont enchantée et je vous recommande vivement de tenter l’expérience pour un weekend au vert. La Nièvre a beaucoup à offrir et c’est un département aux multiples richesses qui ne demandent qu’à être explorées. Je tiens à saluer le très bon accueil : que ce soit dans un restaurant ou à l’accueil des musées, les gens sont vraiment gentils et prévenants.

Avez vous déjà été dans la Nièvre ? N’hésitez pas à partager avec nous vos coups de coeur en commentaire de cet article !

Cet article vous a plu ?

18

Si vous souhaitez des informations complémentaires sur le Morvan et la Nièvre en général, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de Nièvre Tourisme avec qui j’ai réalisé ce voyage en collaboration.

Weekend dans le Morvan 2017-10-04T19:59:33+00:00

Pays de Fayence

ESCAPADE AU COEUR DU PAYS DE FAYENCE

– CATEGORIE SEJOUR –

Si vous souhaitez vous évader et faire une pause nature dans le sud de la France, quittez la côte et enfoncez-vous dans l’arrière pays varois. Entre ses forêts, ses gorges, ses petits villages accrochés à la montagne, le Pays de Fayence a de quoi surprendre. Ses montagnes vous offriront des points de vue grandioses, et ses villages sont une invitation à une promenade hors du temps. Vous devriez, comme moi, apprécier tous ces paysages différents et enchanteurs que compte le territoire. Un vrai bol de nature et d’authenticité !

J’ai passé 4 jours là-bas, voguant de montagnes en villages, et je dois dire que ce n’était pas assez long ! Je pense qu’une semaine pour découvrir le coin est idéale. Vous aurez ainsi le temps de flâner dans les villages pour découvrir la spécificité de chacun, vous perdre dans la nature qui offre plusieurs spots pour ceux qui aiment les activités de plein-air, prendre le temps de faire les marchés, bref profiter pleinement de ce que le Pays de Fayence a à offrir !

Il y a 9 villages perchés en tout au Pays de Fayence : Seillans, Mons, Fayence, Tourrettes, Callian, Bagnols-en-Forêt, Saint-Paul-en-Forêt, Montauroux et Tanneron. Je me suis rendue dans les 5 premiers, faute de temps, et je dois dire que j’ai été séduite par la personnalité de chacun. Tous sont différents, tous ont une âme. Déambuler entre leurs ruelles et s’y perdre est meilleur moyen de les découvrir.

SEILLANS

✦ classé un des “Plus Beaux Villages de France”

Ce village accroché à la montagne est plein de charme. On arrive sur une placette où se dispute… un tournoi de pétanque. Normal ! Puis on se perd dans ses ruelles tortueuses au sol pavé, où il n’est pas rare de croiser un chat qui se prélasse. C’est un vrai labyrinthe et l’on se croirait plongé dans une autre époque avec les restes de son château médiéval, porches rustiques et sa porte Sarrasine datant du 13ème siècle. Vous croiserez notamment en chemin… un dragon ou bien, moins mystique, un poisson géant ! Ces deux sculptures sont l’oeuvre de l’artiste Ivan IVANOFF qui a vécu à Seillans. Leur particularité, que peu de personnes connaissent, est de chanter : munissez-vous d’un bout de bois et passez-le sur la sculpture !

Pour les amateurs, ou les curieux, des petites galeries d’art, comme “L’atelier de Mira” sur la place du Thouron, vous ouvrent leurs portes. C’est d’ailleurs dans ce village que le peintre surréaliste Max Ernst a vécu vers la fin de sa vie. Rendez-vous à l’office du tourisme pour admirer des oeuvres de l’artiste.

❥ Ce que j’ai aimé : son ambiance médiévale hors du temps, déambuler dans son labyrinthe de ruelles

MONS

✦ Le plus haut village du Pays de Fayence

Pour arriver à Mons, il faut prendre la route à travers des paysages enchanteurs. J’ai vraiment adoré celle depuis Seillans qui vous offre un spectacle grandiose une fois pris un peu de hauteur. Nous sommes à présent à 800 mètres d’altitude. Le paysage change, l’ambiance aussi.

La visite débute depuis la place principale, qui d’entrée de jeu, vous offre un panorama incroyable. Les montagnes en dentelle laissent apercevoir la mer au loin. Le vert des forêts qui tranche avec le bleu du ciel… superbe ! Par temps clair, certains disent qu’on peut apercevoir la Corse… Le village est tout en longueur et tout mignon. D’un côté, à flanc de falaise, se trouve l’ancien château, aujourd’hui reconverti en école communale. De l’autre, le village. En se promenant, on trouve sur notre chemin des enseignes en fer forgé représentant les anciens métiers : lavandière, crieur de rue, tailleur de pierre, dentellière… et des fontaines qui chantent. Le nom des rues confère au village encore plus de charme : traverse des siffleurs, impasse de la chapelière, placette du cordier…

La route pour repartir au coeur du Pays de Fayence est une fois encore changeante et superbe. On ne fait pas 2 fois le même trajet, la flore est vraiment très riche !

❥ Ce que j’ai aimé : le point de vue sublime sur le Pays de Fayence

FAYENCE

✦ Un des plus importants centre de vol à voile d’Europe

Au coeur du Pays de Fayence, c’est un village où il fait bon flâner et découvrir son patrimoine : porche de l’hôtel de ville, la chapelle Saint-Roch datant du 16ème siècle, le Four du Mitan (ancien four à pain également du 16ème siècle), et la porte Sarrasine. J’ai surtout aimé grimper tout en haut, jusqu’à la Tour de l’Horloge, depuis laquelle vous avez une magnifique vue à 360° sur les alentours. Vraiment superbe ! C’était aussi l’occasion pour moi de goûter à l’animation d’un marché provençal, avec ses légumes, ses artistes, ses produits locaux, et surtout à l’ambiance qui s’en dégage.
Je vous recommande un crochet à la chapelle Notre-Dame-en-Cyprès, en contre-bas du village, qui est une très belle chapelle romane du 11ème siècle au milieu des vignes et des cyprès. Vous aurez aussi une bien jolie vue sur Fayence et les environs. Si vous passez en mai, ne loupez pas la récolte des roses le matin !

❥ Ce que j’ai aimé : l’ambiance du marché sur la place du village, le panorama depuis la Tour de l’Horloge

TOURRETTES

✦ Un vrai musée à ciel ouvert

Pour une belle vue panoramique sur Tourrettes, rendez-vous au Château du Puy. Des petits bancs vous invitent à vous asseoir pour admirer le village.
C’est tout un concept : une ville musée dans laquelle pas moins de 80 oeuvres sont exposées dans les ruelles ! J’adore ! Plein d’artistes vous ouvrent leurs ateliers : sculpteurs, peintres, bijoutiers, il y en a de toute sorte. J’ai adoré l’explosion de couleurs et l’ambiance créative qui se dégage. Un peu à l’écart, le Lavoir du Boudoura qui fut le témoin privilégié des ragots des femmes de l’époque. La place du Terrail est vraiment adorable et la terrasse ombragée du Café des Arts est une vraie invitation à siroter un verre paisiblement. La place de la mairie est franchement pas mal non plus pour se poser face aux paysages alentours et le Château du Puy.

❥ Ce que j’ai aimé : découvrir une nouvelle oeuvre à chaque coin de rue, admirer les ateliers d’art en tout genre

CALLIAN

✦ Village médiéval

J’ai tout de suite aimé Callian en découvrant la ville de l’extérieur. Je trouve ce village très esthétique de loin avec son château perché dominant ses maisons et la vallée. Les ruelles sont bien tortueuses comme je les aime et donnent cette ambiance très médiévale. Des petits escaliers, une petite église, des vieilles portes, il y a quelque chose de mystérieux et hors du temps qui m’a vraiment séduite ! En haut, vous avez donc le château (qui ne se visite pas) et sa très belle tour de l’Horloge. N’oubliez surtout pas de toucher le groin du cochon porte-bonheur ! Il s’agit d’une sculpture de Henry Brifaut, un artiste belge qui fit le pari fou de rénover le château au 20ème siècle. Il réalisa des centaines d’oeuvres dont celle-ci qui ne sont malheureusement pas visibles, puisqu’à l’intérieur du château.
Pour les fana de cinéma, sachez qu’Anthony Burgess, auteur d’”Orange mécanique”, porté à l’écran par Stanley Kubrick, a vécu quelques temps 6 rue des Muets.
Autre info “people”, au cimetière de la ville sont enterrés Christian Dior et Soeur Emmanuelle.

❥ Ce que j’ai aimé : l’ambiance médiévale à chaque coin de rue

Ce qui m’a séduite au Pays de Fayence, c’est la diversité de ses paysages et de sa nature. Les forêts ne sont pas les mêmes que vous soyez à l’est ou à l’ouest. On trouve des gorges impressionnantes mais aussi un grand lac aux eaux turquoises.
Vraiment, j’ai adoré la richesse des paysages.

LES GORGES DE LA SIAGNE

Le site est classé Natura 2000 car il est l’habitat de nombreuses espèces animales et végétales du fait de son environnement particulier. C’est donc un espace fragile et protégé. La Siagne est, vous vous en doutez, la rivière qui se fraie un chemin entre les montagnes.

On a déjà un avant-goût sur la route allant de Callian à Mons où l’on peut apercevoir un énorme rocher blanc se dresser au dessus des gorges. On serpente dans la montagne, à travers une très belle forêt, avec en fond une montagne brute aux reliefs étonnants.

Je me suis arrêtée au Pont de Mons pour profiter de la rivière. Le cadre est tout mignon. C’est une petite pause fraîcheur bien agréable où vous êtes à peu près seul hors saison. Par contre, n‘y allez pas en été, ça doit être blindé !

✦ Une rando de 1h permet d’accéder au Pont de Tuves, mais je n’ai pas eu l’occasion de la tester. Elle est faisable en été car à l’abri sous les arbres.

LE LAC DE SAINT-CASSIEN

Le Lac de Saint-Cassien est un espace naturel aquatique de 420 hectares et permet donc des activités de plein-air tel que le canoë, le pédalo, la randonnée ou l’aviron notamment, grâce à sa configuration en longueur. Il abrite également une remarquable réserve biologique, le réserve de Fondurane où vivent de nombreuses espèces animales, notamment des oiseaux (182 espèces observées), des couleuvres à collier, des grenouilles rieuses, des fouines, des muscardins, des hérons, hirondelles de roche, etc. Les eaux étant peu profondes, le site grouille de vie.

☞ Vous pouvez télécharger l’application “Baladazur” et sélectionner le parcours « Cap nature de Fondurane ». Cette application permet d’avoir des informations sur le biotope, la faune et la flore. Des balises sur le parcours vous guideront.

✦ J’ai eu la chance de faire une visite de la réserve de Fondurane avec la guide naturaliste Marjorie Ughetto. C’était vraiment une super expérience ! Marjorie est une vraie experte et est très intéressante. Elle vous conduit à travers la nature en vous révélant les secrets de la faune et de la flore. J’ai vraiment adoré parce que ça permet de réellement comprendre l’environnement que l’on observe. Pour les amoureux de la nature et des animaux comme moi, c’est un vrai plaisir.
☞ Voici son site Autres Regards si vous souhaitez faire l’expérience.

✦ Pour découvrir le site, vous pouvez parcourir le GR49 qui longe le Lac de Saint-Cassien, à pied ou bien à vélo. J’ai testé une partie du parcours en vélo électrique avec Moov Bike. C’était une première pour moi et je dois dire que c’est plutôt agréable en montée ! Aucun besoin d’être sportif, le vélo possède plusieurs vitesses et c’est à vous d’adapter en fonction du terrain. Pour les sportifs, il n’y a pas vraiment d’intérêt, mais je trouve l’initiative très bien pour rendre le vélo accessible à tous !

LES GORGES DU BLAVET

Au sud de Bagnols-en-Forêt se trouve un site magnifique où on en prend plein les yeux. Le Blavet est le nom de la rivière coulant dans ces gorges qui se dressent fièrement en surplombant la vallée. Je ne m’attendais pas à une telle surprise ! La roche est rouge et ses pics en dentelle ont des airs de calanques corses. La vue s’étend jusqu’au rocher de Roquebrune et Saint Raphaël. Leur couleur rouge est due à sa composition : il s’agit d’une roche volcanique, la rhyolite. Autant vous dire que le site est franchement superbe et qu’on en prend plein les mirettes ! Ces gorges sont un site majeur de l’escalade dans le Var, et quand on les voit on comprend pourquoi certains veulent s’y frotter !

✦ Petite balade pour un point de vue à couper le souffle : sur la D47, appelée route du Muy, en direction de Bagnols-en-Forêt, vous apercevrez à votre droite un petit panneau indiquant “Gorges du Blavet” conduisant sur un petit chemin. Il s’agit d’un parking d’où vous pourrez partir en suivant le sentier. Vous ne pouvez pas vous tromper il est bien visible. Au bout de 15 minutes, un panorama magique vous attend. Le sentier à travers la forêt est très agréable et est très simple. On chemine entre les pins (mmmmh ces odeurs!) sans aucune difficulté. Ce serait bête de passer à côté !

✦ Autre point de vue : sur le bord de route de la D47, tout simplement, se trouvent des airs permettant de faire une halte avec un cadre superbe.

***

Le Pays de Fayence a été une belle découverte pour moi ! Entre ses villages et sa nature, il y a plein de choses à voir. J’ai adoré cette ambiance typiquement provençale et explorer ce territoire aux routes sinueuses qui mérite vraiment le détour. Si vous cherchez une destination slowtravel pour vous ressourcer, vous savez où aller !

Avez vous déjà été dans l’arrière-pays varois ? N’hésitez pas à partager avec nous vos coups de coeur en commentaire de cet article !

Cet article vous a plu ?

3

VOUS AIMEREZ AUSSI

→ À LIRE : Où manger bio et vegan à Bordeaux

→ À LIRE : Pause nature au coeur du Morvan

→ À LIRE : Un weekend à Pise

Pays de Fayence 2017-10-04T15:34:15+00:00

Galette bretonne

GALETTE BRETONNE

– CATEGORIE CUISINE DU MONDE –

C’est comme aller en Italie sans manger des pâtes. En Bretagne, vous ne pouvez pas passer à côté de leur fameuse galette. Elle est faite à base de farine de blé noir (sarrasin) et beaucoup ont même décidé de travailler avec de la farine locale et bio. J’ai redécouvert le plaisir de ce plat si simple durant mon séjour à Saint Malo. Il s’adapte parfaitement aux végétariens, mais je vous l’accorde,  trouver une galette végétalienne dans un restaurant c’est plutôt compliqué.

Je vous propose donc une recette  100% végétalienne de ce plat typique et incontournable. Il s’inspire de la galette végétarienne classique à la crème fraîche et aux champignons

⏱ Temps de préparation : 20 minutes

⏳ Temps de cuisson : 40 minutes

🍴 Environ 6 à 10 galettes

SAISONS
Cette recette est idéale aux mois de : toute l’année

OÙ J’AI DÉCOUVERT CE PLAT
🇫🇷 Saint Malo, en Bretagne (Ille et Vilaine)

✓ INGRÉDIENTS

Toutes mes recettes sont réalisées avec des produits bio exclusivement

GALETTE

🌿 300g de farine de blé noir (ou sarrasin)

🌿 10g de sel de guérande

🌿 75cl d’eau

GARNITURE

🌿 1 gros oignon

🌿 champignons

🌿 500g de crème de soja

🌿 sel et poivre

✓ PRÉPARATION


ÉTAPE 1

Mélangez la farine et le sel dans un récipient

■ Ajoutez l’eau progressivement en vous aidant d’un fouet ou d’une batteuse pour ne pas avoir de grumeaux

■ Laissez reposer 1 heure

ÉTAPE 2

■ Découpez l’oignon et les champignons

■ Faites caraméliser les oignons dans une poêle, puis ajouter les champignons

■ Ajoutez progressivement la crème de soja

ÉTAPE 3

■ Faites chauffer votre poêle et mettez de l’huile végétale généreusement

■ Versez une grosse louche de la pâte à galette

■ À l’aide d’une spatule, décollez les bords de la galette puis retournez là pour cuire l’autre côté

TIPS

☞ Vous pouvez ajouter de la sauce soja salée à la sauce pour un goût plus prononcé

~ Dressez dans une assiette et dégustez ! ~

***

Et vous, avez vous déjà testé une galette végétalienne ?

Galette bretonne 2017-10-03T21:42:27+00:00

Saint Malo : l’irrésistible Cité Corsaire

SAINT MALO : L’IRRÉSISTIBLE CITÉ CORSAIRE

– CATEGORIE WEEKEND –

Comme j’avais hâte de me rendre à Saint Malo ! Je n’étais allée en Bretagne qu’une fois, il y a quelques années et j’avais vraiment adoré l’ambiance, les couleurs, les paysages. Ce voyage était l’occasion de vérifier mon coup de coeur. Si vous n’êtes pas attirés par cette destination, je vous conseille de d’abord aller y faire un tour, puis de vous faire un avis. Car OUI les bretons sont accueillants, OUI il peut faire très beau, OUI les paysages sont incroyables, OUI vous allez vous prendre une bonne dose d’air frais !

🚗 En voiture, pour les personnes venant de l’est, je vous conseille de ne pas passer par la Normandie, mais plutôt par Rennes car il y a  moins de trafic que si vous prenez par le Calvados et donc Caen, où vous aurez tous les parisiens qui se rendent en Normandie. Attention toutefois, une malouine m’a dit qu’il y avait des bouchons sur la rocade en semaine vers 17h-18h.

🚂 Je vous conseille, si vous restez en ville, de vous rendre à Saint Malo en train, car en plus d’être écolo, ce n’est pas très loin depuis Paris. A partir de juillet 2017 : Rennes-Paris : 1h30 + Rennes-Saint Malo : 55 minutes ! Comptez donc 2h30 jusqu’à Saint Malo !

⩥ Sachez que la Bretagne est très axée écotourisme et donc oeuvre pour que les touristes viennent en transports en commun. Voici le site dédié pour voyager responsable en Bretagne.

Le spectacle des marées vaut à lui seul le déplacement. À marée basse, à vous les promenades sur la plage, permettant d’accéder notamment au Fort National et au Grand Bé. À Saint Malo, vous trouverez les plus fortes marées d’Europe. Le coefficient d’une marée est compris entre 20 et 120 et indique sont amplitude. Lorsque le coefficient dépasse 100, on parle de grande marée, et là, attention les yeux ! Les vagues frappent les murs de pierres avec force et un rideau de mer se soulève avec puissance… impressionnant !  

Voici le calendrier des marées de l’office de tourisme.

On en prend plein les mirettes mais aussi les papilles ! C’est l’occasion de goûter d’excellentes galettes bretonnes, du far breton, du kouign amann et du cidre. Il y a bien sûr les fruits de mer, mais pour les végé comme moi, nous ne sommes pas en reste ! Certains restaurants font leurs galettes avec de la farine bio et servent également du cidre bio local. Bref, même si comme moi vous n’êtes pas fana des galettes, vraiment n’hésitez pas, car quand c’est bon… c’est bon !

Pensez à mettre la vidéo en HD  😉 

FLÂNER SUR LES REMPARTS DE LA VILLE

Un des plaisirs à Saint Malo est de déambuler tout autour de la ville sur les remparts. Les maisons le long avec des pierres plus foncées ont été rebâties avec des pierres d’origine et sont donc classées monuments historiques. La balade est vraiment agréable et on découvre tout le charme de la ville au fur et à mesure que l’on avance. Les forts au loin encadrés par une mer turquoise ont des airs de tableaux impressionnistes… j’adore !
Un des plus beaux point de vue se trouve sur la Tour Bidouane. Construite sur un promontoire rocheux au 15ème siècle, elle est haute de 23 mètres et large de 13 mètres, et fut transformée en poudrière au 17ème siècle.

SE PROMENER SUR LA PLAGE À MARÉE BASSE

Une fois que vous avez fait le tour, l’appel de la plage est trop fort ! Accompagné des nombreuses mouettes, une promenade s’impose pour prendre toute la mesure de  la beauté de Saint Malo. Vue de la mer, qu’est ce qu’elle est impressionnante ! Son aspect médiéval m’a conquise tout de suite !

Il y a plusieurs plages à parcourir, en voici quelques unes :

– la grande plage du Sillon : au nord, pour une longue balade de 2 km

– la plage de l’Éventail : donnant accès au Fort National à marée basse

– la plage de Bon Secours : la plus populaire, vous ne pourrez pas manquer le célèbre plongeoir !

– la plage du Môle : plus calme, à côté de la jetée

DÉAMBULER DANS LES RUES DE LA VIEILLE VILLE

Saint Malo est très agréable et n’est pas aussi petite que je l’aurai cru. Il y a plein de commerces, c’est vivant (surement à cause des touristes). Vous trouverez plein de magasins en tout genre : librairie, prêt-à-porter, restaurants, décoration, etc. On retrouve dans certaines boutiques notamment la marque bretonne Armor Lux, née à Quimper, qui depuis 2009 s’engage à la fabrication de produits en coton biologique (ECOCERT) et fabriqués en France.

QUE VISITER ?

LES FORTS

✘ Fort National

Le Fort est classé Monument Historique depuis 1906. Il se trouve sur le rocher de l’Islet qui servait au Moyen Age de point de repère pour les bateaux. C’est au 17ème siècle que Louis XIV décida de faire du rocher un bastion défensif contre les attaques anglaises, et il fit appel à Vauban pour concevoir les plans du fort.
Dès que la marée est basse, le Fort se visite. Voici leur site.

✘ Grand Bé

Le mot “Bey” signifie tombe en celtique et ce n’est pas pour rien. C’est ici que se trouve la tombe de Chateaubriand, selon ses dernières volontés. On y accède à marée basse par la plage de Bon Secours et l’on peut y grimper pour avoir une superbe vue sur Saint Malo et ses remparts ! Ne soyez pas flemmards, le panorama vaut vraiment le déplacement !

✘ Petit Bé

Tout comme le Fort National, il est construit par Vauban pour des raisons défensives. Situé à 700 mètres de Saint Malo, il pouvait accueillir 160 hommes, 19 canons et 2 mortiers. Appartenant à l’armée française jusqu’en 1885, il fut alors la propriété de la ville de Saint Malo et classé Monument Historique. Afin de restaurer de Petit Bé et de l’ouvrir au public, un bail de 40 ans a été fait à un particulier qui gère aujourd’hui le Fort. Bravo à lui et son équipe pour la restauration qui a dû être un vrai parcours du combattant !
Les visites sont uniquement guidées et il faut les contacter par téléphone pour organiser sa venue. Voici leur site si cela vous intéresse.

LA DEMEURE DES CORSAIRES

Je ne vais pas m’étendre, je n’ai pas eu une très bonne expérience là-bas. La maison est belle et les objets qui l’ornent vous plongent dans l’époque, c’est indéniable. C’est très sympa de pouvoir entrer dans ce genre de demeure et d’imaginer ces corsaires qui ont foulé ses planches.
Le problème selon moi est que vous êtes obligés de faire la visite guidée d’1h15, et que c’est trop long. Le guide n’est pas fabuleux, et surtout on se croirait dans un musée à Paris un samedi à 15h : ils vous laissent payer votre entrée alors qu’il y a déjà trop de visiteurs. Résultat vous pouvez ne rien entendre aux explications car pas assez de places pour que tout le monde rentre dans la pièce…

LE MUSÉE D’HISTOIRE DE LA VILLE

J’avais envie de rester en extérieur avec ce soleil radieux, mais je n’ai pas regretté ce musée. Il se trouve dans la grosse tour que l’on voit en arrivant à la porte Saint Vincent. Il s’agit en fait de la Tour Générale et du donjon du Château de Saint Malo. Le cadre est donc  très sympa : les murs sont en pierre, les poutres au plafond apparentes, on emprunte les escaliers en colimaçon, on s’y croirait ! Et la cerise sur le gâteau : une fois tout en haut, vous avez une vue imprenable sur la ville et la mer ! Vraiment sublime, je vous conseille vivement d’aller au moins dans ce musée qui est vraiment très intéressant. Il y a plusieurs étages, et chacun vous emmène dans un univers : le pays malouin, la “grande pêche”, le 17 et 18ème siècles, époque de l’apogée du port malouin, etc. Ce musée est très riche et permet de se familiariser avec l’Histoire du territoire.
Pour plus d’info, cliquez ici ! Sachez que l’entrée vous donne accès à la Tour Solidor de Saint Sevran.

AUX ALENTOURS : LA VALLÉE DE LA RANCE


SAINT-SEVRAN

Avant de vous enfoncer dans l’arrière pays, faites donc un petit tour du côté de Saint-Sevran qui est à 5 minutes de Saint Malo. Vous pourrez visiter la Tour Solidor (billet commun avec le musée de l’Histoire de la ville de Saint Malo) qui a été construite au 14ème siècle pour contrôler Saint Malo, puis est devenue par la suite une prison.

Il faut absolument que vous preniez également le temps de vous promener tout autour de la Cité d’Aleth. Un petit chemin très agréable sous les pins longe la côte et offre différents points de vue : le barrage de la Rance, Dinard, Saint Malo. La cité est aussi un témoignage de l’Histoire durant la Guerre de 39-45, et n’hésitez pas à faire la visite guidée du mémorial, qui a l’air vraiment intéressant. Je n’ai malheureusement pas eu le temps, mais j’aurai beaucoup aimé la faire. Pour plus d’infos, cliquez ici

✯ Si vous cherchez où vous poser pour voir le coucher du soleil, rendez-vous à Saint-Sevran !

BARRAGE ET PONT

Je vous conseille de passer sur le barrage de la Rance reliant Dinard et Saint Malo. Il y a des parkings pour accueillir les visiteurs, car il est en effet possible de se balader sur le pont, pour profiter d’une superbe vue sur l’estuaire et les 2 villes. Des années de recherches ont été nécessaires aux ingénieurs pour créer ce barrage et ainsi créer de l’électricité à partir de l’énergie des marées. Les 24 bulbes de la Rance produisent ainsi l’équivalent de la consommation de la ville de Rennes… impressionnant ! L’Espace découverte EDF de l’usine marémotrice de la Rance organise des visites guidées gratuites qui doivent être très intéressantes ! Pour plus d’infos, cliquez ici !

Plus loin sur la Rance, on croirait voir au loin le pont de San Francisco en miniature, mais il s’agit en réalité du Pont de Saint Hubert. Vous pouvez passer dessus ou bien vous arrêter profiter de la plénitude du lieu et regarder les bateaux passer. J’ai choisi la deuxième option et je peux vous dire qu’on ne voit pas le temps passer.

LE DOMAINE DU MONTMARIN

La Rance est classée par la loi littorale et fait partie intégrante de l’Histoire de Saint Malo. Le 17 et 18ème siècles furent l’époque de l’apogée du port de Saint Malo, et c’est durant cette période que de riches armateurs malouins firent construire de sublimes demeures le long de la Rance. En effet, ces maisons étaient leur refuge pour se retirer du monde des affaires qui battait son plein entre les remparts de la ville.

Le Domaine du Montmarin est une malouinière particulière car elle a été construite sur la rive opposée aux autres malouinières. De plus, un arbre vient “casser” la symétrie du jardin à la française, ce qui contrarie certains puristes. A la fin du 19ème siècle des jardins sont créés puis agrémentés par les propriétaires successifs, ce qui explique le grand jardin botanique très riche que l’on peut visiter aujourd’hui. J’ai beaucoup aimé arpenter les petits chemins du parc et me plonger dans l’histoire de ce domain qui vous familiarise un peu plus avec cette grande époque.

Je vous conseille vivement de faire la visite guidée qui est vraiment intéressante où l’histoire de la malouinière est racontée avec passion par Thibault, le descendant de ces armateurs malouins. Voici leur site internet pour plus d’informations.

↠ Pour visiter l’intérieur d’une malouinière, il y a la malouinière du Puy Sauvage (attention pas ouverte en basse saison)

LE MUSÉE DU CIDRE

J’ai fait ma pause gastronomique également sur les bords de Rance. Qui ne prend pas de cidre avec sa galette n’a pas vraiment goûté à la gastronomie bretonne. Si vous souhaitez goûter du bon cidre bio, faites une petite halte au Musée du Cidre. Karine et Philippe vous accueillent dans leur vieux corps de ferme restauré pour une dégustation 100% authentique. Pas de procédé industriel ici, le cidre est issu de variétés de pommes cidrières bio. Pas d’adjonction de gaz carbonique, comme dans la majorité des cidres du commerce : ici le pétillant vient directement de la fermentation des pommes !

Vous trouverez du cidre brut, semi-sec, du jus de pomme et du vinaigre de cidre. La qualité est au top, et tout cela est fait dans le respect de l’environnement. Le cidre brut a reçu une médaille d’argent en 2017 et est servi dans l’excellente crêperie La Touline à Saint Malo. Ceci explique cela.

 Pour plus d’informations, voici leur site internet.

LE MOULIN DU PRAT

Si vous avez envie de vous promener en forêt, rendez-vous au Moulin du Prat. Des chemins sont aménagés depuis le parking. Le Moulin du Prat est le dernier moulin de la région et a fait l’objet d’une restauration pour des bénévoles passionnés. Il se servait autrefois de l’énergie des marées pour fonctionner.

 Pour plus d’informations, cliquez ici !

LES ROCHERS SCULPTÉS

Vous pourrez admirer des têtes, des bêtes, de corps sculptés à même la roche le long des falaises.  Ceci est l’oeuvre de l’Abbé Fouré qui était sourd et muet (19ème siècle). Il passa 15 ans à tailler ces 300 sculptures qui s’inspireraient de l’histoire d’une famille de Corsaires du 16ème siècle.
J’avais vu des plaintes concernant le prix (2,50€). Je suppose que le tarif leur permet de s’occuper du site et d’entretenir les oeuvres. Vous pouvez également descendre sur la belle plage, ou bien vous promener sur les petits chemins aménagés. Ce n’est pas indispensable, mais je vous le partage tout de même car le site fait partie de l’histoire du territoire et j’ai apprécié cette découverte.

 Pour plus d’informations, cliquez ici !

OÙ MANGER


🍴LA TOULINE

6 pl poissonnerie
02 99 40 10 98
leur site internet

Véritable coup de coeur ! Je suis rentrée dans ce restaurant au petit bonheur la chance… et ce fut une réussite ! Ici on mange de succulentes galettes (farine bio) et on boit du bon cidre bio (la bouteille de 75cl est celle du Domaine Prié du Musée du Cidre). Vraiment ne passez pas à côté, le restau est petit donc pas beaucoup de places. Il y a une terrasse qui n’est pas au soleil mais ma foi, on s’y sent bien aussi. J’ai testé des galettes salées et sucrées, et vraiment je n’ai pas été déçue une seule fois. Je vous conseille également la salade car elle est vraiment bonne, et ça vous fait un petit complément avec la galette.

🌱 Pour les végétariens, vous avez du choix : Soubise, aux champignons, la Natière, les 3 Pierres, les Patouilles, etc.

❥ Ce que j’ai aimé : les galettes sont excellentes, l’accueil est chaleureux, le cadre est simple mais on s’y sent bien.

OÙ DORMIR


🏠 L’HOTEL OCEANIA SAINT MALO

2 rue Joseph Loth
Chaussée du Sillon
02 99 56 84 84

Pour ce séjour, j’avais envie de me faire un peu plaisir, et j’ai été servie ! Si vous cherchez un logement cocooning tout près de la vieille ville, je vous recommande l’hôtel Océania qui se trouve face au Fort National. Je l’ai trouvé sur le site de réservation Millevista dont le concept est simple : trouver un hôtel avec une superbe vue ! Très pratique pour trouver un établissement de ce type dans la jungle des sites de réservation d’hôtels. Je les ai donc contacté, et je n’ai pas été déçue. La vue est splendide grâce aux balustrades en verre qui donnent l’impression d’être sur un bateau en pleine mer. Pour ne rien gâcher la chambre est belle et le personnel avenant. Le prix est plus élevé que la moyenne, c’est donc pour un weekend plaisir avec une vue exceptionnelle que je vous recommande de chercher votre logement sur Millevista

❥ Ce que j’ai aimé : la vue exceptionnelle, le confort de la chambre, la situation (juste aux portes de la vieille ville).

***

Une bien jolie région à découvrir, j’espère que cet article vous donne envie d’y faire un tour pour un prochain weekend. Alors, qu’en est ce que vous passez à l’ouest ?

N’hésitez pas à partager avec nous ce que vous avez aimé à Saint Malo en commentaire de cet article 🙂

Mon séjour à l’hôtel Océania est le fruit d’une collaboration avec Millevista afin que je teste leur concept. Je suis évidemment libre de mes propos.

VOUS AIMEREZ AUSSI

→ À LIRE : Un weekend à Pise

→ À LIRE : Escapade dans les Cyclades du Nord

 

Saint Malo : l’irrésistible Cité Corsaire 2017-09-03T00:14:24+00:00
error: Ces photos sont protégées par le copyright !